File Exploitation artisanale de Bois d'œuvre aux environs du village Alibuku (P.O/R.D. Congo): ses aspects botaniques

Contributor Judith Tsongo
Geographical coverage Yoko, Ubundu, Province Orientale, R.D.Congo
Keywords Bois d'oeuvre, exploitation artisanale
Release date 06/06/2018
All versions
# Language File name Contributor Upload date Size Content type

Le présent travail porte sur l'exploitation artisanale du bois aux environs du village Alibuku situé à 36 km du centre ville de Kisangani, sur la route Amex-bois. L'objectif fixé est de faire l'étude sur l'exploitation des bois d'oeuvre.

Pour y parvenir, dans chaque site d'étude, une parcelle de 1 ha a été installée où tous les arbres à dbh ≥ 50cm ont été inventoriés et répartis en classe de diamètre. Les restes des souches d'arbres abattus dans chaque parcelle ont été identifiés, mesurés et le temps d'abattage estimé. En outre, le matériel utilisé pour l'exploitation et l'usage d'arbre abattu ont été déterminés. Au total, 2 parcelles ont été installées.

Dans l'ensemble 85 individus ont été inventoriés dans les deux blocs, répartis en 22 espèces et regroupées en 13 familles. 65 individus ont été inventoriés dans le bloc A, classés en 13 espèces et regroupés en 6 familles et 20 individus dans le bloc B, classés en 14 espèces et repartis en 11 familles.

D'une manière générale, l'espèce Gilbertiodendron dewevrei est la plus représentée dans les deux blocs avec 22 individus au bloc B), suivie des espèces Combretodendron africanum et Julbernardia seretii avec chacune 14 et 13 individus.

La famille des Fabaceae est la plus abondante avec 48 individus, soit (56,47%) de l'effectif total, suivie de la famille des Lecythidaceae avec 14 individus, soit (16,47%) et les autres familles sont moins représentées.

Au total 23 souches d'arbres abattus ont été recensées, 8 dans le bloc A et 15 au bloc B. L'abattage se fait sans épargner les individus jeunes à dbh < 50cm. Ce qui constitue un danger pour la dynamique de cet écosystème.

Quant à l'usage, 78, 26% des arbres abattus ont servi à la fabrication des braises et 13% à la production des planches.

La hache reste le matériel le plus utilisé dans l'exploitation avec 69,56% des cas, suivie de la tronçonneure à 13%.

L'exploitation artisanale de bois d'oeuvre dans le village des environs d'Alibuku constitue une menace pour la biodiversité végétale, car elle est basée sur la sélection d'une gamme d'espèces ciblées. En plus, cette menace guette aussi les arbres à usage multiple tel que Combretodendron africanum qui heberge les chenilles, très utiles à l'alimentation.