File Etude de la régénération naturelle de Khaya anthotheca(Welw) C. DC et Pericopsis elata(Harms) Van Meeuwen dans les trouées post-exploitation de la concession Bego-Congo. (Ubundu, Province de la Tshopo, RD Congo)

Download TFE Espérance LUMINGU TONGO.pdf (French, 2 MB)
View Open in browser
Upload date 27 Sep 2018
Contributor Judith Tsongo
Geographical coverage concession forestière de BEGO-CONGO, Ubundu, Province de la Tshopo, RD Congo
Keywords Régénération, Khaya anthotheca, Pericopsis elata, trouées post-exploitation
Release date 27/09/2018
All versions
# Language File name Contributor Upload date Size Content type
1 French TFE Espérance LUMINGU TONGO.pdf (current) Judith Tsongo 27 Sep 2018 2 MB application/pdf

Le présent travail a porté sur la régénération naturelle de Khaya anthotheca (Welw) et Pericopsis elala (Harms) Van Meeuwen dans les trouées post-exploitation.

L'objectif général de cette étude est de contribuer à la connaissance de la régénération naturelle dans les trouées post-exploitation à Khaya anthotheca et à Pericopsis elata.

Pour chaque espèce, cinq trouées chacune de grandeurs différentes ont été répertoriées au sein de la concession forestière de BEGO-CONGO. Chaque trouée a été divisée en 4 parcelles suivant la direction de chute de l'arbre dans lesquelles, le comptage a été effectué de façon systématique. Toutes les données ont été saisies et analysées à l'aide des logiciels Excel, Past et R 2.5. L'étude de la composition floristique de ces différentes trouées a été faite par l'analyse de l'abondance de taxon, des indices de diversité et de similarité.

Dans les trouées à Khaya anthotheca, 736 individus regroupés en 81 espèces et 35 familles ont été inventoriés dont 110 individus de Khaya anthotheca tandis que dans celles à Pericopsis elata, 642 individus regroupés en 87 espèces et 37 familles ont été inventoriés dont 111 individus de Pericopsis elata. Au sein de différentes trouées, les familles des Euphorbiaceae, Fabaceae, Malvaceae et Meliaceae sont communément les plus abondantes.

Quant à la classe de hauteur, les deux espèces présentent une structure faiblement en « cloche » dans l'ensemble des trouées post-exploitation, caractéristique typique des essences héliophiles.