File Etude écologique et zootechnique de Schilbeidae intermedius, Rüppel 1832(Schilbeidae, Siluriformes) en vue de son introduction en étangs piscicoles à Kisangani et ses environs (RD. Congo)

Download Thèse Ir Moïse Georges Willy BONDOMBE.pdf (French, 29 MB)
View Open in browser
Upload date 28 Jun 2018
Contributor Judith Tsongo
Geographical coverage Kisangani, PO, RDC
Keywords ecology
Release date 24/09/2018
All versions
# Language File name Contributor Upload date Size Content type
1 French Thèse Ir Moïse Georges Willy BONDOMBE.pdf (current) Judith Tsongo 28 Jun 2018 29 MB application/pdf

Notre travail avait pour but de contribuer à l'étude écologique, biologique et zootechnique de Schilbe intermedius 1832, Rüppel en vue de son introduction en pisciculture d'étangs à Kisangani et ses environs.

Trois secteurs du fleuve Congo (de Beach Cimenstan aux chutes Wagenia, de Yatuka /Romain à Yalokombe/Yainongo et de Beach Bac Lotokila au Beach Yangambi-INERA/iles Ouest) ont constitué les sites de capture de matériel d'étude tandis que les sites de l'IFA-Yangambi centre de Kisangani et Batchamaleke comprenaient respectivement des milieux de reproduction et d'alevinage de cette espèce.

Cinq préoccupations ont été évoquées ont constitué l'ossature de la présente observation.

Sept étangs de 10 m x 10 m d'alevinage mis en dérivation et disposés en parallèle au site Pk 18 sur l'ancienne route Buta ont fait l'objet de dispositif expérimental pour l'élevage des alevins nourris à base d'aliments locaux tandis que les quatre étangs de production dont un d'alevinage ont servi de sites des reproductions naturelle et artificielle de cette espèce à l'IFA-Yangambi.

Les engins de capture utilisés étaient les filets de surface et de fond de vide de maille variant de 1,5 à 12cm, les sennes de rivage, les filets dormants, les nasses à entonnoir, les nasses sans entonnoirs les nasses à rabattement et avec clôture, les palangres, les lignes et les pièges.

Les indices de diversité biologique (Shannori, Simpson, Bray-Curtis, équitabilité, richesse spécifique, et abondance relative) étaient déterminés ainsi que les paramètres physico-chimiques de l'eau de biotope de capture et d'étangs de croissance.

La capture stratifiée des Schilbeidae de 0à 30m de profondeur et des espèces de compagnie de S. intermedius ont fait l'objet de notre étude ainsi que l'efficience de quelques engins de pêche courant de cette espèce aux milieux étaient également réalisés.

Les paramètres biologiques (longueurs totale, standard et céphalique, hauteur, poids corporel et vif, nombre des branchiospines, des branchus et des vertèbres, rapport gonado-somatique, sex-ratio, index de Futon, fécondité diamètre ovulaire et la régulation biologique par quelque espèces prédatrices ont été observés.

Notre matériel d'étude composé des 96.266 spécimens de différentes taille de Schilbe intermedius et autres.

Pour les reproductions naturelle et artificielle, l’hypophysation était faite par la technique de QUILLAIRE (1982), la préparation de l'extrait hypophysaire était réalisée par les techniques de KARANGWA(1982) et de VIVEEN et al.(1990), l'injection par celle de HUET(1957), la testiculectomie par l'endoscopie, l'extraction des ovules par stripping, la fécondation des gamètes sexuels femelles avec la laitance par celle de MICHA(1973)dans des bassins en plastique et incubés dans les happas de 1,50 m x 1,50 m x 1,50 m.Ceux-ci étaient placés dans l'étang de production au site IFA-Yangambi.

Les alevins reproduits par insémination artificielle étaient repartis de façon que leur taille et poids soient proches les uns des autres dans les 7 étangs de croissance et nourris à base d'aliments locaux à des doses croissantes de protéines et des lipides. Le test de Hartley était appliqué pour tester l'homogénéité des lots des alevins constitués.

Notre investigation couvre la période allant de 2007 à 2013, soit une durée de sept ans.

A l’issue de cette étude, nous avons abouti aux résultats suivants:

  • intermedius préfèrent les eaux libres, à courant modéré(342 spécimens, soit 28,6%), des zones côtières inondables (326 spécimens, soit 27,3%), des zones à côtières inondables à courant fort(283 spécimens,soit23,7%) et les eaux de zones inondables à courant modéré ou celle se trouvant derrière l’arbre tombé au rivage de cours d'eau (156 spécimens, soit 13,6%). Ce dernier biotope représente aussi le milieu de prédilection pour la ponte des œufs de S. intermedius (582 spécimens d'alevins sur un total 837, soit 54%);
  • Les engins les plus efficients pour la capture de intermedius sont les lignes 156 spécimens, soit 35,78% suivis des filets de surface (127 individus, soit 29,13%)et les autres restant sont peu performants;
  • intermedius est plus capturé pendant la période pluvieuse et cela de 1 à 4 heures du matin;
  • La strate efficiente pour la capture de cette espèce se situe de 10 à 15m de profondeur;
  • La richesse spécifique et l'abondance relative taxa sont plus élevés au bief de Yatuka/Romain à Yalokombe/Yainongo;
  • intermedius est une espèce indexée d'extinction dans ces secteurs investigués;
  • La sex-ratio est généralement déséquilibrée en faveur de femelles (131 mâles et 305 femelles): 0,43, soit 1,00: 2,33 ou encore 1 mâle pour environ 3femelles);
  • intermedius a plus d'espèces de compagnie dont 12,72% des Schilbeidae, 13,68% des Alestidae, 10,30% des Cichlidae, 8,7% des
    Mormyridae et le reste ont un faible degré de compagnie avec cette espèce;
  • Les reproductions naturelle, semi-artificielle et artificielle sont possibles dans les conditions écologique de Kisangani et ses environs et pas dans les conditions d'exploitation d'étangs piscicoles dans ces milieux;
  • Les alevins de intcrmedius reproduits artificiellement valorisent les rations locales contenant assez de protéines d'origine animale > à 20% et de lipides> à 15%;
  • intermedius mâle est assez lourd, long, précoce, carnivore, polyphage, entomophage et ichtyophage mais peu haut, malacophage et benthophage que S. intermedius femelle;
  • Le diamètre d'ovules varie de 0,5 à 1,5 mm ;
  • La fécondité varie d'un site à un autre de ces 3 biotopes de pêche retenus sur le fleuve Congo;
  • intermedius joue le rôle de poisson bio-contrôle en culture mixte avec Oreochromis niloticus en pisciculture d'étang avec cette espèce.