File Bilan dendrométrique de plantations expérimentales de Pericopsis elata(Harms) et Milletia laurentii De wild

Download D E.A ASSUMANI 2009.pdf (French, 36 MB)
View Open in browser
Upload date 20 Jan 2017
Contributor Judith Tsongo
Geographical coverage Yangambi, RD Congo
Keywords Plantations forestières, Martineau, Layon, Blanc étoc, Pericopsis elata et Millettia laurentii
Release date 20/01/2017
All versions
# Language File name Contributor Upload date Size Content type
1 French D E.A ASSUMANI 2009.pdf (current) Judith Tsongo 20 Jan 2017 36 MB application/pdf

La production de bois dans les forêts tropicales naturelles commencera probablement à diminuer; elle semble déjà ne pas progresser. Le taux annuel de déforestation sur le territoire national congolais se situe entre 0,2 et 0,6 %. Pour soulager la pression toujours croissante sur les forêts naturelles, les plantations forestières apparaissent comme une solution adéquate pour répondre aux besoins des populations en matière de bois dans les pays tropicaux. L'approche de cette étude vise à élaborer un bilan dendrométrique de plantations expérimentales de Pericopsis elata (Afrormosia) et Millettia laurentii (Wenge) dans les plantations forestières de l'I.N.E.RA- Yangambi. L'inventaire total a été effectué dans les parcelles établies selon les méthodes de Layon, Blanc- étoc, Martineau pour déterminer les différents paramètres dendrométriques. Les résultats montent après analyse que: Le taux de survie varie autour de 26,03% pour Pericopsis elata contre 30,78% pour Millettia laurentii ; Les valeurs des accroissements annuels moyens en DHP sont de 0,7cm/an pour Pericopsis elata contre 0,8 cm/an pour Millettia laurentii.; Les valeurs des accroissements en hauteur totale moyens varient entre 0,46 m/an pour Pericopsis elata (Afrormosia) et 0,3 m/an pour Millettia laurentii (Wenge) ,/ Les accroissements en volume donnent des valeurs égales à 4,36m3 /ha/an pour Pericopsis elata contre 2,9m3 /ha/an pour Millettia laurentii.; La croissance la plus élevée a été observée chez les sujets bénéficiant de l'effet de bordure dans toutes les parcelles et dans toutes les méthodes. Cette situation est due au non respect des calendriers sylvicoles; car en effet, les plantations forestières étaient abandonnées et il n'y a eu aucun traitement sylvicole comme éclaircie dans les plantations. Ces résultats constituent des informations pouvant contribuer au calcul de la possibilité des essences étudiées et servir d'outil à la réalisation des projets de reboisements et pour l'Aménagement des forêts.