File Etude de la dynamique de Guarea cedrata (A. Chev.) Pellegr. dans le dispositif permanent du bloc sud de la réserve forestière de Yoko

Download TFE Kasereka Kahamba_2014.pdf (French, 7 MB)
View Open in browser
Upload date 09 Feb 2017
Contributor Judith Tsongo
Geographical coverage Yoko, Ubundu, Province Orientale, RDC
Keywords biomass
Release date 09/02/2017
All versions
# Language File name Contributor Upload date Size Content type
1 French TFE Kasereka Kahamba_2014.pdf (current) Judith Tsongo 09 Feb 2017 7 MB application/pdf

L'objectif général poursuivi dans cette étude est d'évaluer la structure, l'accroisement diamètrique et la quantité de la biomasse produite deux ans après la première campagne de mensuration effectuée en 2011 ainsi que le taux de reconstitution de l'espèce 25 ans après la première expoitation.

L'inventaire a été faite dans le dispositif permanent du bloc sud de la reserve forestière de Yoko, à l'intérieur duquel tous les individus de Guarea cedrata à dhp ≥ 10 cm ont été mesurés à 1,30 m du sol, soit au dessus de contreforts et cette mensuration a été matérialisée par deux bandes peintes en rouge durant la première campagne effectuée en 2011. Et la deuxième campagne faite en 2013, consiste à remesurer les mêmes individus et aux même endroits.

Après 2 ans, le taux de recrutement (3,47%) est supérieur à celui de mortalité (0,7%), ce qui conduit à une augmentation du nombre d'individus dans le peuplement passant de 72 à 76 individus.

Les accroissements diamètriques moyens sont de 0.48 ± 0.16 cm/an avec la valeur maximale de 0.96 cm/an et la minimale de 0.16 cm/an.

La surface terrière totale est passée de 0,0686 m2 /ha en 2011 à 0,0709 m2 /ha en 2013, soit un accroissement de 0,0012 m2 /ha/an.

La biomasse produite est passée de 26.7961 t/ha en 2011 à 2706767 t/ha en 2013, soit un gain annuel de 0,4403 t/ha. La quantité de carbone séquestrée est passée de 13,3980 t/ha en 2011 à 13,8383 t/ha en 2013, soit gain annuel de 0?2202 t/ha.

Après une rotation de 25 ans, l'espèce se reconstitue de 60,2% si le taux de prélèvement de tiges exploitables est de 50%.