File Dynamique et évolution de stock de carbone dans la forêt semi-caducifoliée à Gilletiodendron kisantuense dans la réserve forestière de la Yoko (Ubundu, RDC).

Download TFE Oscar BENDE MOSENGO.pdf (French, 5 MB)
View Open in browser
Upload date 19 Oct 2018
Contributor Olivier Basa
Geographical coverage Ubundu, Tshopo, RD Congo
Keywords biomass
Release date 19/10/2018
All versions
# Language File name Contributor Upload date Size Content type
1 French TFE Oscar BENDE MOSENGO.pdf (current) Olivier Basa 19 Oct 2018 5 MB application/pdf

Les écosystèmes forestiers jouent un rôle important dans l'atténuation de la concentration du gaz carbonique en raison des fortes quantités de carbone séquestré. La présente étude a pour objet l'étude de la dynamique et de l'évolution de stock de carbone dans la forêt semi-caducifoliée à Gilletiodendron kisantuense dans la réserve forestière de la Yoko sous différents aspects, particulièrement les paramètres démographiques (mortalité et recrutement), évaluer l'accroissement des arbres entre des années 2012 et 2016 de la surface terrière, la densité des arbres et de la biomasse aérienne et le stock de carbone 4 ans après la première campagne de mensuration effectuée en 2012 dans la forêt semi-caducifoliée à Gilletiodendron kisantuense de la réserve forestière de Yoko.

L’inventaire a été fait dans une parcelle permanente de 1 ha située dans le bloc nord du dispositif permanent de Yoko, dans la forêt à Gilletiodendron kisantuense, à l'intérieur de laquelle tous les individus dans les quatre parcelles étudiées à dhp ≥ 10 cm, ont été mesurés à 30 m du sol et cette mensuration était matérialisée par deux bandes peintes en rouge durant a première campagne en 2012. Et la deuxième campagne faite en 2016, était de mesurer à nouveau les mêmes individus et aux mêmes endroits.

Après analyse, les taux de recrutement et de la mortalité de la population entre les années 2012 et 2016 sont respectivement de 0,74% et 1,6% ; ce qui conduit en une diminution d'effectif passant de 470 à 440 individus à cause de 30 individus morts.

Les accroissements diamétriques moyens sont de 0,30 cm/an en 2016. Les surfaces terri ères ramenées à l'hectare) sont respectivement de 33,62 m² en 2012 et 35,82 m² en 2016 dans l'ensemble des parcelles étudiées. La quantité de la biomasse moyenne produite est passée de 357,80 t/ha en 2012 à 400,21 t/ha en 2016, tandis que la quantité de carbone séquestrée est passée de 178,90 t/ha en 2016 à 200,11 t/ha en 2016.