File Dynamique et règles actuelles d'exploitation de la population des Pterocarpiis soyauxii Taub dans la parcelle permanente du bloc nord de la réserve forestière de Yoko (Ubundu, Province de la Tshopo, RD Congo)

Download TFE Mbuyi Kasongo.pdf (French, 3 MB)
View Open in browser
Upload date 12 Oct 2018
Contributor Judith Tsongo
Geographical coverage Yoko, Ubundu, Province de la Tshopo, RD Congo
Keywords biomass
Release date 15/10/2018
All versions
# Language File name Contributor Upload date Size Content type
1 French TFE Mbuyi Kasongo.pdf (current) Judith Tsongo 12 Oct 2018 3 MB application/pdf

La présente étude est basée sur la dynamique de la population des Pterocarpus soyauxii Taub dans la parcelle permanente du bloc nord de la réserve forestière de Yoko (Ubundu, province de la Tshopo, RD Congo).

L'objectif général de cette étude est de contribuer à la connaissance de la dynamique des Pterocarpus soyauxii dans la forêt semi-décidue de la réserve forestière de Yoko.

La prise de données a été faite dans la parcelle permanente de9 ha du bloc nord de la réserve forestière de Yoko qui est divisée en 9 placeaux de 100 m x 100 m et ces derniers sont subdivisés à leurs tours en 100 placettes de l0mxl0m à l'intérieur desquelles, tous les individus de Pterocarpus soyauxii à dhp ≥10cm ont été mesurés à 1,30 m au dessus du sol, numérotés et marqués en 2008 au cours de la première campagne et à la seconde campagne faite en 2014, consiste à mesurer de nouveau la circonférence des mêmes individus et aux mêmes endroits.

Après 6 ans, les taux de recrutement et de mortalité sont respectivement de 5,13% et de 0%. Les accroissements annuels moyens sont de 0,42 ±0,13 cm/an avec un minimum de 0,16 cm/an et un maximum de 0,58 cm/an.

Les deux structures diamétriques est en «S étiré» et la surface terrière est passée de 0,2971 m²/ha en 2008 à 0,3183 m²/ha en 2014.

La biomasse produite est passée de 5,1261 t/ha en 2008 à 5,5016 t/ha en 2014, soit un gain annuel de 0,0625 t/ha tandis que celle du carbone séquestré est passée de 2,5631 t/ha en 2008 à 2,7508 t/ha en 2014, soit un gain de l'ordre de 0,0313 t/ha.

Après 25 ans, l'espèce ne se reconstitue pas quelque soit le taux de prélèvement appliqué.