File Estimation du stockage de carbone dans les plantations de l'INERA Yangambi : cas d' Autranella congolensis(De Wild) et Drypetes likwa(J. Léonard)

Download D E.A EBUY 2009.pdf (French, 32 MB)
View Open in browser
Upload date 20 Jan 2017
Contributor Judith Tsongo
Geographical coverage Yangambi, Kisangani, RD Congo
Keywords Gilbertiodendron dewevrei, Drypetes likwa, I.N.E.R.A, stockage de carbone, densité des plantations
Release date 20/01/2017
All versions
# Language File name Contributor Upload date Size Content type
1 French D E.A EBUY 2009.pdf (current) Judith Tsongo 20 Jan 2017 32 MB application/pdf

Les forêts tropicales, qui couvrent près de 2 milliards d'ha de la surface du globe (dont 20 % se situent dans le bassin du Congo), offrent potentiellement d'extraordinaires possibilités de contribuer à l'atténuation des changements climatiques et à la mise en place de mesures d'adaptation. Grâce à la photosynthèse, les arbres absorbent le CO2 de l'atmosphère pour en détacher le carbone et le fixer dans sa matière organique dont il est le constituant de base. Ils libèrent ensuit dans l'atmosphère l'oxygène restant. Le stock de carbone dans les plantations ne serait- il pas différent selon les espèces étudiées, la densité des plantations, leur âge, les modes de plantation, et selon qu'elles sont été gérées ou non? Le choix des espèces a porté essentiellement sur le faite qu'elles n'ont jamais fait l'objet d'une étude dans le cadre des estimations du stockage de carbone dans notre pays. Notre étude a été réalisée dans la région de Yangambi, un territoire situé à 100 km à l'ouest de la ville de Kisangani dans le centre de recherche de l'I.N.E.R.A (Institut National pour l'Etude et la Recherche Agronomiques. ce travail a été rendus possible grâce à une équipe composée de vingt personnes. Nous avons utilisé la méthode directe qui donne des résultats précis et fiable (méthode destructive). Douze arbre modèles ont été abattus au moins un arbre par parcelle permanente, compartimenter la biomasse aérienne par catégories: fruit, feuille, rameau, branche (houppier) ; tronc (fût), et écorce (différentes parties concernées) ; et prélevés les échantillons destinés au laboratoire (peser en état vert et sécher, puis repesé). L'échantillon du bois était séché à la température de 105°c et l'échantillon de feuille était séché avec plus d'attention à 70°c. Nous avons obtenus les résultats ci-après: cas d'Autranella congolensis 373,9 tonnes à l'hectare carbone (70 ans) ;Gilbertiodendron dewevrei 229,3 tonnes carbone à l'hectare (70ans) et Dryppetes likwa 113,3 tonnes carbone à l'hectare. Les densités moyennes des espèces (densité du bois) : 0,71 pour Autranella congolensis; 0,63 pour Gilbertiodendron dewevrei et pour Drypetes likwa 0,41. Le modèle de Chave 2005 (modèle 2) correspond à notre à notre modèle ajusté, ce qui nous permis de validés ou d'infirmés nos hypothèse du départ selon lesquelles: l'âge de plantations; la densité de plantations; les modes de gestions ont influencés différemment les stockages de carbone dans les plantations. Donc, les stockages du carbone est fonction d'espèces; de leurs densités et surtout de leurs âges.