File Etude de comportement d'Autranella congolensis (De Wild.). A. chev. dans les plantations forestières de l'INERA-Yangambi

Download TFE Charly PONZE LAUKA.pdf (French, 5 MB)
View Open in browser
Upload date 09 Oct 2018
Contributor Olivier Basa
Geographical coverage Yangambi, Tshopo, RD Congo
Keywords comportement
Release date 09/10/2018
All versions
# Language File name Contributor Upload date Size Content type
1 French TFE Charly PONZE LAUKA.pdf (current) Olivier Basa 09 Oct 2018 5 MB application/pdf

Cette étude a porté sur le comportement d'Autranella congolensis planté sous la méthode de Martîneau dans la plantation forestière de Yangambi. Les objectifs poursuivis par cette étude étaient d'étudier les paramètres de croissance tels que les diamètres et les hauteurs; déterminer les accroissements annuels moyens; évaluer les volumes des arbres; déterminer leur forme et tester les modèles de régression pour déterminer la corrélation entre le Dhp et la hauteur fût.

L'inventaire total a porté sur une superficie de 0,5 ha réalisé dans la parcelle-échantillon de 78 ans et toute tige d’Autranella congolensis à diamètre supérieur ou égal à 10 cm a été inventoriée.

Les diamètres à hauteur de poitrine, le diamètre au fin bout, la hauteur totale et la hauteur fût, sont les paramètres dendrométriques utilisés pour réaliser cette étude.

Après analyse des données récoltées sur le terrain, 109 tiges d'Autranella congolensis, ont été recensées. Ces résultats obtenus révèlent que :

  • L'accroissement annuel moyen en Dhp est de 0,38 cm/an ;
  • L'accroissement annuel moyen en Dfb est de 0,27 cm/an ;
  • L'accroissement annuel moyen en hauteur totale est de 0,24 m/an ;
  • L'accroissement annuel moyen en hauteur fut est de 0,18 m/an ;
  • La surface terrière totale est de 25,44 m²/ha;
  • Le coefficient moyen de forme est de 0,79;
  • Le volume fut total est de 366,339 m3/ha

Malgré les atouts exceptionnels que représentent les plantations forestières pour pallier au besoin croissant en bois, il est fort malheureusement observé que les plantations de l'INERA-Yangambi sont abandonnées et ne font objet d'aucun suivi depuis le départ des chercheurs belges, ceci met sa pérennité en péril.