HTML Document AVANT-PROPOS

Release date 31/03/2009
Contributor Guy Mboma

Au Sommet de la Terre tenu à Rio de Janeiro, en juin 1992, la plupart de pays participants à la Conférence des Nations-Unies sur l'Environnement et le Développement se sont entendus sur une Convention Internationale portant sur les Ressources Naturelles, appelée "Convention sur la Diversité Biologique".

Ainsi, le 14 juin 1992, plus de 155 Chefs d'Etats et de Gouvernements signaient cette Convention. Ils se sont engagés à préserver la diversité des organismes végétaux, animaux et microbiens dans leurs pays respectifs, à utiliser les ressources biologiques de façon durable et à partager équitablement les avantages liés à la biodiversité. Les pays riches ont accepté de fournir des ressources technologiques et financières aux pays pauvres pour les aider à renforcer leurs capacités et à sauvegarder, gérer et utiliser leur richesse biotique de manière écologiquement durable.

Cette Convention sur la Diversité Biologique constitue une réponse tangible des pays à la question planétaire soulevée par la Commission Brundtland (1987). Il s'agit là d'une priorité, à la fois globale et vitale, que se sont fixé les Etats, notamment pour atteindre le développement durable.

La République Démocratique du Congo a pris une part active à cette Conférence. Le 11 juin 1992, le Chef de la Délégation signait pour l'adhésion à la Convention sur la Diversité Biologique. Le 3 décembre 1994, le Gouvernement Congolais a ratifié l'Acte de la Convention.

La République Démocratique du Congo avait décidé également d'élaborer pour son territoire une Monographie Nationale faisant état de la diversité biologique du pays. Cette Monographie sera suivie d'une stratégie de mise en oeuvre de la Convention ainsi que des plans et des programmes nationaux visant à traduire en actions la Décision prise à Rio.

Dans le présent Rapport National sur l'état de la diversité biologique, la République Démocratique du Congo donne une réponse à la préoccupation aiguë et un engagement responsable pour le devenir des générations futures afin d'atteindre les buts fondamentaux suivants :

- la conservation et l'utilisation durable des éléments constitutifs de la diversité biologique ;
- le partage juste et équitable des avantages découlant de l'utilisation des ressources génétiques.

Il sera aussi question de présenter l'état des organismes vivants et des ressources biotiques nationales, les utilisations qu?on en fait, ainsi que les efforts du pays dans la conservation de ces ressources.

Les lacunes et les recommandations seront présentées à la fin du rapport. Elles constituent de ce fait l'introduction à la stratégie et aux plans nationaux de la biodiversité.

La liste des experts ayant participé à l'élaboration de cette Monographie est présentée à l'Annexe 1 du présent rapport.