File Analyse de la dynamique floristique et accumulation de carbone dans les forêts secondaires de la cuvette centrale : cas du Parc National de la Salonga, RDC

Download Besisa_Memoire_Msc_Jury_edits_1.pdf (French, 1 MB)
View Open in browser
Upload date 26 Jan 2017
Contributor Consolate Kaswera
Geographical coverage R.D.C, Parc National Salonga
Keywords Forêts secondaires, dynamique floristique,accumulation de carbone, cuvette centrale congolaise
Release date 26/01/2017
All versions
# Language File name Contributor Upload date Size Content type
1 French Besisa_Memoire_Msc_Jury_edits_1.pdf (current) Consolate Kaswera 26 Jan 2017 1 MB application/pdf

Cette étude a porté sur l’analyse des processus de recrutement, mortalité et accroissement des  espèces d’arbres et lianes dans deux stades de succession des forêts secondaires et sur la manière dont ces processus influencent dans le temps le changement de la structure de la communauté dans sa composition floristique et la vitesse d’accumulation de la biomasse aérienne. Pour atteindre cet objectif, les données des inventaires réalisées en 2008 et 2011 dans les sites de projet carbone dans et aux environs du Parc National de la Salonga ont été analysées. Nous avions analysé la dynamique floristique sur base des indices de diversités alpha et Beta, la courbe Aire-espèce. L’estimation de la biomasse était réalisée par l’utilisation des équations allométriques. Le regroupement d’espèces pionnières, héliophiles et Tolérantes à l’ombre nous a permis d’évaluer le changement dans la composition floristique. Trois ans après le premier inventaire, la densité des tiges est la même dans et entre les deux forêts secondaires pour les arbres à DHP> 10 cm. Le taux de mortalité est similaire entre les deux stades de forêts secondaires. Cependant, le processus de recrutement est trop faible en forêt secondaire vieille. Le processus de mortalité tout comme de recrutement n’a pas fortement influencé la composition floristique dans les deux  forêts secondaires. La forêt secondaire continue à être dominée par les espèces pionnières (Tetrorchidium didymostemon Baill. Pax & K. Hoffm., Musanga cecropioides  R. Br. ex Tedlie, Macaranga monandra Müll. Arg). En, plus de l’augmentation de biomasse, le processus de recrutement  à augmenter de 13%  le nombre d’espèces d’arbres en forêt secondaire jeune et de 2,3 %  en forêt secondaire vieille. En trois ans, la similarité floristique entre les deux stades de succession de forêts secondaires est passé de 42%  à 44% pour les espèces d’arbres et de  26 %  à 24% pour les espèces des lianes. -1 La biomasse aérienne des arbres en forêt secondaire jeune est passée  de 129,99 ± 47.9 Mg ha à -1 -1 -1 157,94 ± 47.7 Mg ha soit une accumulation annuelle  de 9,1 ± 4,94 Mg ha  an . En forêt secondaire -1 -1 vieille cette quantité de la biomasse est passée de 211,71±21,9 Mg ha à 232.92 ± 21.4 Mg ha  soit une accumulation annuelle  de 6.41 ± 2.16  Mg ha -1 -1  an . L’accumulation de biomasse des lianes dans les deux forêts secondaires est trop négligeable inférieure à 0,5 tonnes/ha/an.