File Dynamique et règle actuelle d'exploitation de Dialium excelsum Louis ex Steyaert dans la parcelle permanente du bloc nord de la réserve forestière de Yoko (Ubundu, Province de la Tshopo, RD Congo)

Download TFE SAIDI KASONGO.pdf (French, 3 MB)
View Open in browser
Upload date 03 Oct 2018
Contributor Judith Tsongo
Geographical coverage reserve forestière, Yoko, Ubundu, Province de la Tshopo, RD Congo
Keywords biomass
Release date 03/10/2018
All versions
# Language File name Contributor Upload date Size Content type
1 French TFE SAIDI KASONGO.pdf (current) Judith Tsongo 03 Oct 2018 3 MB application/pdf

Dynamique et règle actuelle de l'exploitation de Diallum excelsum Louis ex Steyaert dans la parcelle permanente du bloc nord de la réserve forestière de Yoko (Ubundu, Province de la Tshopo, RD Congo).

L'objectif général poursuivi dans cette étude est d'évaluer l'accroissement diamètrique de la population de Dialum excelsum et d'apprécier le taux de reconstitution de cette dernière.

L'inventaire a été faite dans la parcelle permanente du bloc nord de la réserve forestiere de Yoko, à l'intérieur de laquelle, tous les individus de Dialium excelsum à dhp ≥10 cm ont été mesurés à 1,30 m du sol et cette mensuration a été matériaiisée par deux bandes peintes en rouge durant la première campagne effectuée en 2008 et la seconde campagne faite en 2014, consiste à mesurer de nouveau les mêmes individus et aux mêmes endroits.

Après 6 ans, les accroissements diamètriques moyens sont de 0,35±0,12 cm/an avec la valeur maximale de 0,61 cm/an et la minimale de 0,1 cm/an.

Le taux de recrutement (1,59%) est supérieur à celui de mortalité (0,83%) conduit à une augmentation du nombre d'individus dans le peuplement passant de 21 à 23 individus.

La surface terrière est passée de 0,5330 m²/ha en 2008 à 0,5622 m²/ha en 2014 soit un accroissement de 0,0049 m²/ha/an.

La biomasse produite est passée de 11,2486t/ha en 2008 à 11,9428 t/ha en 2014, soit un gain annuel de 0,0237 t/ha. La quantité de carbone séquestrée est passée de 5,6243 t/ha en 2008 à 5,9715 t/ha en 2014, soit un gain annuel de 0,0118 t/ha.

Après une rotation de 25 ans, l'espèce ne se reconstitue pas quelque soit le taux de prélèvement appliqué.