Folder Cadre National de Biosécurité

Projet PNUE-FEM
« Développement d’un Cadre National de Biosécurité »
Cadre National de Biosécurité en
République Démocratique du Congo
Kinshasa - Août 2007

TABLE DES MATIERES ................................................................................................... i
SIGLES ET ABREVIATIONS........................................................................................vii
AVANT-PROPOS .............................................................................................................viii

1- Contexte de la mise en oeuvre du rojet........................................................................ viii
2- Enjeux relatifs au développement du Projet PNUE/FEM sur le Cadre national de biosécurité..................... ix
3- Objectifs du Projet PNUE/FEM sur le Cadre national de biosécurité............................................................. x
4- Finalité du document « Cadre national de biosécurité » ................................................................................ xi
5- Méthodologie................................................................................................................................................ xi
6- Difficultés rencontrées.......................................................................................................................... xii
7- Quelques atouts................................................................................................................................... xii
RESUME..............................................................................................................................xii
INTRODUCTION GÉNÉRALE....................................................................................... 1
1. Généralités sur les caractéristiques physiques et socioéconomiques de la République Démocratique du
Congo................................................................................................................................................................. 1
1.1. Contexte général et utilisation des biotechnologies ................................................................................. 2
1.2. Utilisation des biotechnologies en RDC .................................................................................................. 2
1.3. Etat des lieux en matière de gestion de la biosécurité en RDC................................................................ 3
2. Composantes du Cadre national de biosécurité............................................................................................... 4
2.1 Politique nationale de biosécurité............................................................................................................ 4
2.2. Orientations pour le cadre juridique de gestion de biosécurité ............................................................... 4
2.3. Orientations pour le cadre institutionnel de gestion de biosécurité......................................................... 5
2.4. Orientations pour les mécanismes d’évaluation et de gestion des risques biotechnologiques en RDC... 5
2.5. Orientations pour le système de sensibilisation et de participation du public......................................... 5
3. Mesures d’accompagnement ........................................................................................................................... 6
3.1. Renforcement des capacités humaines, institutionnelles et techniques.................................................... 6
3.2. Modalités et moyens de mise en oeuvre du Cadre national de biosécurité ............................................... 8
I - POLITIQUE GÉNÉRALE ENVIRONNEMENTALE TOUCHANT LES
BIOTECHNOLOGIES EN RDC...................................................................................... 9
I.1. Données biophysiques ................................................................................................................................. 9
I.1.1. Aperçu géomorphologique, climatique et données pédologiques .......................................................... 9
I.1.2. Écosystèmes d’eau douce, marins et côtiers ........................................................................................ 10
I.2. Aperçu sur les données socioéconomiques ................................................................................................. 10
I.2.1. Évolution de la population................................................................................................................... 10
I.2.2. Contexte économique et social............................................................................................................. 10
I.3. Fondements d’une Politique générale environnementale émergente touchant les biotechnologies en RDC
......................................................................................................................................................................... 14
I.3.1. Plan national d’action environnemental.............................................................................................. 14
I.3.2. Stratégie nationale et plan d’action de la diversité biologique ........................................................... 15
I.3.3. Document de Stratégie de Réduction de la pauvreté ........................................................................... 16
I.3.4. Politique agricole ............................................................................................................................... 18
I.3.5. Politique de développement industriel ................................................................................................. 19
I.3.6. Politique de santé................................................................................................................................ 21
I.3.6.1. Aperçu sur le système de santé ..................................................................................................... 21
I.3.6.2. Stratégie et Politique..................................................................................................................... 21
I.3.7. Politique de sécurité alimentaire ......................................................................................................... 23
I.3.8. Politique de la Recherche scientifique et technologique ..................................................................... 24
I.4. Emergence d’une politique générale de biosécurité en République Démocratique du Congo.................... 25
I.4.1. Principes conducteurs en matière de gestion de la biosécurité ........................................................... 26
I.4.1.1. Principe de précaution/ Approche de précaution ......................................................................... 26
I.4.1.2. Principe de prévention.................................................................................................................. 27
I.4.1.3. Principe d’information et de participation du public ................................................................... 27
I.4.1.4. Principe du pollueur payeur ......................................................................................................... 27
I.4.1.5. Développement des connaissances pour la gestion de la biosécurité........................................... 28
I.4.2. Objectifs de la politique de gestion de la biosécurité .......................................................................... 28
ii
I.4.2.1. Objectif général ............................................................................................................................ 28
I.4.2.2. Objectifs spécifiques ..................................................................................................................... 28
I.4.2.3. Éléments de stratégies d’utilisation des OGM et des produits dérivés d’OGM............................ 29
I.4.2.3.1. Importation et exportation des OGM et produits dérivés d’OGM......................................... 29
I.4.2.3.2. Développement des OGM et produits dérivés d’OGM.......................................................... 29
I.4.2.3.3. Gestion des aides humanitaires à base d’OGM...................................................................... 29
II. ENVIRONNEMENT JURIDIQUE ET RÉGLEMENTAIRE ........................... 31
II.1. État des lieux de l’environnement législatif et réglementaire touchant la biosécurité............................... 31
II.1.1. Cadre juridique de gestion de la biosécurité] .................................................................................... 31
II.1.1.1.Dispositions constitutionnelles ..................................................................................................... 31
II.1.1.2. Cadre juridique sur le commerce et les prix................................................................................ 31
II.1.1.2.1 Législation sur l’exercice du commerce ................................................................................ 31
II.1.1.2.2. Législation en matière des prix............................................................................................. 33
II.1.1.2.3. Législation sur les droits et taxes à l’importation et à l’exportation .................................... 33
II.1.1.3. Cadre juridique sur l’environnement .......................................................................................... 34
II.1.1.3.1. Législation générale sur la protection de l’environnement ................................................... 34
II.1.1.3.2. Législation sur la biodiversité.............................................................................................. 34
II.1.1.3.3. Mesures restrictives relatives au commerce des espèces protégées...................................... 35
II.1.1.4. Législation sur l’alimentation et l’hygiène alimentaire............................................................... 35
II.1.1.5. Législation sur la propriété industrielle ...................................................................................... 38
II.1.1.6. Cadre juridique sur la santé et la sécurité au travail .................................................................. 38
II.1.1.7. Cadre juridique du secteur agricole et de l’élevage.................................................................... 38
II.1.1.7.1. Police sanitaire des animaux domestiques ............................................................................ 38
II.1.1.7.2. Législation sur le marquage du bétail ................................................................................... 40
II.1.1.7.3. Réglementation des produits et substances destinés à l’alimentation des animaux .............. 40
II.1.1.7.4. Réglementation phytosanitaire ............................................................................................. 41
II.1.1.7.5. Mesures restrictives à l’import-export des essences forestières, plantes et semences .......... 42
II.1.1.8. Compatibilité de la législation en vigueur avec les Accords de l’OMC...................................... 44
II.1.1.8.1. Accord sur les aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce
(ADPIC) ............................................................................................................................................... 44
II.1.1.8.2. Accord sur l’agriculture (article 12, 14) ............................................................................... 45
II.1.1.8.3. Accord sur l’application des mesures sanitaires et phytosanitaires ...................................... 46
II.1.1.8.4. Accord sur les Obstacles Techniques au Commerce (OTC)................................................. 47
II.1.1.8.5. Accord sur l’inspection avant expédition ............................................................................. 47
II.1.1.8.6. Accord sur les procédures de licences d’importation ........................................................... 48
II.1.2. Analyse de la législation en vigueur au regard des exigences du Protocole de Cartagena : Evaluation
de l’état de ratification des accords multilatéraux sur l’environnement....................................................... 48
II.1.3. État de mise en oeuvre des accords multilatéraux sur l’environnement (AME) : Vers la transcription
en droit interne des dispositions du Protocole de Cartagena ....................................................................... 50
II.1.3.1. Plan ou programme de mise en oeuvre......................................................................................... 50
II.1.3.2. Principaux atouts et faiblesses de la législation au regard des exigences du Protocole de
Cartagena................................................................................................................................................. 51
II.1.3.2.1. Atouts .................................................................................................................................. 51
II.1.3.2.2. Principales faiblesses de la législation.................................................................................. 52
II.2. Orientations pour le cadre juridique de gestion de la biosécurité en RDC ................................................ 54
II.2.1. Champ d’application de la loi nationale sur la biosécurité ............................................................... 54
II.2.2. Principales orientations de la loi nationale sur la biosécurité : vers la transcription en droit interne
des dispositions du Protocole de Cartagena en RDC ................................................................................... 54
III. SYSTÈME ADMINISTRATIF ET INSTITUTIONNEL.................................. 55
III.1. Utilisation des biotechnologies en RDC .................................................................................................. 55
III.1.1. Importance de la biotechnologie moderne en agriculture dans le monde ........................................ 55
III.1.2. Amélioration des conditions d’élevage ............................................................................................. 56
III.1.2.1. Lutte contre les maladies animales ............................................................................................ 56
III.1.2.2. Amélioration de la nutrition animale ......................................................................................... 56
III.1.3. Secteur des industries agroalimentaires ........................................................................................... 56
III.1.4. Amélioration de la santé humaine..................................................................................................... 56
III.2. Premiers balbutiements d’un recours aux biotechnologies en RDC......................................................... 57
III.2.1. Programmes de recherche ................................................................................................................ 57
III.2.1.1.Institut National pour l’Etude et la Recherche agronomique (INERA)....................................... 57
III.2.1.2. Centre de Recherche Agroalimentaire (CRAA).......................................................................... 58
iii
III.2.1.3. Service National de Semence (SENASEM)................................................................................. 58
III.2.1.4. Centre de Recherche sur le Maïs (CRM).................................................................................... 59
III.2.1.5. Office National de Développement de l’Elevage (ONDE) ......................................................... 59
III.2.1.6. Institut National de Recherche Biomédicale (INRB).................................................................. 59
III.2.1.7. Centre National de Recherche en Sciences naturelles (CRSN-Lwiro) ....................................... 59
III.2.1.8. Commissariat Général à l'Energie Atomique / Centre Régional d'Etudes Nucléaires de
Kinshasa (CGEA / CREN-K.).................................................................................................................... 60
III.2.1.9. Université de Kinshasa............................................................................................................... 61
III3.2.1.10. Université de Kisangani ......................................................................................................... 62
III.2.2. Utilisation de la biotechnologie dans le secteur agroalimentaire..................................................... 62
III.2.3. Développement et production des OGM........................................................................................... 63
III.2.4. Importation des OGM et produits dérivés........................................................................................ 63
III.3. État des lieux du cadre institutionnel et administratif propice à la mise en oeuvre d’un programme de
biosécurité en RDC .......................................................................................................................................... 63
III.3.1. Le Ministère de l’Environnement ...................................................................................................... 63
III.3.1.1. Direction des Ressources fauniques et de Chasse...................................................................... 64
III.3.1.2. Direction des Etablissements humains et de la Protection de l’environnement......................... 64
III.3.1.3. Service National de Reboisement ............................................................................................... 65
III.3.1.4. Centre National d’Informations sur l’Environnement (CNIE)................................................... 65
III.3.1.5. Direction de Développement Durable........................................................................................ 65
III.3.2. Ministère de l’Agriculture................................................................................................................. 66
III.3.3.1. Laboratoire Vétérinaire Central ................................................................................................ 66
III.3.2.2. Service de Quarantaine Animale et Végétale............................................................................. 67
III.3.2.3. Service National de Semence (SENASEM)................................................................................. 69
III.3.2.4. Direction de la Production et de la Santé Animales................................................................... 69
III.3.2.5. Direction de la Production et de la Protection des Végétaux .................................................... 70
III.3.2.6. Service National d’Aquaculture (SENAQUA) ............................................................................ 70
III.3.2.7. Service National de Vulgarisation Agricole (SNV) .................................................................... 70
III.3.2.8. Service National des Intrants Vétérinaires et d’Elevage (SENIVEL)......................................... 70
III.3.2.9. Centre de Recherche sur le Maïs (CRM)................................................................................... 71
III.3.2.10. Office National de Développement de l’Elevage (ONDE) ...................................................... 71
III.3.2.11. Service National des Ressources Génétiques animales............................................................ 72
III.3.3. Ministère du Développement Rural................................................................................................... 72
III.3.4. Ministère de la Santé......................................................................................................................... 72
III.3.5. Ministère en charge de la Recherche scientifique............................................................................. 73
III.3.5.1. Institut National pour l’Etude et la Recherche Agronomiques (INERA)................................... 74
III.3.5.2. Centre de Recherche Agroalimentaire (CRAA).......................................................................... 74
III.3.6.. Ministère du Commerce extérieur .................................................................................................... 75
III.4.Orientations du cadre institutionnel et administratif pour la biosécurité en RDC..................................... 76
III.4.1. Principes de base .............................................................................................................................. 76
III.4.2. Arrangements institutionnels............................................................................................................. 77
III.4.2.1. Point focal du Protocole de Cartagena...................................................................................... 77
III.4.2.2. Comité consultatif national de biosécurité................................................................................. 77
III.4.2.3. Autorité nationale compétente (ANC) ........................................................................................ 78
III.4.2.4. Comité scientifique et technique de biosécurité ......................................................................... 79
III.4.2.5. Centre d’échanges d’informations sur la Prévention des risques biotechnologiques................ 80
IV - SYSTÈME D’ÉVALUATION ET DE GESTION DES RISQUES
BIOTECHNOLOGIQUES ET PROCÉDURE DE PRISE DE DÉCISION........ 81
IV.1. Introduction et définitions ........................................................................................................................ 81
IV.1.1. Evaluation des risques....................................................................................................................... 81
IV.1.2. Gestion des risques........................................................................................................................... 81
IV.2. Orientations techniques pour les mécanismes d’évaluation et de gestion des risques biotechnologiques 82
IV.2.1. Considérations générales .................................................................................................................. 83
IV.2.2. Méthodes générales d’évaluation et de gestion des risques .............................................................. 84
IV.2.3. Composantes essentielles des évaluations de risques biotechnologiques ........................................ 85
IV.2.4. Les méthodes d’évaluation des risques relatives aux produits pharmaceutiques génétiquement
modifiés ........................................................................................................................................................ 86
IV.2.5. Approches et méthodes d’évaluation des risques biotechnologiques liés à la consommation et à
l’utilisation des OGM et autres produits dérivés d'animaux consistant en des OGM................................... 86
IV.2.5.1. Caractérisation moléculaire....................................................................................................... 86
iv
IV.2.5.2. Sécurité sanitaire du produit génique......................................................................................... 87
IV.2.5.3. Allergénicité des produits de transgènes.................................................................................... 87
IV.2.5.4. Transferts de gènes..................................................................................................................... 87
IV.2.5.5. Effets non intentionnels .............................................................................................................. 88
IV.2.5.6. Evaluation de l’ingestion alimentaire ........................................................................................ 88
IV.2.5.7. Evaluation toxicologique intégrée.............................................................................................. 88
IV.2.5.8. Evaluation nutritionnelle intégrée.............................................................................................. 89
IV.2.5.9. Caractérisation des risques ........................................................................................................ 89
IV.2.5.10. Surveillance après la mise en marché ...................................................................................... 89
IV.2.6. Orientations techniques pour les mécanismes de contrôle de gestion des risques biotechnologiques
..................................................................................................................................................................... 90
IV.2.6.1. Contrôle des mesures physiques dans les études de laboratoire................................................ 90
IV.2.6.2. Contrôle de l’essai pilote et de la dissémination dans l’environnement .................................... 90
IV.2.6.3. Gestion des risques des produits pharmaceutiques génétiquement modifiés ............................. 91
IV.2.7. Orientations techniques relatives à la surveillance de la dissémination des OGM dans
l’environnement ........................................................................................................................................... 91
IV.3 – Procédure de prise de décision............................................................................................................... 92
IV.3.1. Approche de précaution : fondement juridique de l’activité réglementaire en biosécurité en RDC. 92
IV.3.1.1. Accord préalable en connaissance de cause .............................................................................. 92
IV.3.1.2. Notification ou saisie de l’Autorité nationale compétente.......................................................... 93
IV.3.1.3. Accusé de réception de la demande de notification par l’Autorité nationale compétente.......... 94
IV.3.1.4. Prise de décision par l’Autorité Nationale Compétente ............................................................. 95
IV.3.2. Spécificités de la procédure applicable aux mouvements transfrontaliers des OGM destinés à être
utilisés directement dans l’alimentation humaine ou animale ou à être transformés ................................... 95
IV.3.3. Documentation accompagnant les mouvements transfrontaliers d’OGM et de produits dérivés
d’OGM......................................................................................................................................................... 96
IV.4. Schéma récapitulatif du mécanisme de prise de décision, d’évaluation et de gestion des risques ........... 97
V – MÉCANISME DE CONTRÔLE, DE SUIVI ET DE SAUVEGARDE ..... 100
V.1. Biovigilance : un réflexe national à développer ..................................................................................... 100
V.2. Mécanisme de suivi, de contrôle et de sauvegarde.................................................................................. 100
VI - PARTICIPATION ET SENSIBILISATION DU PUBLIC........................... 101
VI.1. Considérations générales du système de sensibilisation et de participation du public........................... 101
VI.2. Objectifs de la sensibilisation et de la Participation du public............................................................... 102
VI.3. Quelques actions à réaliser en vue de l’implication du public ............................................................... 102
VI.3.1.Information et la sensibilisation du public ....................................................................................... 102
VI.3.2. Éducation et formation du public .................................................................................................... 103
VI.3.3. Participation du public.................................................................................................................... 103
VI.4. Groupes ou publics cibles ...................................................................................................................... 103
VI.5. Phases du processus de participation du public...................................................................................... 103
VI.5.1. Phase de communication................................................................................................................. 104
VI.5.2. Phase de consultation..................................................................................................................... 104
VI.5.3. Phase de la participation................................................................................................................. 104
VI.5.4. Phase du partenariat ....................................................................................................................... 104
VII. RECOMMANDATIONS ET MESURES D’ACCOMPGANEMENT DU
CADRE NATIONAL DE BIOSÉCURITÉ DE LA RDC ...................................... 105
VII.1. Renforcement des capacités des structures nationales de gestion de la biosécurité.............................. 105
VII.1.1. Comité consultatif national pour la biosécurité............................................................................. 105
VII.1.2. Autorité nationale compétente ....................................................................................................... 105
VII.1.3. Comité scientifique et technique de biosécurité ............................................................................. 106
VII.1.4. Centre national d’échange pour la prévention des risques biotechnologiques.............................. 106
VII.2. Renforcement des capacités humaines et techniques en matière de recherche, d’évaluation et de gestion
des risques ...................................................................................................................................................... 108
VII.2.1. Formation de spécialistes .............................................................................................................. 108
VII.2.2 Institutions de formation dans les filières potentielles .................................................................... 108
VII.2.3. Appui aux structures de recherche en matière d’OGM.................................................................. 108
VII.2.4. Renforcement des capacités des autres administrations ................................................................ 109
VII.3. Modalités pratiques de mise en oeuvre du Cadre national de biosécurité de la RDC............................ 110
VII.3.1. Coordination et suivi de la mise en oeuvre du Cadre national de biosécurité................................ 110
VII.3.1.1. Comité national de coordination............................................................................................. 110
v
VII.3.1.2. Equipe technique de coordination........................................................................................... 111
VII.3.2. Mobilisation des ressources financières pour la mise en oeuvre du Cadre national de biosécurité111
VII.3.3. Mise en place du Cadre national de biosécurité............................................................................ 111
CONCLUSION.................................................................................................................. 112
BIBLIOGRAPHIE............................................................................................................ 114
vi
Comité de rédaction et membres du Comité national de coordination du Projet
1. Abel Léon KALAMBAY, Secrétaire Général du Ministère de l’Environnement,
Conservation de la Nature, Eaux et Forêts ;
2. Vincent KASULU SEYA MAKONGA, Directeur de Développement Durable du
Ministère de l’Environnement, Conservation de la Nature, Eaux et Forêts et Directeur
National du Projet ;
3. François KAPA BATUNYI, Ingénieur forestier, Division Biodiversité, Direction de
Développement Durable, Coordonnateur du Projet ;
4. Benjamin TOIRAMBE, Point Focal du Centre National d’Echange pour la
prévention des risques biotechnologiques (BCH) ;
5. Mike IPANGA, Point Focal National du Protocole de Cartagena;
6. Théodore MUNYULIi B.M., Chercheur principal, CRSN-Lwiro, Consultant ;
7. Maître Crispin MUTUMBE MBUYA, Avocat, Président ONG Transparence
Environnement, Consultant en législation sur la biosécurité.
vii
SIGLES ET ABREVIATIONS
ADN : Acide Désoxyribonucléique
ADPIC : Accord sur les aspects de droits de propriété intellectuelle qui touchent le
commerce
ANC : Autorité Nationale Désignée
APC : Accord préalable en connaissance de cause
BUNASEM : Bureau National des Semences
CBD : Convention sur la diversité biologique (Convention on Biological Diversity)
CITES : Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore
sauvages menacées d’extinction
COMIFAC : Commission des Forêts d’Afrique Centrale
CRAA : Centre de Recherche Agroalimentaire
CRM : Centre de Recherche sur le Maïs ;
DSRP : Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté
EIE : Etude d’Impact Environnemental
FAO : Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture
FEM : Fonds pour l’Environnement mondial
ICCN : Institut Congolais pour la Conservation de la Nature ;
INERA : Institut National pour les Etudes et Recherche agronomique
INRB : Institut National de Recherche Biomédicale
OCC : Office Congolais de Contrôle
OFIDA : Office des Douanes et Accises
OGM : Organisme génétiquement modifié
OMC : Organisation mondiale du commerce
OND : Office National de l’Elevage
ONG : Organisation Non Gouvernementale
OTC : Accord sur les obstacles techniques au commerce
OVM : Organisme Vivant Modifié
PIB : Produit Intérieur Brut
PMURR : Programme Multi-Sectoriel de Réhabilitation et de Reconstruction
PMPTR : Programme Minimum de Partenariat pour la Transition et la Relance en RDC
PNAE : Programme National d’Action Environnemental
PNUE : Programme des Nations Unies pour l’Environnement
RDC : République Démocratique du Congo
viii
AVANT-PROPOS
1- Contexte de la mise en oeuvre du Projet
Depuis les années 1970, les biotechnologies ont connu une évolution caractérisée
notamment par l’utilisation du génie génétique en vue d’obtenir des organismes
génétiquement modifiés (OGM). Au cours de dix dernières années de sa découverte, la
biotechnologie moderne était utilisée uniquement en milieu confiné. Son recours en milieu
non confiné, en champ ouvert et surtout la dissémination des OGM dans les chaînes
alimentaires, suscitent aujourd’hui un grand débat sur la sécurité en biotechnologie moderne.
L’utilisation de la biotechnologie moderne et la faible maîtrise des impacts des
OGM sur la santé et l’environnement justifient des attitudes prudentielles quant à l’utilisation
de cette nouvelle technique de manipulation génétique, qu’est la biotechnologie moderne. Ce
qui, entre autres, s’est traduit par l’adoption de réglementations nationales et d’instruments
juridiques internationaux.
Déjà, en 1992, la Convention sur la diversité biologique (CDB) exigeait, aux
termes des paragraphes 3 et 4 de son article 19, des Etats Parties l’adoption d’un instrument
juridique international traitant des mécanismes permettant d’assurer la sécurité en
biotechnologie moderne.
En effet, en dépit des connaissances et expériences acquises concernant certaines
formes et utilisations de la biotechnologie moderne, les Etats Parties ont jugé nécessaire
d’adopter un accord international sur la prévention des risques biotechnologiques. La
négociation et l’adoption en janvier 2000 du Protocole de Cartagena sur la Prévention des
risques biotechnologiques relatif à la Convention sur la diversité biologique traduisent bien le
souci à cet égard. Ce protocole est entré en vigueur le 11 septembre 2003.
Le Protocole susvisé a donc pour objectif de «contribuer à assurer un degré
adéquat de protection pour le transfert, la manipulation et l’utilisation sans danger des
organismes vivants modifiés résultant de la biotechnologie moderne qui peuvent avoir des
effets défavorables sur la conservation et l’utilisation durable de la diversité biologique,
compte tenu également des risques pour la santé humaine, en mettant plus précisément
l’accent sur les mouvements transfrontières».
La RDC est Partie à la Convention sur la diversité biologique et a adhéré au
Protocole de Cartagena le 8 février 2005.
En vue de préparer les pays à l’entrée en vigueur du Protocole de Cartagena sur la
Prévention des risques biotechnologiques relatif à la CDB, et de mettre en place des cadres
nationaux de biosécurité, le Fonds pour l’environnement mondial a approuvé le Projet
FEM/PNUE sur le Développement d’un Cadre National de Biosécurité.
C’est dans ce cadre que la RDC bénéficie d’un financement du Fonds pour
l’environnement mondial (FEM) administré par le Programme des Nations Unies pour
l’Environnement (PNUE) pour la mise en place de son Cadre national de biosécurité afin de
ix
créer progressivement les conditions de prévention des risques liés à l’utilisation de la
biotechnologie moderne. Par définition, le cadre de biosécurité est l’ensemble des
arrangements institutionnels, des dispositions législatives et réglementaires, y compris les
directives techniques et activités de laboratoire qui concurrent a la prévention des risques
biotechnologiques. Le projet de développement d’un cadre national de biosécurité a démarré
depuis mars 2005. La première phase avait été consacrée à la réalisation d’enquêtes ayant
conduit à l’exécution d’études d’inventaires notamment sur les politiques, programmes et
législation pouvant avoir un impact sur l’utilisation de la biotechnologie moderne en RDC.
Les inventaires étaient réalisés à deux niveaux : (i) les enquêtes nationales visaient a récolter
les données sur les activités, les infrastructures, les capacités nationales en matière de
biosécurité et biotechnologie ;(ii) Les enquêtes ont aussi permis d’identifier les acteurs
nationaux dans le domaine de la biosécurité et biotechnologie ; (iii) les enquêtes étaient aussi
orientées vers la détermination des actuelles politiques nationales, programmes et
législations pouvant avoir un impact sur l’utilisation de la biotechnologie et sur la gestion
durable des produits de la biotechnologie moderne en RDC.
2- Enjeux relatifs au développement du Projet PNUE/FEM sur le Cadre national de
biosécurité
Les OGM constituent un enjeu important. Aussi, on observe très souvent une
réticence de la classe politique sur cette question. Bien qu’elle ne soit pas bien connue du
public en RDC, la biotechnologie moderne est utilisée ailleurs dans le monde dans les
différents secteurs tels que l’alimentation, l’énergie, l’industrie chimique, l’environnement, le
secteur agricole, le secteur médical et le secteur pharmaceutique. Les implications les plus
courantes sont les suivantes :
 Alimentation : améliorer la production, la qualité nutritionnelle et visuelle, le goût, la
composition, l’exemption de toxicité,…
 Industrie chimique : fabrication des huiles dérivées du colza, lin, tournesol, soja,
produits chimiques spécifiques (cosmétiques, colorants),…
 Industrie médicale et pharmaceutique : fabrication des vaccins, antibiotiques, insuline,
vitamines, protéines d’intérêt médical, thérapie génétique, etc.
 Environnement : diminuer la pollution
 Agriculture: améliorer les cultures et pratiques agricoles, la santé et nutrition animale,
la productivité et la fertilité,…
Pour la RDC, quelques enjeux agricoles peuvent être cités :
 Amélioration des performances agricoles (taux de production, mise au point
rapide des variétés a haut rendement, accès à des ressources génétiques variées)
 Changement de pratiques culturales (réduction du recours aux cultures sur brûlis
 Production de plantes modifiées (Variétés résistantes ou tolérantes aux
maladies/ravageurs réduisant les traitements insecticides) Economie d’utilisation
d’eau pour l’irrigation (plantes résistantes à la sécheresse)
 Réduction des pertes post-récolte ou traitement des maladies virales en médecine
moderne.
Cependant, le transfert d'un gène d'un organisme à un autre n'est pas sans risques
pour l'environnement et pour la santé humaine. Cette activité peut avoir des conséquences
imprévisibles et irréversibles. Le tableau suivant montre les différents types de risques
pouvant résulter de l’utilisation des OGM :
x
Type de Risques Conséquences
Sanitaires
- Risque d’allergie;
- Risque de transfert de résistance aux antibiotiques.
Environnementaux
- Pollution génique;
- Modification des équilibres écologiques par une pression
de sélection anormalement importante;
- Création de nouvelles espèces envahissantes.
Géopolitiques
- Accroissement des inégalités Nord-Sud, les pays du sud
devenant petit à petit exclus du jeu économique mondial.
Socio-économiques & culturels
- Quelques grands groupes devenant fournisseurs exclusifs
de la planète.
Ethique
- Dépendance de l’agriculture du sud vis-à-vis des variétés
transgénique du nord
Pour que les produits OGM soient utilisés à bon escient, sans risques et de
manière appropriée pour un développement durable sécurisé, il faudrait avoir une structure de
biosécurité pouvant évaluer et gérer les risques. Le présent Cadre national de biosécurité
permettra de consigner les lignes directrices d’un programme de biosécurité pour la RDC.
3- Objectifs du Projet PNUE/FEM sur le Cadre national de biosécurité
Le Projet FEM/PNUE relatif au « Développement des Structures Nationales de
Biosécurité » vise à aider plus d’une centaine des pays en développement, y compris la RDC,
à mettre en place leur propre structure nationale pour la gestion des organismes vivants
modifiés, afin qu’ils satisfassent aux exigences du Protocole de Cartagena sur la Prévention
des risques biotechnologies.
Pour y parvenir, le projet a ciblé un certain nombre d’actions prioritaires,
notamment :
 Le renforcement des capacités nationales en vue du développement d’un cadre
national (structure, loi, règlements, normes) sur la biosécurité ;
 Le renforcement des capacités nationales pour la prise des décisions efficientes
concernant les notifications et les requêtes relatives aux organismes vivants modifiés,
en incluant la mise en place d’un cadre institutionnel ;
 L’application d’autres mesures initiées ou adoptées et répondant aux exigences de la
mise en oeuvre du Protocole de Cartagena sur les risques biotechnologies en tenant
compte des travaux et recommandations du Comité Intergouvernemental pour le
Protocole de Cartagena ;
 La promotion de la coopération régionale et sous-régionale, y compris l’harmonisation
des législations et réglementations nationales ;
 La sensibilisation des populations sur les questions relatives aux manipulations des
organismes vivants modifiés, afin de promouvoir des débats riches et d’assurer la
transparence tout en respectant la législation et la réglementation sur les Organismes
Vivants Modifiés ;
 La participation des centres de décision à la conception et à la réalisation du Cadre
national de biosécurité.
xi
4- Finalité du document « Cadre national de biosécurité »
L’élaboration du document « Cadre national de biosécurité » vise à définir des
orientations pour :
·  Une politique nationale de biosécurité ;
·  Un cadre juridique (législatif et règlementaire) ;
·  Un système administratif ;
·  Un système pour l’évaluation et la gestion des risques ;
·  Des mécanismes de participation du public et de partage de l’information.
5- Méthodologie
Sous la direction de la Coordination Nationale du Projet Développement d’un
Cadre National de Biosécurité placée sous la tutelle du Ministère de l’Environnement,
Conservation de la Nature, Eaux et Forêts, le processus d’élaboration du document Cadre
national de Biosécurité a suivi les étapes suivantes :
 La mise en place d’un Comité National de Coordination ;
 Le recrutement des consultants chargés de réaliser des enquêtes et études de base
(inventaires) ;
 L’identification de toutes les parties prenantes : administrations en charge de
l’Agriculture, de l’Environnement, de la Santé, du Commerce, de la Recherche
scientifique et technologique, ainsi que des organismes publics et privés évoluant dans
le secteur concerné (comme l’Office Congolais de Contrôle, Université de Kisangani,
Université de Lubumbashi, l’Institut National pour les Etudes et la Recherche
Agronomique, le Centre de Recherche sur le Maïs, l’Institut National de Recherche
Biomédicale, le Centre de Recherche Agroalimentaire, la société civile, les universités
et centres de recherche, les médias, etc.) ;
 L’analyse des rapports d’études de base par le Comité National de Coordination ;
 L’organisation des activités de sensibilisation auprès des parties prenantes :;
 L’élaboration du document synthèse des rapports d’enquêtes et d’études de base
réalisés par les consultants ;
 L’analyse du rapport synthèses des rapports d’études de base réalisée par le Comité de
Coordination du Projet et ensuite par les parties prenantes ;
 La production de la première version du document « Cadre National de Biosécurité en
RDC »
Le processus devra se poursuivre avec la soumission du présent document à une
contre-expertise nationale et internationale avant son examen et sa validation respectivement
par le Comité de pilotage du projet et par les participants lors d’un atelier national auquel
prendront part toutes les parties prenantes intéressées. Le processus devra s’achever avec
l’élaboration et l’adoption d’un avant-projet de Loi sur la Biosécurité en République
Démocratique du Congo.
xii
6- Difficultés rencontrées
Parmi les principales difficultés rencontrées dans la réalisation de cette première
version du document « Cadre national de Biosécurité en RDC » figurent notamment :
·  L’absence d’activités de sensibilisation sur l’utilisation ou non de la biotechnologie
moderne et des OGM ;
·  le manque de convergence des parties prenantes sur l’utilisation ou non des OGM et
de la biotechnologie moderne;
·  l’absence quasi-totale des documents et politiques sur l’utilisation des biotechnologies
en général et de la biotechnologie moderne et l’absence des débats nationaux sur les
risques y afférents,
·  l’absence des études spécifiques consacrées à l’utilisation des biotechnologies, etc.
7- Quelques atouts
Pour faciliter la réalisation du présent document, la Coordination du Projet a pu
bénéficier de certains atouts ci-après :
 l’engagement du Gouvernement dans le processus de ratification du Protocole de
Cartagena sur la Prévention des risques biotechnologies ;
 l’appui financier et technique du FEM et du PNUE ;
 la disponibilité des parties prenantes identifiées ci-dessus ;
 la volonté du Ministère en charge de l’Environnement de faciliter la conduite du
processus de mise en place du Cadre national de biosécurité en RDC ;
 l’existence d’une équipe des consultants résolument engagés.
RESUME
La République Démocratique du Congo est Partie à la Convention sur la Diversité
biologique et a adhéré, le 8 février 2005, au Protocole de Cartagena sur la Prévention des
risques biotechnologiques.
C’est dans ce cadre que la RDC bénéficie d’un financement du Fonds pour
l’environnement mondial (FEM) administré par le Programme des Nations Unies pour
l’Environnement (PNUE) pour la mise en place de son Cadre National de Biosécurité afin de
créer progressivement les conditions de prévention des risques liés à l’utilisation de la
biotechnologie moderne. Ce projet a démarré en mars 2005 par la réalisation de la première
phase consacrée aux enquêtes des études d’inventaires sur les politiques, programmes et
législation pouvant avoir un impact sur l’utilisation de la biotechnologie moderne en RDC. Le
principal objectif de ce projet est d’aider la RDC à mettre en place sa propre structure
nationale pour la gestion des organismes vivants modifiés, afin qu’elle satisfasse aux
exigences du Protocole de Cartagena sur la Prévention des risques biotechnologies.
1
INTRODUCTION GÉNÉRALE
1. Généralités sur les caractéristiques physiques et socioéconomiques de la République
Démocratique du Congo
La RDC est située de part et d’autre de l’Équateur sur une superficie d’environ
2.345.000 km². Le climat de la RDC est de type tropical, caractérisé par des précipitations
annuelles allant de 810 mm aux côtes jusqu’à plus de 2000 mm dans le bassin central. La
RDC dispose d’un relief constitué d’une Cuvette centrale entourée de plateaux et de
montagnes et d’un réseau hydrographique dense (lacs, fleuve, bief maritime et côte
atlantique).
La variété de son climat se traduit par une grande diversité au niveau de la flore et
de la faune. La RDC est un des dix premiers pays au monde de part l’importance de sa
diversité biologique. La RDC dispose de nombreuses espèces recensées : près de 480 espèces
de mammifères, 1.117 espèces d’oiseaux, 1.069 espèces de poissons, 350 espèces de reptiles,
20 espèces de caméléons, 15 espèces de tortues terrestres et dulcicoles, 105 espèces de
mollusques aquatiques, 167 espèces de chironomidés et plus de 10.000 espèces
d’angiospermes dont environ 3.000 seraient endémiques. Une protection relative de la
diversité biologique est assurée dans le contexte des aires protégées (environ 9,7 % de
l’étendue du territoire). Les ressources forestières de la RDC sont évaluées à environ 135, 207
millions d’hectares sur les 235 millions d’hectares du territoire national.
Les terres émergées de la RDC représentent 226,7O5 millions d’hectares, soit
97% du territoire national. Elles ont regroupées en six principaux types de sols : andosols
(0,5% de l’ensemble des sols), vertisols (1%), sols hydromorphes (5%), nitosols (ferrisols)
(14%), ferralsols (53, 5%) et arenoferrals (26%). Les sols véritablement fertiles (andosols)
sont de superficie restreinte. Néanmoins, 80 millions d’hectares sont jugées relativement aptes
à l’agriculture dont seulement 10 millions sont consacrés aux cultures et aux pâturages.
La population de la RDC était estimée à 58 millions d’habitants en 2003 dont
près de 70% en milieu rural. La population est projetée à 92,20 millions d’habitants en 2020.
Entre 2000 et 2005, le taux annuel de variation de la population se situait à 2, 8 % par an. La
densité, estimée à 22 habitants au km2 en 2000 est projetée à 39 habitants au km2 aux
horizons 2020.
Comme certains autres pays africains, la RDC n’échappe pas au phénomène de la
pauvreté. Le secteur agricole occupe une place prépondérante dans l’économie congolaise.
L’agriculture repose essentiellement sur :
·  la production vivrière comprenant notamment les céréales, les racines, les tubercules,
les oléagineuses, les légumes et légumineuses;
·  l’exploitation agricole moderne se rapportant aux cultures de rente ou d’exportation,
avec comme principaux produits le café, le coton , le thé, le caoutchouc, les huiles de
palme, le cacao, l’hévéa, le quinquina, l’oignon, la canne à sucre, les fruits et
légumes ;
·  l’élevage des bovins, des ovins, des porcins, des caprins et de la volaille;
·  les productions sylvicoles, etc.
2
La contribution de l’agriculture au PIB est en moyenne de 38,33% et ce secteur
venait au second rang après le secteur minier. En 2003, la valeur ajoutée de la branche
« Agriculture, Sylviculture, Elevage, Pêche et Chasse » qui s’est accrue de 1,2% en 2003 est
estimée à 0,6% en 2004. Rapportés à leurs niveaux de 2003, les indices d’activité de la
production vivrière et de la production agricole d’exportation ont stagné en 2004, se fixant
respectivement à 103,6 points et à 60,5 points contre 103,8 et 60,8 points une année plus tôt.
En dépit de cette augmentation. La RDC n’a jamais atteint l’autosuffisance alimentaire et
l’Etat congolais est obligé de recourir jusqu’à ce jour aux importations des denrées
alimentaires pour combler le déficit.
L’agriculture repose sur les principales cultures vivrières ci-après: céréales (maïs
graines, riz paddy, millet et sorgho, blé et orge), racines et tubercules (manioc tubercules,
patate douce, taro, pomme de terre, oignon, ails, igname), légumes et légumineuses (haricots,
vandzou, feuille de manioc, piments et poivres, chou, autres légumes), oléagineux (arachides,
soja, noix de palme, autres oléagineux), fruits (bananes plantains, bananes douces, autres
fruits) etc.
En RDC, les principaux produits alimentaires importés sont notamment : le maïs,
le riz, les poissons salés et fumés, la viande et abats, le blé. Certains de ces produits
alimentaires d’importation sont susceptibles de contenir des OGM. C’est le cas notamment du
maïs, du riz, de la viande et abats, du blé et de la farine de blé, de l’huile de table, des fruits et
jus, etc.
Il sied de souligner que de nombreux opérateurs économiques ignorent
complètement si les produits importés contiennent ou non des OGM. Ils ignorent également
l’existence du Protocole de Cartagena sur la Prévention des risques biotechnologiques.
Enfin, l’analyse des politiques sectorielles relatives à l’environnement, à
l’agriculture, à l’élevage, à l’industrie, à la recherche scientifique, à la santé et à
l’alimentation démontre que ces dernières ne définissent aucune orientation en matière
d’utilisation des OGM et produits dérivés et ni de prévention des risques biotechnologiques.
1.1. Contexte général et utilisation des biotechnologies
L’objectif poursuivi par la biotechnologie moderne dans le domaine du règne
végétal, entre autres, est nul doute la production de variétés plus performantes. Au total, le
processus de production des OGM comprend plusieurs étapes dans le domaine de
l’agroalimentaire qu’il s’agisse de procédés de manipulations génétiques effectuées sur les
plantes, les animaux et les levures. Le secteur agroalimentaire demeure dans tous les cas plus
concerné que celui des semences et celui de l’agrochimie.
1.2. Utilisation des biotechnologies en RDC
Nul doute, l’utilisation des OGM présente des avantages dans certains secteurs
comme l’agriculture, l’élevage et l’industrie agroalimentaire :
3
 Dans le secteur agricole et de l’élevage, elle contribue à l’augmentation de la
résistance des animaux à certaines maladies et à l’amélioration de la qualité
nutritionnelle des plantes utilisées dans l’alimentation animale ;
 Dans le domaine de l’industrie agroalimentaire, elle contribue à l’amélioration de la
conservation des aliments ;
 Dans le domaine de la santé humaine, l’on a noté par exemple la production de
l’insuline, des vaccins, etc.
Toutefois, l’utilisation des OGM peut avoir aussi des impacts négatifs dans
d’autres secteurs comme la santé humaine (risques de toxicité et d’allergie alimentaire, …),
l’environnement et la biodiversité (risques de dissémination des gènes transgéniques par le
vent ou les insectes, risques d’appauvrissement de la biodiversité, risques d’avènement et de
prolifération de mutants résistants aux pesticides, etc.).
En RDC, l’utilisation des biotechnologies se limite aux biotechnologies
traditionnelles dans trois domaines ci-après :
 la production de la bière et des boissons gazeuses avec des matières premières
essentiellement importées ;
 la transformation et le conditionnement des produits laitiers dont la fabrication repose
essentiellement sur des matières premières importées;
 la production artisanale d’aliments fermentés (fromage traditionnel et autres produits),
de boissons locales (yaourt, lait caillé, vin de palme, etc.).
1.3. Etat des lieux en matière de gestion de la biosécurité en RDC
La RDC ne dispose ni d’une loi cadre sur la protection de l’environnement ni d’un
cadre juridique spécifique sur la prévention des risques biotechnologiques répondant aux
exigences du Protocole de Cartagena.
Outre les Principes de l’Agenda 21, dont le chapitre 16 traite, entre autres, de
l’établissement de mécanismes pour le développement des biotechnologies et de l’application
de celles-ci dans le respect de l’environnement, la RDC a adhéré à certains accords
multilatéraux sur l’environnement et touchant la biosécurité. C’est le cas de la CDB dont
l’article 19 pose le principe de l’adoption d’un protocole sur les mécanismes permettant
d’assurer la sécurité en biotechnologie.
Toutefois, la RDC dispose de textes législatifs et réglementaires sur la protection
phytosanitaire, la police sanitaire des animaux (notamment le refoulement et la mise en
quarantaine) et la protection des droits de la propriété industrielle. Il n’existe cependant pas
des dispositions qui prennent en compte les exigences de la mise en oeuvre du Protocole de
Cartagena.
Cependant, il existe en RDC des ministères et organismes dont les attributions
sont susceptibles de concerner le domaine de la biosécurité. Il s’agit notamment des
Ministères en charge respectivement de l’agriculture, de l’élevage, de l’environnement, de la
santé, du commerce extérieur, de l’industrie, de la recherche scientifique, etc. Il n’existe
cependant pas de structure nationale spécialisée pour assurer la coordination des activités en
matière de biosécurité.
4
La RDC dispose également de certaines compétences et expertises diverses dans
le domaine de la recherche et des biotechnologies et dont les domaines de spécialisation
concernent notamment : la biologie, la biotechnologie, la botanique, la biochimie, la chimie,
l’écologie, l’entomologie, la foresterie, la génétique, la gestion de l’environnement, la
microbiologie, la nutrition, la parasitologie, la pédologie, la phytopathologie, production
végétale, la protection des végétaux, la sylviculture, les sciences de l’environnement, la
zoologie, la zootechnie, etc. Un programme de renforcement des capacités humaines devra
être mis en place au titre de mesures d’accompagnement de la mise en place du Cadre
national de biosécurité en RDC.
Enfin, les infrastructures de recherche, d’évaluation et de gestion des risques dont
disposent les instituts et centres de recherche ne répondent pas aux exigences en matière
d’évaluation et de gestion des risques biotechnologiques.
2. Composantes du Cadre national de biosécurité
Le Cadre national de biosécurité recueille un certain nombre d’orientations en
rapport avec ses différentes composantes.
2.1 Politique nationale de biosécurité
La politique nationale de biosécurité devra se fonder sur des principes de base de
gestion de l’environnement, notamment le principe de précaution et le principe de prévention,
en adéquation avec les dispositions du Protocole de Cartagena. Cette politique tient compte du
souci d’évaluer les avantages et inconvénients liés à l’utilisation des OGM et de leurs produits
dérivés
Si le cadre national de biosécurité entend encadrer le recours à la biotechnologie
moderne comme outil de promotion du développement, l’utilisation de la biotechnologie
devra être subordonnée à l’exigence d’un accord préalable en connaissance de cause.
En tout état de cause, la finalité de la Politique nationale de biosécurité est nul
doute d’assurer la protection de la santé de la population, de l’environnement, des ressources
naturelles et des tissus socioéconomiques par l’application du principe de précaution dans
l’utilisation de la biotechnologie moderne. Dans cette perspective et en tenant compte des
orientations susvisées, le développement, la production et la commercialisation des OGM et
de leurs produits dérivés doivent se faire dans le respect des dispositions législatives et
réglementaires nationales en la matière.
2.2. Orientations pour le cadre juridique de gestion de biosécurité
Le cadre juridique de gestion de la biosécurité en vue d’assurer la mise en oeuvre
du Protocole de Cartagena en RDC vise en priorité à préserver la santé humaine,
l’environnement et les tissus socioéconomiques face aux risques potentiels liés à l’utilisation
de la biotechnologie moderne.
Pour répondre aux exigences de la mise en oeuvre de ce Protocole, la loi sur la
biosécurité en RDC devra aborder les aspects importants ci-après : le champ d’application, les
5
mouvements intentionnels et non intentionnels, l’institution d’un accord préalable en
connaissance de cause, les mécanismes d’échanges d’informations, la protection des
informations confidentielles, les mécanismes d’évaluation et de gestion des risques, les
dispositifs de prévention et de répression des infractions, les régimes de responsabilité et de
réparation ainsi que les mécanismes de participation du public au processus décisionnel.
De façon globale, le champ d’application devra couvrir toutes les formes
d’utilisation des OGM et produits dérivés, en passant notamment par leur production, leur
dissémination, leur mise en circulation, leur importation, leur manipulation, leur entreposage,
leur transport et leur élimination. En particulier, cette législation devra être applicable à
l’importation, à l'exportation, au transit, à l’utilisation milieu confiné, à la dissémination ou à
la mise en marché de tout organisme génétiquement modifié qu'il soit destiné à être disséminé
dans l'environnement ou à être utilisé comme produit pharmaceutique, denrée alimentaire,
aliment pour bétail ou produit de transformation, qu’il s’agisse d'un produit dérivé
d'organisme génétiquement modifié.
2.3. Orientations pour le cadre institutionnel de gestion de biosécurité
Les arrangements institutionnels du Cadre National de Biosécurité en RDC
s’articuleront autour des organes ci-après : le Point Focal de Biosécurité, le Conseil
Consultatif National de Biosécurité, l’Autorité Nationale Compétente, le Comité Technique et
Scientifique, le Centre National d’Echange pour la prévention des risques biotechnologiques.
Ces organes seront en profondeur au point 3.4 du présent document traitant des orientations
du Cadre Institutionnel et Administratif en RDC
2.4. Orientations pour les mécanismes d’évaluation et de gestion des risques
biotechnologiques en RDC
L’évaluation des risques s’appuie au minimum sur les informations fournies
conformément à l’article 8 du Protocole de Cartagena et sur d’autres preuves scientifiques
disponibles permettant de déterminer et d’évaluer les effets défavorables potentiels des
organismes vivants modifiés sur la conservation et l’utilisation durable de la diversité
biologique, compte tenu également des risques pour la santé humaine. Pour rendre
opérationnel le cadre juridique de la biosécurité, il est indispensable de conférer à l’Autorité
nationale compétente le pouvoir d’élaborer des directives techniques en matière d’évaluation
et de gestion des risques biotechnologiques. Le processus de définition de ces mécanismes
devra prendre en compte non seulement l’analyse faite sur la situation en matière de
biotechnologies modernes et de biosécurité en RDC mais aussi les directives du PNUE, les
dispositions du Protocole de Cartagena sur la Prévention des risques biotechnologiques et les
directives d’autres pays ayant une bonne expérience dans ce domaine et ce, sans préjudice des
engagements suscrits par la RDC, notamment dans le cadre de la Communauté de
Développement de l’Afrique Australe (SADC).
2.5. Orientations pour le système de sensibilisation et de participation du public
La sensibilisation et la participation du public sur les risques biotechnologiques
constituent une des exigences du Protocole de Cartagena car un public suffisamment
6
sensibilisé et informé sur les risques biotechnologiques serait davantage disposé à s’impliquer
dans le processus de gestion de la biosécurité.
Pour atteindre les objectifs du Protocole et du Cadre national de biosécurité, les
activités ci-après doivent être réalisées :
 Sensibilisation du public à travers tous les moyens et canaux de communication
appropriés, sur les impacts des OGM ;
 Education du public pour une meilleure connaissance aux plans scientifique,
économique et juridique des OGM ;
 Facilitation de l’accès du public à l’information sur les OGM ;
 Participation du public aux processus décisionnels relatifs aux OGM.
La participation du public sera organisée à travers le Comité Consultatif National
de Biosécurité et d’autres organes consultatifs représentant des groupes cibles, notamment les
ONG, la société civile, le secteur privé, les associations des consommateurs, les organisations
de base.
3. Mesures d’accompagnement
3.1. Renforcement des capacités humaines, institutionnelles et techniques
La RDC dispose de plusieurs institutions et ressources humaines qui sont
potentiellement compétents en matière de biotechnologie et de biosécurité. Les résultats des
inventaires effectués ont montré que des structures sont en place pour permettre le démarrage
des analyses sur les OGM moyennant une dotation de matériels adéquats et une formation ou
recyclage du personnel en place.
Les départements ministériels concernés sont :
- le Ministère chargé du Commerce qui a sous sa tutelle l’Office Congolais de Contrôle
(dont la mission sera décrite ultérieurement), en vue du renforcement des capacités de
son laboratoire de contrôle de la qualité des produits importés et des normes;
- le Ministère chargé de la Santé publique qui est doté d’une direction chargée du
Contrôle de la qualité des denrées alimentaires et des produits pharmaceutiques. Ce
ministère devrait renforcer ses laboratoires d’analyse physico-chimique des denrées
alimentaires, de détection des germes pathogènes et de toxicologie, notamment à
l’INRB ;
- Le Ministère chargé de l’Agriculture et de l’Elevage en vue d’appuyer notamment le
Bureau National Semencier (renforcement de ses capacités de conception et contrôle
de la qualité de la production semencière nationale, l’installation d’un laboratoire de
biologie moléculaire et l’acquisition du matériel génétique de base), le Centre de
Recherche sur le Maïs (installation d’un laboratoire de biologie moléculaire et
l’acquisition du matériel génétique de base), le Service de Quarantaine Animale et
Végétale en vue de renforcer ses capacités de surveillance zoosanitaire et
phytosanitaire ainsi que la gestion de la quarantaine animale et végétale sur l’ensemble
du territoire national) et la Direction de Production et Protection des Végétaux ayant
des bureaux régionaux à travers les différentes provinces du pays et la Direction de
Production et Santé Animale;
7
- Les Ministères chargés respectivement de l’Education Nationale et de la Recherche
Scientifique et technologique : pour l’acquisition et la réhabilitation de différents
laboratoires des institutions universitaires et centres nationaux de recherche : CRSNLwiro,
INERA, le CREN-K, le CRAA-Lubumbashi, etc.
- Le Ministère chargé de l’Environnement et les institutions provinciales rattachées,
- Le Ministère de l’Industrie : qui a dans ses attribution la gestion de brevets et autres
droits de propriété intellectuelle.
Dans toutes ces institutions, il y a un besoin criant et permanent de réhabilitation
et de renforcement des capacités des laboratoires pour les rendre aptes à faire face aux effets
des OGM/OVM. L’Etat est invité à jouer un rôle prépondérant dans la réussite du programme
de biosécurité notamment dans la rémunération adéquate des chercheurs et dans
l’investissement active et soutenu des systèmes d’enseignement et en matière de recherche
scientifique.
Au total, dans le cadre de la mise en oeuvre des structures du Cadre institutionnel
défini par le Cadre national de la biosécurité, il est urgent de mettre en place un programme
de renforcement des capacités. Les domaines de renforcement des capacités sont spécifiques à
chaque structure ciblée dans le cadre organique du cadre institutionnel défini par le Cadre
national de biosécurité en RDC à travers notamment des séminaires, des ateliers ou des stages
de perfectionnement ou de formations spécialisées. Ces structures ou arrangements
institutionnels sont :
 le Point focal national de Biosécurité ;
 le Comité Consultatif National de Biosécurité ;
 l’Autorité Nationale Compétente ;
 le Comité Scientifique et Technique de Biosécurité ;
 le Centre national d’Echanges d’informations sur la prévention des risques
biotechnologiques.
Concernant les séminaires et ateliers, la formation portera notamment sur la
maîtrise des dispositions pertinentes du Protocole de Cartagena et du cadre juridique et
institutionnel national de gestion de biosécurité, la maîtrise des procédures d’évaluation et de
gestion des risques, la maîtrise des techniques d’évaluation des rapports d’étude sur les
risques biotechnologiques, les techniques d’inspection et de contrôle des produits susceptibles
de contenir des OGM, les méthodes de détection d’OGM de type PCR, les mécanismes de
financement des bailleurs de fonds, le contrôle et la surveillance des disséminations d’OGM,
l’évaluation des programmes de recherche en matière de biotechnologie moderne, le
développement des programmes de coopération bilatéraux et multilatéraux, les techniques
d’utilisation des données du Centre d’Echange du secrétariat du Protocole et du Centre
national d’Echanges, etc.
Les formations de longue durée seront dispensées à certains spécialistes dans les
domaines tels que la génétique, la toxicologie, les sciences connexes, la biosécurité et la
biotique, les inspections, etc.
La formation à elle seule ne suffit pas pour assurer la mise en oeuvre du Cadre
national de biosécurité en RDC. Une dotation en infrastructures et matériels bureautiques et
de communication doit être accordée aux structures impliquées dans le pilotage de ce cadre.
En outre, les centres ou organismes de recherche et de contrôle en matière d’OGM devront
8
être dotés des équipements indispensables comme les laboratoires de biotechnologies et des
laboratoires de techniques d’ADN recombinant.
3.2. Modalités et moyens de mise en oeuvre du Cadre national de biosécurité
La mise en oeuvre du Cadre national de biosécurité exige que l’ensemble des
activités attendues soient placées sous la responsabilité d’une équipe nationale de
coordination, placée sous la supervision de la Direction de Développement Durable du
Ministère en charge de l’Environnement.
Cette équipe sera suivie par le Comité National de Coordination chargée
notamment de veiller à la bonne exécution de la phase de mise en place du Cadre national de
biosécurité.
La mise en place d’un cadre national de biosécurité en RDC dépend également du
niveau et de la capacité de mobilisation des ressources financières nécessaires au
renforcement des capacités juridiques, institutionnelles, humaines et techniques. Trois
approches de mobilisation des ressources sont envisageables : ressources internes, recours aux
mécanismes de financement prévus par le Protocole de Cartagena et la Convention sur la
diversité biologique et le recours au partenariat traditionnel. Actuellement, les ressources du
Budget de l’Etat sont insignifiantes au regard de la modicité des crédits alloués aux Ministères
pouvant intervenir, de par leurs attributions, dans les secteurs de prédilection de la
biotechnologie moderne.
-
9
I - POLITIQUE GÉNÉRALE ENVIRONNEMENTALE TOUCHANT LES
BIOTECHNOLOGIES EN RDC
I.1. Données biophysiques
I.1.1. Aperçu géomorphologique, climatique et données pédologiques
Le relief se caractérise par une vaste cuvette de 750.000 m² entourée de plateaux
et de montagnes. L’altitude va du niveau de la mer au Sud Ouest du pays à 5.119 mètres à
l’Est (Mont Ruwenzori). La cuvette est bordée au Sud par les plateaux du KWANGO et du
KASAI, prolongés par les hauts plateaux du Katanga, à la limite du partage des eaux du
Bassin du Congo et du Zambèze. La limite orientale du pays est marquée par l’immense
fracture du Rift africain occupé par une série de lacs et entourée des massifs montagneux,
localement volcaniques.
Le climat est de type tropical, caractérisé par des précipitations annuelles allant de
810 mm aux côtes jusqu’à plus de 2000 mm dans le bassin central. Les températures
moyennes annuelles oscillent entre 24 et 25° C et peuvent descendre jusqu’à 18 ou 20° C dans
les hautes altitudes. L’humidité relative varie entre 70% et 85%. La variété de son climat se
traduit par une grande diversité au niveau de la flore et de la faune qui fait de la RDC un des
dix pays à haute diversité biologique.
Les terres émergées de la RDC représentent environ 226,7O5 millions d’hectares,
soit 97% du territoire national. Elles sont regroupées en six principaux types de sols :
andosols (0,5% de l’ensemble des sols), vertisols (1%), sols hydromorphes (5%), nitosols
(ferrisols) (14%), ferralsols (53, 5%) et arenoferrals (26%). Les sols véritablement fertiles
(andosols) sont de superficie restreinte. Néanmoins, 80 millions d’hectares sont jugées
relativement aptes à l’agriculture dont seulement 10 millions sont consacrés aux cultures et
aux pâturages.
La RDC dispose d’un relief constitué d’une Cuvette centrale entourée de plateaux
et de montagnes et d’un réseau hydrographique dense (lacs, fleuve, bief maritime et côte
atlantique).
Les ressources forestières de la RDC sont évaluées à environ 135, 207 millions
d’hectares sur les 235 millions d’hectares du territoire national.
La RDC est l’un de dix pays qualifiés de méga-biodiversité. Elle dispose de
nombreuses espèces recensées : près de 480 espèces de mammifères, 1.117 espèces d’oiseaux,
1.069 espèces de poissons, 350 espèces de reptiles, 20 espèces de caméléons, 15 espèces de
tortues terrestres et dulcicoles, 105 espèces de mollusques aquatiques, 167 espèces de
chironomidés et plus de 10.000 espèces d’angiospermes dont environ 3.000 seraient
endémiques. Une politique relative à la protection de la diversité biologique est assurée dans
le contexte des aires protégées (environ 9,7 % de l’étendue du territoire).
10
I.1.2. Écosystèmes d’eau douce, marins et côtiers
La RDC possède un réseau hydrographique très dense. Les plans d’eau
représentés par l’immense réseau fluvial, les plaines inondées et les lacs couvrent environ
86.080 km² (3,5% de la superficie du pays). Ceux-ci peuvent être subdivisés en trois types
d’écosystèmes naturels :
·  Ecosystèmes lacustres, représentés par les lacs de l’Est, ceux de la Cuvette centrale et
quelques lacs de dépression ;
·  Ecosystèmes fluviaux, comprenant le Fleuve Congo, ses affluents principaux et
secondaires ;
·  Ecosystèmes marins représentés par le bief maritime du Sud Ouest et la côte
atlantique.
Les grands lacs périphériques de l’Est couvrent une superficie d’environ 48.000
km² dont 47% sont de juridiction congolaise. Les superficies respectives pour le Congo sont :
Lac Tanganyika (14.8000 km²), Lac Albert (2.420 km² ), Lac Kivu (1.700 km²), Lac Edouard
(1.630 km²) et Lac Moero (1.900 km²).
Le système lacustre congolais comprend en outre deux importants lacs intérieurs,
le Lac Tumba et le Lac Mai Ndombe. Ils couvrent ensemble entre 2.300 et 7000 km² selon les
saisons (faible en saison sèche et forte en saison pluvieuse). On y inclut également les lacs de
dépression de Kamalondo (1.700 km²), le Lac Tshangalele (446 km²), le Lac Nzilo (280 m), le
Lac Upemba, le Lac Kisale, le Lac Mukamba, etc. Le système fluvial couvre environ 34.000
km² sur un réseau de plus de 33.000 km² constitué par le fleuve, ses principaux affluents et
rivières secondaires.
La RDC possède également environ 40 km de façade maritime couvrant une
superficie de plus ou moins 2.000 km² de plan d’eau. Le potentiel halieutique national est
évalué à quelques 707.000 tonnes maximum dont environ 63% seraient dans les eaux de
grands lacs de l’Est (Tanganyika, Edouard et Kivu), 28% dans le système fluvial, 8% dans les
lacs de dépression et ceux de retenue du Katanga et seulement 1% dans les eaux maritimes de
la côte atlantique.
I.2. Aperçu sur les données socioéconomiques
I.2.1. Évolution de la population
La population de la RDC était estimée à 58 millions d’habitants en 2003 dont près
de 70% en milieu rural. La population est projetée à 92,20 millions d’habitants en 2020. Entre
2000 et 2005, le taux annuel de variation de la population se situe à 2, 8 % par an. La densité,
estimée à 22 habitants au km2 en 2000 est projetée à 39 habitants au km2 en 2020.
I.2.2. Contexte économique et social
La RDC a connu des contre-performances depuis 1990 (avec la suspension de la
coopération internationale), qui ont été exacerbées entre 1997 et 2003 par des conflits armés.
11
Les efforts du Gouvernement ont abouti notamment à l’apurement en 2002 des arriérés de la
dette extérieure de la RDC vis-à-vis des institutions financières internationales et des
créanciers bilatéraux mais aussi à l’obtention en juillet 2003 d’un allégement de sa dette au
titre de l’Initiative PPTE dont la prolongation a été obtenue jusqu’au 31 juillet 2006.
Le Programme Economique du Gouvernement (PEG) qui couvrait initialement la
période d’avril 2002 à juin 2005 était soutenu par la Facilité pour la Réduction de la Pauvreté
et la Croissance (FRPC) du FMI, le Crédit de Relance Economique et le crédit d’appui au
Programme Multi-sectoriel d’Urgence de Réhabilitation et de Reconstruction (PMURR) de la
Banque mondiale ainsi que des ressources d’autres bailleurs de fonds tels que la BAD,
l’Union européenne et le PNUD. Le PEG a pour objectifs principaux de consolider la stabilité
macroéconomique et de relancer la croissance de manière à réduire la pauvreté. En outre, le
Gouvernement vient d’élaborer la seconde version du Document de Stratégie de Réduction de
la Pauvreté (DSRP). D’importantes réformes ont été entreprises dans le secteur économique,
notamment dans les secteurs financier et de la gestion des ressources naturelles.
Le Projet Compétitivité et Développement du Secteur privé, mis en place en 2002,
poursuit comme objectif l’instauration d’un climat des affaires susceptible de promouvoir la
croissance des entreprises compétitives, capables de créer de nouveaux emplois. Ce projet a
permis notamment la promulgation du Code des investissements, du Code forestier, du Code
minier, du Code du Travail et des lois sur les Postes, les Télécommunications et l’Autorité de
Régulation des postes et des télécommunications, la signature du Règlement minier, la
création de l’Agence Nationale pour la Promotion des Investissements (ANAPI), l’adhésion
de la RDC à l’Agence pour l’Assurance du Commerce en Afrique (ACA), la mise en place en
2003 d’un Centre national d’arbitrage, l’engagement de la RDC d’adhérer au Traité de
l’OHADA et l’organisation des séminaires sur le Droit OHADA, etc. Dans le domaine de la
gestion des ressources naturelles, les réformes entreprises par le Gouvernement visent
notamment à ce que ces ressources contribuent à la relance économique, au développement
rural et à la lutte contre la pauvreté, tout en préservant sur le long terme l’intégrité des
écosystèmes et la protection de l’environnement. En ce qui concerne le secteur minier, il sied
de noter que les reformes ont abouti à la promulgation du Code minier, à la signature du
Règlement minier et à la mise en place du Cadastre minier, etc.
Concernant les secteurs susceptibles d’utiliser les biotechnologies modernes, il y a
lieu de citer notamment l’agriculture, l’élevage, l’industrie de transformation et la santé.
Le secteur agricole occupe une place prépondérante dans l’économie congolaise
ces dernières années. L’agriculture repose essentiellement sur :
·  la production vivrière comprenant notamment les céréales, les racines, les tubercules,
les oléagineuses, les légumes et légumineuses,
·  l’exploitation agricole moderne se rapportant aux cultures de rente ou d’exportation,
avec comme principaux produits notamment le café, le coton , le thé, le caoutchouc,
les huiles de palme, le cacao, l’hévéa, le quinquina, l’oignon, la canne à sucre, les
fruits et légumes ;
·  l’élevage des bovins, des ovins, des porcins, des caprins et de la volaille,
·  les productions sylvicoles, etc.
La contribution de l’agriculture au PIB est en moyenne de 38,33% et ce secteur
venait au second rang après le secteur minier. Rappelons qu’en 2003, la valeur ajoutée de la
12
branche « Agriculture, Sylviculture, Elevage, Pêche et Chasse » qui s’est accrue de 1,2% en
2003 est estimée à 0,6% en 2004. Rappelons également que rapportés à leurs niveaux de
2003, les indices d’activité de la production vivrière et de la production agricole d’exportation
ont stagné en 2004, se fixant respectivement à 103,6 points et 60,5 points contre 103,8 et 60,8
points une année plus tôt. La contribution de cette branche (en valeurs ajoutées en millions de
Francs congolais à prix courants) au PIB est de 1.143.100 en 2003. En dépit de cette
augmentation, la RDC n’a jamais atteint l’autosuffisance alimentaire et l’Etat congolais est
obligé de recourir jusqu’à ce jour aux importations des denrées alimentaires pour combler le
déficit.
La production vivrière représente l’essentiel de la production agricole. Elle est
l’oeuvre de petits exploitants. Elle est pratiquée sur des terres forestières considérées comme
fertiles. Elle est du type extensif et se fait sur de petites exploitations agricoles ne dépassant
pas 1,5 ha en moyenne. Elle est principalement centrée sur des activités manuelles,
l’utilisation très limitée de la fumure organique et minérale et le recours à la jachère pour la
reconstitution de la fertilité des sols. L’utilisation des engrais et autres intrants externes est
très peu développée. Les productions vivrières sont dominées par le manioc, la banane, le
maïs, l’arachide, le riz paddy, la patate douce, le haricot, le petit pois, le millet, le sorgho,
l’igname, etc.
Nous mentionnerons à titre indicatif que, de 1995 à 1998, la production est passée
de 1.225.000 à 1.310.000 tonnes pour le maïs grains, de 19.378.000 à 18.264.000 tonnes pour
le manioc tubercules, de 2.424.000 à 1.950.000 tonnes pour la banane plantain. Toujours en
termes de production, le rapport annuel 2003 - 2004 de la Banque Centrale du Congo note ce
qui suit :
 un accroissement de la production vivrière de l’ordre de 20.722 milliers de tonnes
contre 20.688 milliers en 2003;
 une amélioration de 4,2% de la production des céréales en 2002 par rapport à 2001,
soit 1.604 milliers de tonnes contre 1.539 milliers en 2001 ;
 un accroissement de 1,7% de la production des racines et de tubercules, qui
représentent 76,8% de la production vivrière, passant de 15.952 milliers de tonnes e
2001 à 16.233 milliers en 2002 et ce, grâce à l’intervention des organismes
internationaux et des ONG spécialisés en matière de formation et de lutte contre les
maladies des plantes ;
 une augmentation de 1,3 % de la production des oléagineux en 2004.
L’exploitation agricole moderne se rapporte essentiellement aux cultures de rente
ou d’exportation. Au cours des années 1980-1990, la RDC a joué un rôle important sur les
marchés internationaux pour un certain nombre des produits agricoles, qui représentent des
sources importantes de devises pour le pays. Il s’agit notamment du café, du coton , du thé, du
caoutchouc, des huiles de palme, du cacao, de l’hévéa, du quinquina, de l’oignon, de la canne
à sucre, des fruits (bananes, mangues, etc.) et des légumes. L’évolution de la production et des
exportations de ces cultures connaît toutefois une baisse constante depuis 1990, laquelle
baisse est due à la conjugaison de plusieurs facteurs, notamment la faible compétitivité au
plan international (qualité), la vétusté de l’outil de production, le délabrement des
infrastructures, l’insuffisance de la recherche et de la vulgarisation, les épidémies diverses,
etc.
Il ressort du rapport annuel 2003 - 2004 de la Banque Centrale du Congo que
l’analyse des statistiques de production des principales cultures d’exportation laisse apparaître
13
des évolutions divergentes des composantes de cette branche par rapport à 2002 notamment
en ce qui concerne :
1) le thé (12,4%) et le café arabica (10,9 8%), dont l’augmentation de la production
procède de l’amélioration de l’environnement socioéconomique du Nord-Kivu et du
Sud-Kivu à l’Est du pays ;
2) la canne à sucre (22, 5%), dont l’augmentation est imputable notamment à l’utilisation
des engrais chimiques de bonne qualité et à une pluviométrie abondante ;
3) le cacao (9,2%) ; et
4) l’huile de palme (25%) dont l’amélioration de la production est favorisée notamment
par la remise en état progressive des usines et la réhabilitation des plantations
abandonnées pendant la guerre dans la Province Orientale et dans celle de l’Equateur
mais aussi par la reprise du trafic fluvial privé.
Par contre, le même rapport note une baisse de la production de l’huile des
palmistes (moins 10%), du caoutchouc (moins 10, 3%), du quinquina (moins de 3,6 %) ainsi
que des plantes textiles et de leurs dérivés.
Le même rapport présente également la situation de la production des principales
cultures vivrières : les céréales (maïs graines, riz paddy, millet et sorgho, blé et orge), les
racines et tubercules (manioc tubercules, patate douce, taro, pomme de terre, oignon, ails,
igname), les légumes et légumineuses ( haricots, vandzou, feuille de manioc, piments et
poivres, chou, autres légumes), les oléagineux (arachides, soja, noix de palme, autres
oléagineux), les fruits (bananes plantains, bananes douces, autres fruits) etc.
Parmi les principaux produits alimentaires importés par la RDC on compte le
maïs, le riz, les produits halieutiques salés et fumés, la viande et les abats ainsi que le blé.
Certains de ces produits alimentaires d’importation sont susceptibles de contenir des OGM.
C’est le cas notamment du maïs, du riz, de la viande et abats, du blé et de la farine de blé, de
l’huile de table, des fruits et jus, etc.
Quant à l’élevage, il comprend deux types d’activités principales : la production
animale à cycle court dominée par les volailles, porcins et caprins et l’élevage traditionnel et
extensif de gros bétail. L’élevage traditionnel est surtout pratiqué dans le Bandundu, la
Province Orientale, les deux Kivu et le Katanga. Le surpâturage et la transhumance des
troupeaux ne favorisent guère l’accomplissement quantitatif et qualitatif du cheptel. Les
conséquences de ces pratiques, conjuguées avec la pression qu’exerce sur le cheptel une
consommation humaine toujours soutenue par la croissance démographique incontrôlée,
constituent une menace sérieuse pour les ressources agricoles et animales. Cette situation
concerne particulièrement les Nord et Sud - Kivu, le Bas - Congo, le Katanga, le Kasaï
Occidental et la Province Orientale.
A côté de l’Office National de l’Elevage (ONDE), de nombreux opérateurs
économiques ont investi dans le secteur de l’élevage. En l’absence du plan national
d’affectation des terres, il est difficile de disposer de données fiables sur la superficie des
terres affectées au pâturage. L’on estime que près de 4,5 millions d’hectares de pâturage
seraient occupés par ce secteur contre 9,2 millions de disponibles. Il est donc urgent de
finaliser le plan national d’affection des terres (ou plan de zonage du territoire forestier).
A l’exception de porcins dont la production s’est accrue de 2,5 % par rapport à
2002, tous les autres produits ont enregistré des baisses en 2003 et en 2004 (passant de 963
14
milliers de bêtes à 987 milliers). La production des bovins a diminué de 10,0 %, celle d’oeufs
de 7,9%, celle de volaille de 5,0%, celle de lait de 4,5% et celles d’ovins et de caprins de
1,0%. Cette situation est attribuable notamment à l’insuffisance de structures de distribution
des produits vétérinaires et d’encadrement des éleveurs, à la persistance des maladies
animales, aux coûts élevés des aliments pour bétail ainsi qu’à la concurrence des produits
similaires importés.
Quant à l’industrie des biens de consommation, le rapport annuel 2003-2004 de la
Banque Centrale du Congo en présente ci-après les principales productions: lait pasteurisé,
farine de maïs, farine de froment, riz décortiqué, sucre, chocolaterie et biscuiterie, pain,
graines et huiles de table, huiles de palme, margarine, aliments pour bétail, etc.
De façon générale, l’indice de production de la sous branche « Industries des
biens de consommation » qui avait progressé de 14,6 % en 2003 s’est amélioré de 12, 5 % en
2004. Cette amélioration concerne les productions de la quasi-totalité des industries de la
composante. En 2004, l’indice de production des industries alimentaires a progressé de 31,3
% sous l’impulsion des productions de l’huile de palme (102,9 %), de la farine de froment
(19,8 %), de la margarine (10,0 %), du sucre (9,4 %) et de la farine de maïs (4,7 %). Les
produits ci-après ont enregistré des baisses de 50,0 % pour les chocolats et biscuits, de 5,0 %
pour les aliments pour bétail et de 3,6 % pour le riz décortiqué.
I.3. Fondements d’une Politique générale environnementale émergente touchant les
biotechnologies en RDC
Les principaux secteurs d’intervention potentielle des biotechnologies sont :
l’environnement, l’industrie, l’agriculture, la santé, la pharmacie et le sous-secteur
alimentation et nutrition.
I.3.1. Plan national d’action environnemental
Le Plan National d’Action Environnemental a initié des actions à court et moyen
terme, lesquelles actions sont réparties dans les huit domaines suivants : i) développement
institutionnel, ii) gestion des ressources en eau ; iii) gestion des ressources en terre ; iv)
pollution de l’air et de l’atmosphère ; v) gestion de l’environnement urbain ; vi) écosystèmes
naturels ; vii) patrimoine culturel et historique ; viii) calamités naturelles.
En effet, les problèmes concernant la forêt sont traités sous la rubrique concernant
la gestion des ressources en terre. Ils peuvent se résumer de la manière suivante : i) la
dégradation physique des terres résultant de l’érosion des sols préalablement dénudés pour
diverses raisons et de la sédimentation ; ii) l’ambiguïté de la loi foncière (dualité entre l’Etat
et le pouvoir coutumier) ; iii) l’immobilisation des terres ; iv) la dégradation chimique des sols
(baisse de production et de productivité), et vii) la déforestation croissante des terres
forestières. Parmi les actions prioritaires retenues, il convient de signaler, à titre d’exemples,
le renforcement des capacités en matière de planification de la gestion des ressources
naturelles et environnementales, l’amélioration de la productivité des terres des exploitations
industrielles et le zonage du territoire.
15
Lors de l’atelier de Dialogue national sur la mise en oeuvre du Fonds pour
l’environnement mondial tenu du 10 au 12 mars 2005 à Kinshasa, les participants ont
recommandé l’actualisation du Plan National d’Action environnemental (PNAE) en vue de
prendre en compte les obligations découlant de nouvelles conventions internationales sur
l’environnement auxquels la RDC vient d’adhérer (Convention et Protocole de Bâle,
Convention POPs, Convention de Rotterdam, Convention Ramsar sur les zones humides
d’importance internationale, Protocole de Kyoto, Protocole de Cartagena). Outre qu’il n’a pas
été exécuté faute de financement approprié, le PNAE n’a donc pas défini les grandes
orientations sur le Cadre national de la biosécurité en RDC. D’où la nécessite d’adopter une
politique nationale appropriée en accompagnement au PNAE.
En outre la dimension multisectorielle et multidisciplinaire, le caractère sousrégional
et mondial que revêtent les questions relatives à la protection de l’environnement
exige que soit défini le cadre juridique général de protection de l’environnement en tant
qu’instrument de mise en oeuvre de la politique nationale de gestion de l’environnement
(PNAE). C’est dans ce cadre qu’un projet de loi cadre sur la protection de l’Environnement a
été élaboré depuis 1999 avec l’appui du PNUD/FAO. Ce texte prend en compte certains
principes de base en matière d’environnement et sur lesquels repose la gestion de l’utilisation
de la biotechnologie moderne: le principe de précaution, le principe de prévention, le principe
du pollueur payeur et le principe de la participation du public au processus décisionnel. Il
n’est malheureusement pas encore approuvé par le Gouvernement pour être soumis à
l’adoption par le Parlement.
L’adoption de ce texte législatif et de ses mesures d’exécution permettra au pays
de disposer des outils de protection de l’environnement naturel et de développement durable
du pays. Une relecture de ce texte est nécessaire en vue de créer une synergie avec les
principes fondamentaux qui sous-tendent le droit de l’environnement (principe de précaution,
principe de prévention et principe du pollueur payeur) et de poser les jalons de l’étude
d’impact environnemental en vue d’assurer la protection de l’environnement, de la
biodiversité et de la santé contre les effets potentiellement défavorables et adopter l’approche
de précaution en matière de biotechnologies modernes conformément aux exigences de mise
en oeuvre du Protocole de Cartagena.
I.3.2. Stratégie nationale et plan d’action de la diversité biologique
Elaboré en 1999 et actualisé en octobre 2001, la Stratégie nationale et Plan
d’action de la Diversité biologique est un outil de gestion qui vise la conservation et
l’utilisation durable des ressources biologiques. Sa formulation a pris en compte quelques
considérations devant permettre de :
1) renforcer les capacités institutionnelles dans la pratique de la conservation de la
diversité biologique et de l’utilisation durable des ressources naturelles ;
2) améliorer les capacités de gestion par des mesures éducatives, la formation, la
recherche et la consolidation des institutions ;
3) mobiliser les ressources internes et développer des programmes incitatifs et une
législation sur la gestion des ressources de la biodiversité ;
4) sensibiliser la population, non seulement à la valeur intrinsèque de la biodiversité,
mais aussi et surtout aux valeurs écologiques, scientifiques, sociales, culturelles et
éthique de celle-ci afin de l’amener à adopter une attitude positive lors de la mise en
16
oeuvre des programmes et actions visant la conservation et l’utilisation durable des
ressources biologiques ;
5) redynamiser la coopération avec les autres pays en matière de gestion durable de
l’environnement en général et de la diversité biologique en particulier.
L’objectif poursuivi par l’élaboration de la Stratégie nationale et Plan d’actions est
de doter la RDC d’un plan cadre à l’intérieur duquel devront se réaliser des actions
susceptibles de prévenir, d’atténuer ou de réparer les dommages causés aux ressources
biologiques par une exploitation irrationnelle.
Parmi les principales recommandations formulées par cette stratégie figurent
notamment :
·  la révision de la législation sur la conservation de la nature en vue de l’adapter aux
exigences de la Convention sur la diversité biologique et d’autres instruments
juridiques pertinents ;
·  l’élaboration ou la révision des plans directeurs des parcs nationaux et autres aires
protégées ;
·  l’amélioration des connaissances des écosystèmes et des groupes taxonomiques ;
·  la promotion de la recherche scientifique et de la formation technique notamment dans
les domaines de la taxonomie, de la biotechnologie, de la phytosociologie, de la zoosociologie,
de la diversité biologique et de la conservation;
·  l’implication des communautés locales, des ONG et du secteur privé dans la
conservation et la gestion de la biodiversité et des aires protégées ;
·  la promotion le développement de l’écotourisme dans les aires protégées, etc.
La Stratégie nationale et plan d’actions de la Diversité biologique a été
approuvée par le Gouvernement le 13 août 2002. Le Gouvernement n’a toujours pas trouvé
de financement pour sa mise en oeuvre.
Actuellement, seul le Code forestier a été élaboré et promulgué le 29 août 2002.
Des mesures d’exécution du Code forestier sont en cours d’élaboration. Par ailleurs, le Projet
FEM/Banque mondiale d’appui à la révision de la législation sur la conservation de la nature
a démarré en juillet 2005.
En tout état de cause, aucun instrument de conservation de la nature ne consacre
des orientations claires sur la politique nationale en matière de biosécurité.
I.3.3. Document de Stratégie de Réduction de la pauvreté
La planification et la programmation de la politique de développement
économique et social de la RDC, la coordination des projets interministériels et la promotion
des investissements privés et publics figurent parmi les attributions du Ministère du Plan.
C’est à ce titre que le Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté (DSCRP) figure par
les instruments de planification de la politique de développement de la RDC.
La première version du Document de Stratégie de réduction de la Pauvreté a été
préparée et adoptée en juin 2002. Sa mise en oeuvre satisfaisante a permis d’atteindre le point
de décision de l’Initiative Pays pauvres Très Endettés (PPTE) en juillet 2003. Le but poursuivi
17
avant la fin de l’année 2005 était de finaliser la formulation et d’adopter un DSRP complet
préparé de manière participative. Le DSRP repose sur quatre piliers ci-après :
(a) Reconstruire l’Etat à travers la consolidation de la paix, la poursuite du processus de
démocratisation et la décentralisation administrative et judiciaire ; pour le Gouvernement,
le maintien de la paix et l’amélioration de la gouvernance économique et politique
constituent les conditions essentielles de la croissance économique et de la lutte contre la
pauvreté. Le DSRP met l’accent sur la consolidation de la paix à travers le désarmement,
la démobilisation et la réinsertion des ex-combattants.
(b) Améliorer la gouvernance économique en vue d’une stabilité et d’une croissance
économique durables, en passant par la décentralisation économique et financière,
l’harmonisation des programmes économiques du Gouvernement, la poursuite des
reformes économiques et structurelles, la promotion du partenariat public/privé. Le
Gouvernement tient à la lutte contre la corruption qui mine bon nombre de secteurs de
l’économie et à améliorer la gestion des finances publiques à l’échelle nationale, à
finaliser notamment les reformes de la fonction publique, du système judiciaire et de la
territoriale (décentralisation). En ce qui concerne la reforme des finances publiques, le
souci du Gouvernement est d’améliorer les capacités de mobilisation des recettes à
travers notamment la modernisation des instruments fiscaux ainsi que des administrations
financières, de maîtriser la gestion des dépenses par le renforcement de la chaîne de la
dépense et d’assurer une grande transparence et traçabilité de ses opérations grâce à la
mise en place d’un système comptable de l’Etat en partie double.
(c) Reconstruire les secteurs clés (Agriculture, Santé, Forêts et Biodiversité, Education,
Transports, Mines, et Energie) à travers des stratégies sectorielles et la relance du secteur
privé (voir développement plus loin notamment les trois premiers secteurs).
(d) Appuyer la dynamique communautaire et les groupes vulnérables : la politique en la
matière s’articule autour de l’amélioration et de la consolidation du cadre institutionnel et
de gouvernance à la base mais aussi autour de la création d’un cadre fédéré de
mobilisation de la dynamique communautaire, de la création d’un dispositif national
d’appui à la dynamique communautaire, de la création à la base des conditions d’une
croissance équitable et d’un développement durable. C’est également dans cette
perspective qu’il convient de circonscrire l’implication des communautés locales dans la
gestion des forêts et des aires protégées (principes déjà posés dans le Code forestier et le
projet de loi sur la conservation de la nature).
Ce document ne donne malheureusement pas de grandes orientations de la
politique nationale en matière de biosécurité et ni de l’impact de l’utilisation des
biotechnologies modernes dans la réduction de la pauvreté.
En définitive, il est recommandé que la dernière version du DSRP reprenne les
grands axes de l’Agenda prioritaire de développement du secteur forestier en ce qui concerne
le développement des activités alternatives et la réduction de la pauvreté, notamment :
 la réduction de la pression sur la faune sauvage au titre d’activité alternative au
braconnage ;
 les projets permettant de réorienter les populations riveraines vers des activités
économiques à impact réduit sur les écosystèmes forestiers;
18
 l’implication des communautés locales dans la gestion des forêts et des aires
protégées ;
 le principe de la rétrocession de 40% de la redevance de superficie aux provinces et
aux entités administratives décentralisées ;
 la définition de grandes orientations de la politique nationale en matière de biosécurité
et l’impact de l’utilisation des biotechnologies modernes dans la réduction de la
pauvreté.
I.3.4. Politique agricole
La RDC jouit de conditions naturelles particulièrement favorables aux activités
agricoles : précipitations en quantités suffisantes, important réseau hydrographique, fertilité
des sols, large ensoleillement, diversité des conditions climatiques et géologique. La RDC
dispose d’environ 135 millions d’hectares de terres agricoles dont 10% sont mises en valeur
en raison de 3% pour l’agriculture et 7% pour l’élevage. Ces terres comprennent des zones
humides (56%), des zones semi-humides (20%), des zones situées le long des cours d’eau
(17%) et des terres dont l’utilisation aux fins agricoles nécessite des aménagements peu
importants (7%).
L’agriculture comporte des activités ci-après
·  l’agriculture vivrière : qui représente l’essentiel de la production à travers de petites
exploitations paysannes dans les zones rurales et dans les zones périphériques de
certains grands centres urbains ; la production vivrière est dominée par le manioc, le
maïs, la banane plantain, les fruits, l’arachide, les légumes, le riz, la pomme de terre,
la patate douce, etc.
·  les cultures d’exportation notamment le café, le thé, le caoutchouc, les huiles de
palme, le cacao, le quinquina, l’oignon, les fruits et les légumes, etc.
·  l’élevage dominé par deux types d’activités principales: (1) une production animale à
cycle court dominée par les volailles, les porcins et les caprins et un élevage
traditionnel et extensif de gros bétail notamment dans le Bandundu, les deux Kasaï, le
Katanga et la Province orientale.
Aux termes du décret n°03/027 du 16 septembre 2003 précité, le Ministère de
l’Agriculture intervient notamment dans :
·  la production agricole et l’autosuffisance alimentaire ;
·  la planification des objectifs nationaux de production dans les domaines de
l’agriculture, de la pêche, de la pisciculture, de la sylviculture et de l’élevage ;
·  l’encadrement des associations paysannes ;
·  l’élaboration de la politique nationale en matière d’agriculture, de pêche et d’élevage ;
·  la surveillance zoo sanitaire et la gestion de la quarantaine animale et végétale à
l’intérieur du pays et aux postes frontaliers et la mise à jour permanente des mesures
réglementaires y afférentes, etc. (elle concerne principalement le contrôle zoo sanitaire
des espèces de faune et de flore sauvages et des espèces exotiques envahissantes).
C’est ainsi que dans le cadre de la mise en oeuvre de la politique du Gouvernement
dans ce secteur que le Ministère de l’Agriculture a défini comme suit les grands axes de la
politique et des stratégies notamment:
19
·  la promotion de la recherche – développement (vulgarisation et encadrement des
agriculteurs);
·  l’élaboration d’une réglementation sur les semences et la protection phytosanitaire;
·  la distribution de semences, intrants et outils agricoles ;
·  la réhabilitation des routes de desserte agricole en vue de permettre aux producteurs
agricoles d’avoir accès à leurs marchés traditionnels et de promouvoir la compétitivité
des productions d’exportation;
·  la réhabilitation des industries, notamment les installations de stockage et les petites
unités de transformation (moulins, abattoirs) en vue d’encourager la transformation
des produits agricoles ;
·  la relance des entreprises de commercialisation et de transformation;
·  la remise en état des exploitations agricoles abandonnées (plantations et fermes);
·  l’appui aux initiatives communautaires dans le secteur agricole ;
·  la relance du système des crédits au titre de campagnes agricoles et la création d’une
caisse de stabilisation des prix des produits agricoles;
·  la promotion et la diversification des échanges commerciaux avec les pays
limitrophes; etc.
Un accent particulier a également été mis sur :
·  la mise en place d’un cadre de surveillance vétérinaire et de protection phytosanitaire
afin de prévenir et de combattre certaines épidémies mais aussi de réduire les effets
des épizooties et des épiphyties ;
·  l’amélioration du climat des affaires afin de permettre le redémarrage des plantations
et des élevages commerciaux, mais aussi des installations de transformation et de
commercialisation intermédiaires.
Les grandes orientations relatives aux cultures transgéniques ne semblent pas faire
l’objet d’une préoccupation dans le document de politique agricole du ministère en charge de
l’agriculture. Ce qui parait compréhensible dans la mesure où il importe au préalable que cette
question fasse l’objet d’un large débat national.
I.3.5. Politique de développement industriel
L’élaboration de la politique de développement industriel est une des prérogatives
du Ministère de l’Industrie et des Petites et Moyennes Entreprises. Aux termes des
dispositions de l’article 1er du Décret n°03/027 du 16 septembre 2003 fixant les attributions
des ministères, le Ministère de l’Industrie et des Petites et Moyennes Entreprises est chargé
de:
·  l’industrialisation du pays et l’intégration industrielle ;
·  la promotion de l’installation et de l’extension des établissements industriels ;
·  la promotion, l’encadrement technique et la protection de l’industrie nationale ;
·  la gestion de la propriété industrielle ;
·  l’inspection technique des établissements industriels ;
·  la promotion des normes tant pour les biens consommés localement que ceux destinés
à l’exportation, etc.
20
Dans le cadre de son Programme économique, le Gouvernement a opéré un choix
dans la conduite de sa politique, celui de réserver à l’Etat le rôle normatif, incitatif et
régulateur et de laisser progressivement l’essentiel des activités productives à l’initiative
privée. Il a été mis en place avec l’appui de la Banque mondiale le projet « Compétitivité et
développement du secteur privé », qui fait du secteur privé le moteur du développement, de la
croissance économique et de la lute contre le chômage et la pauvreté. Ce projet vise
essentiellement les objectifs suivants :
 améliorer l’environnement des affaires par la mise en place d’un cadre juridique, fiscal
et financier ;
 encourager la plus grande participation du secteur privé dans l’économie, notamment
dans les secteurs des transports, des mines, des télécommunications, de l’énergie, de
l’industrie de transformation et dans le secteur financier, …;
 revitaliser la province minière du Katanga dans le cadre de la reforme minière, etc.
Par ailleurs, les efforts du Gouvernement se sont traduits par des reformes
institutionnelles en vue de l’amélioration de l’environnement des affaires. Les opérateurs
économiques se sont portés quant à eux notamment vers la reprise des nombreuses activités
industrielles et la diversification du tissu économique en vue de la valorisation des matières
premières et de la promotion des industries extractives, des industries manufacturières
(industries des biens de consommation et industrie des biens d’équipement et
d’approvisionnement) et celles des produits d’exportation.
En ce qui concerne les industries manufacturières, l’objectif est de renforcer la
reprise des activités de production notamment dans les branches de l’industrie des biens de
consommation et celle des biens d’équipement et d’approvisionnement.
Dans les industries alimentaires, une attention particulière a été accordée à la
remise en état progressive des usines et à la réhabilitation des plantations abandonnées
pendant la période de conflit en vue de l’augmentation de la production du maïs et de l’huile
de palme. En 2004, l’indice de la production des industries alimentaires a progressé de 31,3%
sous l’impulsion des productions de la farine de froment, de l’huile de palme, de la margarine,
du sucre, des graisses, de l’huile de table et de la farine de maïs. Ceci a été un des objectifs
ayant couronné les efforts du Gouvernement et du secteur privé.
Concernant l’industrie des boissons, le secteur privé a consacré ses efforts dans
l’acquisition des équipements plus performants par les principales entreprises du secteur pour
faire face notamment à la demande supplémentaire induite par l’unification du pays et, dans
une moindre mesure, par la stabilité des prix observés au cours de la période. La production
des industries brassicoles s’est également inscrite à la hausse. Son indice de production s’est
accru en 2004 de 29,9% sous l’effet de l’augmentation de la production de toutes les
industries de la sous-branche : limonades et eaux gazeuses, bière et boissons alcoolisées et ce,
grâce à l’approvisionnement régulier en intrants.
En ce qui concerne l’industrie du tissu, confection et bonneterie, la production de
tissus de coton a reculé de 62,6%, celle des tissus imprimés de 55,1% et celle des tissus en
polyester de 2,9%. Cette contre-performance est due notamment au ralentissement des
activités suite à la concurrence des produits similaires importés et surtout à la vente de la plus
grande unité du secteur à une entreprise chinoise.
21
Les efforts entrepris par le Gouvernement et le secteur privé pour le
développement industriel ne semblent pas tenir compte des perspectives offertes par les
biotechnologies modernes.
I.3.6. Politique de santé
I.3.6.1. Aperçu sur le système de santé
La situation sanitaire en République Démocratique du Congo est l’un des
problèmes sociaux des plus préoccupants. Elle se caractérise notamment par :
·  une détérioration des indicateurs de santé en général. Outre la malnutrition, les
maladies, particulièrement le paludisme, la tuberculose, la trypanosomiase, la
l’onchocercose, la lèpre, les maladies de l’enfance et le VIH/SIDA, pèsent beaucoup
sur l’état de santé des populations congolaises ;
·  une couverture inégale du territoire national, malgré le système de zones de santé mis
en place dans les années 1970, avec un déséquilibre sensible entre les provinces d’une
part et entre zones urbaines et zones rurales au sein des mêmes provinces d’autre part
ainsi qu’entre Kinshasa et le reste du pays ;
·  un faible engagement de l’Etat, à la fois en termes de financement du système, de
régulation du secteur, de rémunération du personnel de santé et de fourniture de
services des soins de santé de qualité.
I.3.6.2. Stratégie et Politique
La stratégie du Gouvernement est de promouvoir le droit à la santé pour tous à
travers le renforcement des mécanismes garantissant l’éthique et l’équité dans la distribution
des soins et des services de santé, la solidarité communautaire et l’humanisation des services
de santé. Pour ce faire, la Politique nationale de santé met l’accent sur la qualité des soins et
des services, l’efficience et l’efficacité des projets et programmes de développement sanitaire,
la coordination intra et intersectorielle des prestations de services de santé, la participation
communautaire, le partenariat public-privé, la décentralisation des centres de prise de
décisions, la déconcentration des services de production des soins et l’intégration des services
spécialisés au sein des services de santé de base.
L’objectif général est d’augmenter l’accessibilité aux soins et l’offre des services
de santé de qualité à la population en général et plus particulièrement aux plus pauvres,
surtout à la femme et à l’enfant.
Les objectifs spécifiques pour les trois prochaines années sont :
·  la définition d’une politique nationale de la santé et d’approvisionnement en
médicaments essentiels ;
·  l’accroissement de la disponibilité des services de santé offrant des soins de qualité ;
·  l’augmentation de l’utilisation des services de santé à toute la population et plus
particulièrement aux pauvres, à la femme et à l’enfant.
A cet effet, les axes stratégiques d’interventions dans ce secteur sont :
22
1. Appui institutionnel aux différents niveaux du système de santé comprenant la formulation
d’une politique de santé portant sur :
·  La révision de la politique de la santé et de la législation, de la réglementation et des
mécanismes financiers et de normes de gestion du système de santé ;
·  La révision de l’organisation et du cadre organique du Ministère de la Santé en vue de
clarifier les responsabilités;
·  La mobilisation des ressources humaines, matérielles et financières par l’allocation
importante du budget de l’Etat, le renforcement de la participation communautaire et
du partenariat public-privé pour la santé ;
·  L’approvisionnement subventionné et régulier en médicaments essentiels, y compris
en produits biologiques et autres réactifs de laboratoire ;
2. Développement de zone de santé, notamment par :
·  La réhabilitation et/ou la construction des infrastructures de santé pour couvrir les
besoins de santé de la République Démocratique du Congo;
·  L’amélioration de la répartition géographique du personnel de santé par équité et pour
améliorer la disponibilité des services de santé ;
·  L’augmentation des performances des soins de santé et le développement des
programmes d’appui aux services de santé tels que la recherche sur la santé,
l’installation des laboratoires de santé publique et de contrôle de qualité, la
réglementation de la médecine traditionnelle, etc.
3. Appui aux programmes de santé spéciaux, notamment :
·  la lutte contre les maladies telles que le VIH/SIDA, la tuberculose et le paludisme ;
·  la gestion des épidémies, des catastrophes et des urgences grâce à la revitalisation du
système d’alerte et de riposte précoces ;
·  La promotion de la médecine traditionnelle en commençant par sa reconnaissance et
sa réglementation ainsi que l’identification des tradi-praticiens; etc.
Dans le domaine de la santé, une première ébauche du Rapport d’Etat Santé –
Pauvreté (RESP) a été finalisé en décembre 2004, constituant ainsi un document de base pour
l’élaboration de la stratégie du secteur, qui sera terminé d’ici fin août 2006.
Par ailleurs, il sied de noter que la RDC ne dispose pas encore d’une législation
cadre sur la santé publique. Il convient toutefois de signaler que le projet de loi élaboré et
soumis au Parlement en 2002 n’a pu être adopté compte tenu de nombreuses lacunes décelées.
En ce qui concerne le secteur pharmaceutique, il sied de rappeler que les
négociations sur le Protocole de Cartagena ont permis de s’interroger sur la nécessité de tenir
compte des évolutions futures des thérapies génétiques et de l’utilisation des plantes et
d’animaux génétiquement modifiés pour produire des substances pharmaceutiques aux côtés
de la problématique des effets défavorables potentiels de virus et de micro-organismes
pharmaceutiques génétiquement modifiés sur la santé humaine et l’environnement. En RDC,
le projet n’a pu trouver de document définissant une politique spécifique sur la recherche et
l’utilisation de tels micro-organismes pharmaceutiques modifiés et sur l’importation des
produits pharmaceutiques en général de même que sur les mouvements transfrontaliers des
plantes, animaux et micro-organismes génétiquement modifiés qui sont des matières
premières pour la production de produits pharmaceutiques destinés à l’homme, comme des
23
vaccins génétiquement modifiés (exemple des micro-organismes génétiquement modifiés afin
de permettre la mise au point du vaccin de l’hépatite B). Pourtant, l’article 5 du Protocole de
Cartagena reconnaît aux Parties le droit de soumettre tout organisme vivant modifié à une
évaluation des risques avant de prendre une décision concernant son importation.
Il serait souhaitable, en ce qui concerne les produits pharmaceutiques destinés à
l’homme, de se référer notamment au Programme de certification pour les produits
pharmaceutiques entrant dans le commerce international élaboré par l’Organisation mondiale
de la Santé et aux dispositions de la Convention pour la reconnaissance mutuelle des
inspections concernant la fabrication de produits pharmaceutiques (1970).
Quant à la médecine traditionnelle, l’organisation de l’exercice de cette activité en
vue de son intégration dans le système de santé a fait l’objet des préoccupations du Ministère
de la Santé qui a signé les documents ci après :
·  Arrêté Ministériel n°1250/CAB/MIN/SPF/12/97 portant création du Comité National
de Recherche de Coopération et de Coordination en matière des plantes médicinales ;
·  Arrêté Ministériel n°1250/CAB/MIN/S/CJ/KIZ/32/2002 du 25 octobre 2002 portant
organisation de l’exercice de la profession de praticien de la Médecine Traditionnelle ;
·  Arrêté Ministériel n°1250/CAB/MIN/S/AJ/DJK/12/2002 du 6 novembre 2002 portant
création et organisation d’un Programme National de promotion de la Médecine
Traditionnelle et des Plantes Médicinales (PNMT/PM).
En juillet 2005, les résultats des travaux préparatoires relatifs à
l’institutionnalisation de la médecine traditionnelle ont été rendus publics. Ils comportent
notamment :
·  le Document de Politique nationale de la Médecine traditionnelle en RDC;
·  le projet de loi portant réglementation de l’exercice de la médecine traditionnelle en
RDC;
·  le Code de Déontologie et d’exercice de la Médecine traditionnelle en RDC.
Actuellement, aucune disposition de la législation congolaise ne protège les
obtentions végétales, notamment celles découlant de la médecine traditionnelle.
I.3.7. Politique de sécurité alimentaire
De façon générale, le Gouvernement fait de l’autosuffisance alimentaire une des
priorités de sa politique alimentaire. Au cours de la campagne 2002-2003 et avec l’appui des
du Programme Multisectoriel d’Urgence de Réhabilitation et Reconstruction - PMURR, le
Gouvernement a mis un programme de multiplication de semences (manioc, maïs,
légumineuses). En outre, un programme pilote de réhabilitation de 32 ha de périmètres
rizicoles avait démarré avec l’appui de la Chine. L’objectif général de ce projet était de
réhabiliter 850 ha de périmètres rizicoles dès 2005. Le Gouvernement appuie la mise en
oeuvre d’un programme visant l’amélioration de l’aviculture et de l’élevage de petits
ruminants et la relance de la pisciculture et de la pêche artisanale.
Par ailleurs, les principaux objectifs du développement rural 2004-2005
comprenaient l’amélioration de la sécurité alimentaire des populations rurales et le
développement d’une stratégie de développement rural à moyen et à long terme en vue d’une
croissance soutenue de la production et des revenus agricoles.
24
De plus dans ce programme, la République Démocratique du Congo continue à
recourir à l’importation de certaines denrées alimentaires. L’importation de certaines de ces
denrées est soumise à des restrictions ou autorisation préalables. L’Arrêté Interministériel
n°016/CAB/FIN/MENIPME/96 du 20 juin 1996 susvisé subordonne l’importation de la farine
de froment à une souscription obligatoire d’une licence d’importation conformément à la
réglementation de change.
En ce qui concerne la fabrication et l’importation de la farine de blé, elles doivent
se conformer à la norme congolaise fixée par l’Arrêté Ministériel n°012/CAB/MINE-CI/2001
du 31 mars 2001 portant homologation de la norme relative à la farine de blé. Il s’agit de la
norme n°NC 002-A présentée en cinq séries cotées de NC 002-A-100 à NC 002-500, telle
qu’élaborée par le Comité national de normalisation, ainsi que ses annexes. Dans l’exercice de
leur mission, les agents assermentés des Ministères de la Santé, Agriculture et Environnement
ont le droit de pénétrer en tout temps dans des endroits contenant de la farine de blé,
notamment dans les magasins, entrepôts, marchés publics, ports, gares, navires, wagons, etc.
En cas de non conformité à la norme, la mise à la consommation est d’office interdite. Il est
en conséquence procédé à la saisie pour destruction, mise sous séquestre, ou pour autre
utilisation que le projet initial de fabrication d’aliments destinés à la consommation humaine
et animale.
En général, le Gouvernement exécute les dispositions législatives et
réglementaires en vigueur sur la sécurité alimentaire. Ces dispositions font l’objet d’examen
dans le chapitre consacré à l’état des lieux de la gestion de la biosécurité en RDC. De manière
générale, dans tous ces programmes ou initiatives, des articles ou sections consacrés à la
biosécurité ne sont pas exploités.
I.3.8. Politique de la Recherche scientifique et technologique
Les objectifs du secteur de la recherche scientifique et technologique sont définis
par le Programme minimum de partenariat pour la transition et la relance (PMPTR) en RDC.
Ils consistent en la mise en oeuvre de la nouvelle vision de la recherche en vue de :
·  contribuer au développement durable de la RDC par la Science et la Technologie;
·  opérer les reformes nécessaires compatibles avec la vision de la recherche comme
agent du Gouvernement dans la conception et la mise en oeuvre des programmes
sectoriels ;
·  réhabiliter les infrastructures existantes et équiper les centres de recherche en vue de la
réalisation des projets prioritaires en appui à la reconstruction et au développement du
pays.
Au plan des reformes institutionnelles, une priorité a été accordée :
·  à la tenue des Etats Généraux de la Recherche Scientifique et Technologique en RDC
en avril 2005;
·  à la relance et à l’achèvement du travail de maîtrise du potentiel scientifique et
technologique ;
25
·  à la poursuite et à la consolidation de l’effort de coordination des activités de
recherche et à la réforme des textes et structures conformément à la nouvelle vision de
la recherche:
Au plan des investissements prioritaires, les besoins ont été définis pour atteindre
les objectifs ci-après :
·  la réhabilitation prioritaire des centres et instituts de recherche ciblés (Institut National
pour l’Etude et la Recherche agronomique, le Centre de Recherche en Sciences
Naturelles, l’Institut Géographique du Congo, etc.) ;
·  les projets de recherche en appui à la reconstruction et au développement ;
·  le renforcement des capacités en termes d’appui institutionnel et des capacités
opérationnelles (actions de soutien institutionnel en termes d’équipements, de
formation et d’assistance technique).
D’emblée, le programme en cours ne semble pas accorder une attention à la
réhabilitation et/ou à l’acquisition de laboratoire d’analyse des produits transgéniques ou de
recherche sur les biotechnologies modernes, en dépit du fait que l’INRB de Kinshasa, le
CRSN-Lwiro et le CRAA de Lubumbashi accordent déjà une attention particulière aux
recherches sur les biotechnologies modernes. Le renforcement des capacités nationales en
biologie moléculaire, en biotechnologie et en biosécurité n’a jamais été planifié.
Il sied de rappeler qu’en avril 2005, le Ministère de la Recherche Scientifique a
organisé les Etats Généraux de la Recherche Scientifique et Technologique qui ont préparé les
grandes lignes du projet de nouvelle politique nationale en matière de Recherche Scientifique
et Technologique. Encore une fois, ce document ne fixe aucune orientation de recherche en
biologie moléculaire et génie génétique, OGM/OVM (Organismes vivants génétiquement
modifiés).
Par ailleurs, dans le cadre de la mise en oeuvre du projet Recherche et
développement agricole, la Communauté de Développement de l’Afrique Australe (SADC) a
mis en place en avril 2003 un Comité consultatif de la biotechnologie et de la biosécurité
comprenant des chercheurs issus de la région avec pour mandat l’élaboration des législations
harmonisées sur la biotechnologie et la biosécurité au niveau national et régional. Le comité a
préparé un projet de cadre régional relatif à la manipulation et aux mouvements
transfrontaliers des organismes génétiquement modifiés ainsi qu’une proposition de projet
régional sur la biotechnologie moderne et la biosécurité. Le projet n’a pu obtenir
d’informations sur l’état d’avancement du projet de la SADC.
De manière générale, la recherche scientifique ou des travaux scientifiques relatifs
au domaine de la biosécurité/biotechnologie se limite en RDC dans quelques institutions pour
le moment : CRAA, CRSN-Lwiro, Université de Kisangani. Ce secteur de recherche soufre
non seulement de la carence en ressources humaines bien formées mais aussi d’infrastructures
de pointe.
I.4. Emergence d’une politique générale de biosécurité en République Démocratique du
Congo
26
Le 13 août 2002, le Gouvernement de la RDC a adopté le Plan National d’Action
Environnemental (PNAE) et la Stratégie nationale et Plan d’action de la Diversité biologique,
lesquels fixent le cadre politique et la stratégie de gestion de l’environnement en général et de
la diversité biologique en particulier. Cependant, aucun de ces documents n’a pu définir les
grandes orientations de notre pays en matière de prévention et de gestion des risques
biotechnologiques. Même la politique nationale de recherche dans le domaine agricole,
d’élevage, de la santé ou de la sécurité alimentaire restent également muettes sur les questions
relatives à la biotechnologie moderne.
Ce silence ne peut nullement être interprété comme l’absence de volonté politique
dans la mise en oeuvre des obligations découlant du Protocole de Cartagena pour la prévention
des risques biotechnologiques. Pour s’en convaincre, la RDC a adhéré aux principes énoncés
dans l’Agenda 21, dont le Principe 15 de la Déclaration de Rio sur l’environnement et le
développement, consacre l’approche (principe) de précaution, et le chapitre 16 de l’Agenda
21 relatif à la «gestion écologiquement rationnelle de la biotechnologie ». Ces principes qui
reconnaissent les risques potentiels de l’utilisation de la biotechnologie moderne ont permis
d’adopter d’une approche prudentielle et de se convaincre de la nécessité d’assurer la sécurité
dans la mise au point, l’application, les échanges et le transfert des biotechnologies au moyen
d’accord international consignant les principes à appliquer en matière d’évaluation et de
gestion des risques. La RDC a également adhéré en février 2005 au Protocole de Cartagena
sur la Prévention des risques biotechnologiques auquel la RDC est Partie.
Aux termes de l’article 2 du Protocole de Cartagena, chaque Etat prend les
mesures juridiques, administratives et autres mesures pour s’acquitter de ses obligations au
titre du Protocole.
La politique adoptée par la RDC à cet égard repose sur le principe de précaution.
Si le recours à la biotechnologie moderne peut être une nécessité, cette politique recommande
de prendre des précautions nécessaires afin que le recours à cette nouvelle technique se fasse
sans exposer l’environnement, la santé humaine ou animale ainsi que les tissus
socioéconomiques du pays à certains risques tels que la disparition de certaines pratiques
séculaires de sélection, de conservation et de distribution des semences traditionnelles, la
pollution par les herbicides, la contamination de la biodiversité, la destruction de l’habitat, etc.
I.4.1. Principes conducteurs en matière de gestion de la biosécurité
La gestion de l’environnement en général et de l’utilisation de la biotechnologie
moderne et des OGM en particulier repose essentiellement sur le principe de précaution et sur
d’autres principes généraux du droit international de l’environnement, actuellement consacré
par la Politique nationale en matière d’environnement matérialisée par le Plan National
d’Action Environnemental.
I.4.1.1. Principe de précaution/ Approche de précaution
Le principe de précaution vise l’attitude à adopter envers les présomptions des
risques dits « de développement » dont l’existence n’est pas corroborée par la démarche
scientifique et les liens de causalité entre l’activité et le dommage potentiel. Il se distingue du
27
principe de la prévention du fait qu’il opère uniquement en cas d’incertitude due à la faiblesse
des connaissances scientifiques.
Ainsi, la prise en compte du souci d’assurer la protection de l’environnement, la
santé et la sécurité alimentaire des populations a conduit, en l’absence des certitudes
scientifiques, à l’adoption du principe de précaution comme l’un des fondements du cadre
juridique national de biosécurité et de la mise en oeuvre des dispositions du Protocole de
Cartagena sur la Prévention des risques biotechnologiques.
Toutefois, l’adoption du principe de précaution est subordonnée à la fiabilité et à
la lisibilité des structures et des procédures ainsi qu’à la définition des responsabilités
opérationnelles et à l’expertise de chaque acteur.
I.4.1.2. Principe de prévention
Le principe de prévention conduit à mettre en oeuvre les mesures visant à assurer
la protection de la santé humaine et de l’environnement lorsqu’un risque est avéré.
La gestion de certains risques biotechnologiques avérés se fonde sur le principe de
prévention réaffirmé par le PNAE et au travers la réalisation des études d’impact
environnemental suivant les règles de procédure définies en application de la législation cadre
sur la protection de l’environnement.
Toutefois, le niveau actuel des études d’impact de la biotechnologie moderne par
exemple sur la santé et l’environnement amène à considérer plutôt davantage le principe de
précaution consacré par le principe 15 de la Déclaration de Rio sur l’Environnement et le
Développement.
I.4.1.3. Principe d’information et de participation du public
Le principe d’information et la participation du public au processus décisionnel en
matière d’environnement est consacré par le PNAE, la Stratégie nationale et plan d’action de
la biodiversité, le Code forestier, le projet de loi cadre sur la Protection de l’environnement et
le projet de loi sur la Conservation de la nature.
En effet, le public suffisamment sensibilisé et informé sur les risques
biotechnologiques serait davantage disposé à s’impliquer dans le processus de gestion de la
biosécurité.
I.4.1.4. Principe du pollueur payeur
Un des principes qui gouverne les régimes de responsabilité et de réparation des
dommages causés à l’environnement est le principe pollueur payeur.
Ce principe vise à imputer au pollueur les coûts écologiques, économiques et
sociaux de la pollution qu’il engendre. Ce qui traduit un mécanisme de responsabilité pour
28
dommage écologique couvrant tous les effets d’une pollution non seulement sur les biens et
les personnes, mais aussi sur la diversité biologique et les habitats.
Ce principe est consacré par le PNAE et le projet de loi cadre pour la Protection
de l’environnement.
I.4.1.5. Développement des connaissances pour la gestion de la biosécurité
La gestion de la biosécurité en général et les procédures d’évaluation et de gestion
des risques en particulier exigent que la RDC développe des connaissances scientifiques sur
lesquelles reposent de telles procédures. Ce qui implique l’obligation de renforcer les
capacités nationales en matière de formation et d’utilisation des connaissances scientifiques
dans les facultés, instituts et centres de recherche.
C’est dans cette perspective qu’il est urgent de développer les sciences de
biotechnologie, en général et de génie génétique, particulier et d’impliquer suffisamment les
chercheurs, institutions, ministères et administrations en charge respectivement de
l’agriculture, de l’élevage, de la pêche, de l’industrie, de la santé, des pharmacies, de
l’alimentation, de l’environnement, eaux et forêts, du commerce, de l’économie, etc.
I.4.2. Objectifs de la politique de gestion de la biosécurité
I.4.2.1. Objectif général
Nombreuses études réalisées ont reconnu à la biotechnologie moderne certains
avantages, notamment l’amélioration des performances agricoles, de l’alimentation animale,
etc.
Cependant face à certains risques que présente l’utilisation de la biotechnologie
moderne, la principale finalité de la politique nationale devra permettre de garantir la santé de
la population et d’assurer la protection de l’environnement, des ressources biologiques, des
tissus socioéconomiques par l’application du principe de précaution.
I.4.2.2. Objectifs spécifiques
Les objectifs spécifiques qui visent la réalisation de l’objectif général consistent
notamment en :
 l’élaboration et la mise en oeuvre d’un cadre juridique de la biosécurité, comprenant
notamment la législation et des textes réglementaires répondant aux exigences du
Protocole de Cartagena ;
 l’intégration dans les politiques de développement sectorielles existantes de
prédilection des biotechnologies (gestion de l’environnement, santé, agriculture,
élevage, pêche, alimentation, recherche scientifique et technologique, développement
industriel, etc.) de grandes orientations de la politique nationale en matière de
biosécurité ;
29
 l’élaboration et la mise en oeuvre des mécanismes d’évaluation et de gestion des
risques biotechnologiques en tenant compte des préoccupations environnementales,
économiques, sanitaires, sociales et culturelles ;
 l’adoption et la mise en oeuvre du cadre institutionnel de gestion de biosécurité et des
mécanismes de sensibilisation et de participation du public dans le processus
décisionnel de la prévention des risques ;
 le renforcement des capacités nationales de gestion de la biosécurité.
I.4.2.3. Éléments de stratégies d’utilisation des OGM et des produits dérivés d’OGM
I.4.2.3.1. Importation et exportation des OGM et produits dérivés d’OGM
Dans le domaine de l’importation des OGM et produits dérivés, la politique
nationale devra renforcer les dispositions de la législation nationale et du Protocole de
Cartagena exigeant :
 Un accord préalable en connaissance de cause à travers une autorisation écrite de
l’ANC ;
 Cette autorisation préalable doit être donnée sur la base des résultats d’une évaluation
des risques réalisée conformément aux dispositions de la législation nationale et du
Protocole;
 L’application des sanctions pénales à l’auteur de l’importation illégale des OGM et
produits dérivés.
Concernant l’exportation des OGM, la RDC devra veiller au respect des
instruments juridiques internationaux et notamment la procédure d’accord préalable en
connaissance de cause.
I.4.2.3.2. Développement des OGM et produits dérivés d’OGM
La politique nationale devra privilégier :
 la recherche fondamentale ;
 la conservation et l’amélioration nutritionnelle en ce qui concerne l’industrie
agroalimentaire ;
 le développement de l’élevage, notamment par l’utilisation des espèces animales
tolérantes aux épizooties ;
 le développement agricole : l’utilisation des variétés tolérantes aux insectes ravageurs
(maïs, pomme de terre du groupe Bt), aux herbicides, aux maladies virales (maïs,
pomme de terre), à la salinité ;
I.4.2.3.3. Gestion des aides humanitaires à base d’OGM
La situation humanitaire de la RDC est préoccupante. Les autorités du pays
semblent encore hésitants sur l’attitude à adopter face aux aides alimentaires apportées aux
populations, sinistrés et autres déplacés de conflit.
30
Il serait très indiqué d’appliquer la procédure relative aux organismes vivants
modifiés destinés à être utilisés directement pour l’alimentation humaine ou animale ou à être
transformés avant l’acceptation de toute aide humanitaire.
31
II. ENVIRONNEMENT JURIDIQUE ET RÉGLEMENTAIRE
La RDC a, depuis le 8 février 2005, adhéré au Protocole de Cartagena sur la
prévention des risques biotechnologiques. L’article 2 du Protocole de Cartagena dispose que
chaque Etat Partie prend les mesures juridiques, administratives et autres nécessaires et
appropriées pour s’acquitter de ses obligations en matière de mise au point, manipulation,
transport, utilisation, transfert et libération des organismes génétiquement modifiés, afin que
toutes ces activités se fassent de manière à prévenir ou à réduire les risques pour la diversité
biologique, en tenant compte également des risques pour la santé humaine.
II.1. État des lieux de l’environnement législatif et réglementaire touchant la biosécurité
Un examen de la législation en vigueur en rapport à la biosécurité en général ainsi
que des structures administratives impliquées de près ou de loin à la biosécurité nous amène à
faire un certain nombre de constats.
II.1.1. Cadre juridique de gestion de la biosécurité]
II.1.1.1.Dispositions constitutionnelles
De manière générale, l’article 54 de la Constitution de la Transition promulguée le
04 avril 2003, stipule que tous les Congolais ont droit à un environnement sain et propice à
leur épanouissement. Les pouvoirs publics et les citoyens ont le devoir d’assurer la protection
de l’environnement dans les conditions définies par la loi.
Par ailleurs, la nouvelle Constitution de la RDC promulguée le 18 février 2006
prévoit, en son article 53, que toute personne à droit à un environnement sain et propice à son
épanouissement intégral. Elle a le devoir de le défendre. L’Etat veille à la protection de
l’environnement et à la santé des populations. En outre, l’article 202, point 36, m, donne au
pouvoir central la compétence exclusive en matière d’élaboration de la législation concernant
entre autres, la fécondation artificielle chez l’être humain, la manipulation des informations
génétiques et sur les transplantations d’organes et des tissus humains. La constitution jette
donc les bases d’une législation sur l’utilisation des biotechnologies modernes.
II.1.1.2. Cadre juridique sur le commerce et les prix
II.1.1.2.1 Législation sur l’exercice du commerce
La Loi n°73-009 du 5 janvier 1973, telle que modifiée et complétée à ce jour, fixe
les règles particulières sur le commerce.
Aux termes de l’article 5 de cette loi, les activités commerciales se répartissent en :
·  commerce d’importation ;
32
·  commerce d’exportation ;
·  commerce de transit ;
·  commerce de gros
·  commerce de demi-gros ;
·  commerce de détail ;
·  services réputés commerciaux par la loi.
L’article 13 de cette loi donne la faculté au ministre ayant le commerce extérieur
dans ses attributions de limiter ou d’interdire l’exportation d’un produit lorsque les besoins
d’approvisionnement du pays l’exigent. De même, il est habilité à prendre des mesures
restrictives, à prohiber l’importation, l’introduction et la circulation en RDC de certains
produits jugés dangereux pour la santé ou portant atteinte aux bonnes moeurs. En outre, à
moins qu’il y ait un contrat avec clause d’exclusivité, l’article 19 de cette loi exige que les
marchandises et produits à importer en RDC soient commandés directement à l’usine de
fabrication ou de production.
Par ailleurs, aux termes de l’article 5 de l’Arrêté départemental
n°015/CAB/004/73 du 7 septembre 1973 portant mesures d’exécution de la loi particulière sur
le commerce, toutes les importations effectuées dans les conditions fixées à l’article 4 doivent
être appuyées d’un document émanant des autorités économiques du pays d’origine. Ce
document atteste que les conditions de l’article 4 sont remplies. A ce projet, l’article 4 susdit
stipule que les marchandises qui ne sont pas commercialisées à l’exportation par le producteur
étranger peuvent être importées dans les conditions similaires à celles fixées aux articles 1er et
2, l’organisme commercialisateur reconnu étant assimilé dans ce cas au producteur.
Outre la loi de 1973 précitée, le commerce d’import-export est régi notamment
par :
·  l’Arrêté Interministériel n°016/CAB/FIN/MENIPME/96 du 20 juin 1996 portant
dispositions applicables à l’importation de blé et de la farine de froment (qui prévoit
pour ces produits la souscription obligatoire d’une licence d’importation).
·  l’Arrêté Ministériel n°14/CAB/MIN/Fin&Bud/2000 du 25 octobre 2000 relatif à la
licence d’importation et d’exportation et à la licence de régularisation d’importation et
d’exportation.
Concernant le contrôle des marchandises et l’inspection avant leur exportation ou
importation, les principaux textes régissant ces activités sont notamment :
·  l’ordonnance-loi n°74-13 du 5 janvier 1974 portant création de l’Office Congolais de
contrôle (confiant à l’Office la mission d’effectuer des contrôles de qualité et de
conformité des biens) ;
·  l’ordonnance n°78-219 du 5 mai 1978 portant statuts de l’Office Congolais de
Contrôle (dont l’article 3 confie à l’Office la mission d’effectuer des contrôles de
qualité, de quantité et de conformité de toutes les marchandises, des analyses de tous
échantillons et produits, ainsi que des contrôles techniques de tous appareils et
travaux) ;
·  l’Arrêté Ministériel n°002/CAB/VPM/MEIC/91 du 18 février 1991 porte obligation de
contrôle de l’Office Congolais de Contrôle ;
33
·  l’Arrêté Ministériel n°13/CAB/MIN/Fin&Bud/2000 du 21 octobre 2000 crée une
commission chargée de contrôle à l’importation des marchandises protégées.
II.1.1.2.2. Législation en matière des prix
Les modalités de fixation et de contrôle des prix sont régies par les principaux
textes ci-après :
· Décret-loi du 20 mars 1961, tel que modifié et complété à ce jour, fixe le régime
juridique des prix ;
· Arrêté ministériel du 1er juillet 1996 porte mesures d’exécution du Décret-loi du 20
mars 1961 relatif aux prix (et en particulier fixe les modalités de calcul du prix de
revient de certaines catégories des biens);
· Arrêté interministériel fixe le barème des sanctions économiques en application du
Décret-loi du 20 mars 1961 relatif aux prix.
II.1.1.2.3. Législation sur les droits et taxes à l’importation et à l’exportation
La loi n°04/015 du 16 juillet 2004 fixe la nomenclature des actes générateurs des
recettes administratives, judiciaires, domaniales et de participations ainsi que leurs modalités
de perception. En rapport avec la production, l’importation et l’exportation des organismes
vivants modifiés, cette loi énumère les actes générateurs pour les Ministères suivants :
· Agriculture
- Autorisation d’importation des végétaux ;
- Autorisation d’exportation des végétaux ;
- Certificat d’origine des végétaux ;
- Certificat phytosanitaire ;
- Autorisation d’importation des produits phytosanitaires ;
- Mise en quarantaine ;
- Inspection phytosanitaire
· Commerce extérieur
- Numéro import/export
- Licence d’importation
· Environnement
- Permis d’importation, d’exportation ou de réexportation des animaux
totalement ou partiellement protégées des espèces CITES (convention sur le
commerce international des espèces des faunes et flores menacées
d’extinction);
- Permis d’importation, d’exportation ou de réexportation des animaux non
protégés ;
- Certificat phytosanitaire ;
·  Santé
- Autorisation d’importation des médicaments ;
- Autorisation d’ouverture d’un laboratoire scientifique ;
34
· Economie Nationale
- Amende transactionnelle pour infraction à la législation sur les prix et le
commerce.
Aucune disposition législative ou réglementaire ne met en place une procédure
d’accord préalable en connaissance de cause avant de déclencher une notification de
l’exportation/importation et une procédure de prise de décisions relatives à l’importation des
OGM destinés à être introduits intentionnellement dans l’environnement de la partie
importatrice comme le prescrivent les articles 8, 9, 10 et 12 du Protocole de Cartagena.
De même, excepté le décret sur la police sanitaire des animaux, les conditions de
délivrance des autorisations d’importation et d’exportation des végétaux et des produits
phytosanitaires ou des certificats d’origine, la procédure de contrôle et d’inspection
phytosanitaire ainsi que les modalités de mise en quarantaine des végétaux dont il est question
dans la loi susvisée ne sont clairement définies par aucun texte.
II.1.1.3. Cadre juridique sur l’environnement
II.1.1.3.1. Législation générale sur la protection de l’environnement
Actuellement, le projet de loi cadre pour la protection de l’environnement déjà
élaboré en 1999 n’est toujours pas encore approuvé par le Gouvernement avant son examen
par le Parlement.
En substance, ce projet de loi contient des dispositions qui prennent en compte
certains principes de base en matière d’environnement et sur lesquels repose la gestion de
l’utilisation de la biotechnologie moderne: le principe de précaution, le principe de
prévention, le principe du pollueur-payeur et le principe de l’information et de la participation
du public au processus décisionnel.
II.1.1.3.2. Législation sur la biodiversité
Les articles 3, 24, 34, 46, 49, 50 et 72 de la Loi n°011-2002 du 29 août 2002
portant Code forestier prévoit des dispositions relatives notamment à la protection de la
biodiversité et à l’habitat naturel, à la sylviculture, à la recherche forestière, à la
transformation et au commerce des produits forestiers, à la protection des essences forestières
protégées et aux conditions d’introduction sur le territoire national du matériel végétal
forestier, etc.
L’article 34 du Code régissant la recherche forestière porte notamment sur la
gestion, l’inventaire, l’aménagement, la conservation, l’exploitation, la transformation, la
génétique forestière, la sylviculture, la technologie du bois et la commercialisation des
produits forestiers.
Aux termes de l’article 46, l’introduction sur le territoire national de tout matériel
végétal forestier, vivant ou mort, est soumise à l’autorisation préalable du Ministre ou de son
délégué, sur présentation d’un certificat d’origine et d’un certificat phytosanitaire délivrés par
35
l’organisme compétent du pays de provenance. L’arrêté relatif aux conditions d’introduction
sur le territoire national du matériel végétal forestier n’est pas encore élaboré. Toutefois, le
décret n°05/162 du 18 novembre 2005 portant réglementation phytosanitaire consacre des
dispositions sur la production, la conservation et l’importation des produits végétaux.
L’article 49 confère au Ministre en charge des Forêts le pouvoir de fixer la liste
des essences forestières protégées est fixée par arrêté du Ministre et fait l’objet dans la même
forme de mises à jour périodiques. L’Arrêté Ministériel de mars 2003 détermine la liste des
essences forestières protégées en RDC.
Aux termes de l’article 72 du Code forestier, le domaine forestier est subdivisé en
unités forestières d’aménagement aux fins d’exécution des tâches de planification, de gestion,
de conservation, de reconstitution et d’exploitation des ressources forestières. L’aménagement
forestier peut être orienté vers :
·  la production durable de tous les produits forestiers et de produits pour la
biotechnologie ;
·  les services environnementaux ;
·  le tourisme et la chasse ;
·  les autres objectifs compatibles avec le maintien du couvert forestier et la protection
de la faune.
En outre, un projet de loi sur la conservation de la nature est en cours
d’élaboration. L’article 4 de ce projet de loi fait obligation au Gouvernement de prendre des
mesures nécessaires pour empêcher l’introduction des espèces exotiques qui menacent des
écosystèmes, des habitats ou des espèces. Il met en place des mesures de contrôle et de
quarantaine aux frontières pour veiller à ce que les introductions intentionnelles soient dûment
autorisées et celles accidentelles ou non autorisées soient réduites au minimum. Il laisse aux
ministres en charge de la conservation de la nature et de l’agriculture de fixer, par voie
d’arrêté conjoint les modalités de prévention de l’introduction accidentelle et de contrôle des
mouvements aux frontières des espèces exotiques envahissantes.
II.1.1.3.3. Mesures restrictives relatives au commerce des espèces protégées
Le commerce des espèces protégées est soumis à certaines restrictions prévues par
des textes particuliers, notamment :
·  l’Arrêté Ministériel de 2000 réglementant le commerce international des espèces de
faune et de flore sauvages menacées d’extinction met en application les dispositions de
la CITES ;
·  l’Arrêté Ministériel n°CAB/MIN/AFF.ENV.DT/124/SS/2001 du 16 mars 2001 fixant
les périodes de prélèvement des perroquets gris en République Démocratique du
Congo ;
·  le Protocole d’accord signé en 2000 fixant les modalités de collaboration administrative
entre l’Organe de Gestion CITES, l’OFIDA et l’Office Congolais de Contrôle pour la
lutte contre le commerce illicite des espèces CITES.
II.1.1.4. Législation sur l’alimentation et l’hygiène alimentaire
36
À l’instar des autres secteurs et sous-secteurs, l’hygiène et la sécurité alimentaire
font l’objet d’une activité normative active. La République Démocratique du Congo a souscrit
à cette mouvance internationale au regard des textes suivants :
·  Le Décret du 26 juillet 1910 qui détermine les mesures relatives à la fabrication et au
commerce des denrées alimentaires
Aux termes de l’article 6 de ce décret, le Gouvernement est autorisé à réglementer
et à surveiller, par voie de décret ou d’arrêté, l’importation, le commerce, la vente, le débit, la
détention pour le débit ou la vente des combustibles, boissons, denrées, substances
alimentaires quelconques, mais seulement au point de vue de l’hygiène ou dans le but
d’empêcher les tromperies et les falsifications. Il pourra, de la même manière, mais
uniquement dans l’intérêt de l’hygiène, surveiller la fabrication ou la préparation des
combustibles, boissons, denrées, substances alimentaires quelconques, et interdire l’emploi
des matières, ustensiles ou objets nuisibles ou dangereux.
·  L’Ordonnance du 17 octobre 1911 qui fixe les précautions à prendre pour
l’emballage, la préparation et la fabrication des denrées alimentaires.
L’article 1er de cette ordonnance interdit d’employer pour la préparation, la
conservation et l’emballage des liquides et denrées alimentaires destinées à la vente ou en vue
du débit de ces denrées, des vases, ustensiles, récipients, appareils ou objets divers dont le
contact avec lesdits liquides ou denrées pourrait amener une composition, une solution de
substances vénéneuses ou nuisibles à la santé. Sont considérés comme vénéneux et nuisibles à
la santé aux termes de l’article 2, le plomb et le zinc ainsi que les alliages, étamages, soudures
et émaux contenant ces métaux, l’arsenic, l’antimoine ou leurs composés, comme aussi les
couleurs toxiques énumérées à l’ordonnance du 16 octobre 1911 concernant les matières
colorantes.
Cette ordonnance devra être revue en vue de prendre en compte les exigences de
la mise en oeuvre du Protocole de Cartagena, sur l’étiquetage des emballages des produits
transgéniques.
·  Ordonnance du 17 juin 1913 – relative à la coloration artificielle des denrées
alimentaires.
L’article 1er de cette ordonnance interdit d’employer pour la coloration des
denrées alimentaires telles que bonbons, dragées, pastillages, sucreries, pâtisseries, pâtes
alimentaires, confitures, marmelades, sirops, liqueurs, vins, fruits et légumes, destinés à la
vente, aucune matière colorante vénéneuse. Une liste des matières colorantes inoffensives et
une liste des couleurs réputées toxiques est annexée à l’ordonnance susvisée à titre de
renseignement.
L’article 2 de cette ordonnance interdit de vendre, d’exposer en vente, de détenir
ou de transporter pour la vente aucune denrée alimentaire fabriquée ou préparée contrairement
aux dispositions de l’article 1er.
L’article 3 exige que les récipients ou enveloppes dans lesquels seront renforcées,
pour la vente en gros ou en demi-gros, les denrées alimentaires coloriées ou colorées
37
artificiellement devront porter en caractères bien lisibles le nom et la raison sociale ainsi que
l’adresse du vendeur.
Pour l’application de l’ordonnance du 17 octobre 1911 relative aux ustensiles et
récipients et aux appareils servant à l’emballage, à la préparation et à la fabrication des
denrées alimentaires, l’article 5 de l’ordonnance du 17 juin 1913 considère comme nuisibles à
la santé : les matières colorantes spécifiées au paragraphe 2 de la liste annexée, à l’exception :
a) des composées de cuivre parfaitement vitrifiés dans la masse, la couverte, la glaçure,
l’émail ou le vernis des objets qu’ils décorent ;
b) du vermillon ;
c) des dérivés des principes du goudron.
·  Ordonnance n°74-453 du 31 décembre 1952 relative à la protection et à la salubrité
des denrées alimentaires.
Aux termes de l’article 1er de cette ordonnance, les personnes atteintes de
maladies contagieuses ainsi que celles dont l’état de santé ou de malpropreté corporelle
constitue un danger de contamination, ne peuvent participer à la production, à la fabrication, à
la préparation et à la manipulation en vue de la vente ou à la vente des substances servant ou
destinées à l’alimentation humaine. Il est interdit aux employeurs d’utiliser à ces travaux les
services des personnes susvisées.
L’article 4 exige que les locaux utilisés pour la vente, la fabrication, la
préparation, l’emballage ou la détention en vue de la vente de substances alimentaires de
même que le matériel qui s’y trouve, seront lavés quotidiennement au moyen d’eau contenant
un produit détersif. Ils devront être en constant état de propreté. Il est interdit de détenir dans
ces locaux des matières nuisibles à leur salubrité ou impropres à l’alimentation humaine.
En outre, l’article 6 exige que l’emballage, en vue de la détention et de la vente
des substances servant ou destinées à l’alimentation humaine, soit faite de façon à éviter toute
contamination ou souillure. Il est interdit de mettre en contact direct avec ces substances des
papiers ou d’autres matières non lavables, souillées ou ayant servi à un autre usage. Avant de
procéder à la fermeture de l’emballage, tout fabricant ou commerçant doit s’assurer que des
matières ou corps étrangers ne se trouvent pas mêlés aux substances alimentaires.
Enfin, l’article 7 exige que les marques d’identification apposées sur les
emballages ne puissent contenir de produits susceptibles de diffuser ou d’imprégner la
marchandise.
·  Ordonnance n°41-412 du 07 décembre 1953 relative au commerce des huiles de table.
Aux termes de l’article 1er, les récipients contenant de l’huile de table destinée à
l’alimentation humaine et importée, offerte en vente, détenue en vue de la vente, transportée,
vendue ou livrée doivent être munis d’une étiquette mentionnant d’une façon apparente et
indélébile :
a) le nom et la raison sociale du fabricant, et éventuellement la marque ;
38
b) la dénomination exacte du produit, en conformité avec les dispositions de l’article 2 et
à l’exclusion de toute autre qualification, cette dénomination garantit en même temps
la qualité du produit ;
c) la contenance minimum garantie du récipient exprimée en litres ou en centilitres.
L’article 2 exige que :
A. Pour pouvoir être vendue sous la dénomination « huile d’arachides raffinée » ou «huile
d’arachides raffinée garantie pure», le produit doit satisfaire aux conditions ci-après :
a) être extrait de l’endosperme de différentes variétés d’arachides (Arachis
hypogaea );
b) être désodorisé et désacidifié ;
c) ne pas contenir plus de 0,25% d’acide oléique, de 0,01% d’impuretés et de
0,15% d’eau.
B. L’huile qui, bien que répondant aux normes définies sub a) et d) du litera A, ne remplit pas
les conditions minima déterminées sub b) et c) doit être vendue sous la dénomination
«huile d’arachides».
C. Le produit obtenu par le mélange d’huile d’arachides, raffinée comme défini sub a) ou non,
avec une autre comestible ne peut être vendu sous la dénomination «huile d’arachides». Le
cas échéant, l’étiquette portera la mention «huile de table».
II.1.1.5. Législation sur la propriété industrielle
La loi n°82-001 du 7 janvier 1982 régit la propriété industrielle. Cette loi fait
l’objet d’un examen approfondi dans le cadre de la mise en oeuvre des accords conclu sous les
auspices de l’Organisation mondiale du commerce.
Concernant la protection des obtentions végétales, un projet de loi est en cours
d’élaboration et devra être validé lors d’un atelier national avec l’appui de la FAO avant son
dépôt au Gouvernement.
II.1.1.6. Cadre juridique sur la santé et la sécurité au travail
La loi n°015/2002 du 16 octobre 2002 portant Code du Travail, prévoit en son
Titre VII des dispositions sur la santé et la sécurité au travail.
Il n’existe cependant pas des textes d’application ni de directives sur la protection
du personnel utilisé dans les centres de recherche sur les biotechnologies modernes.
II.1.1.7. Cadre juridique du secteur agricole et de l’élevage
II.1.1.7.1. Police sanitaire des animaux domestiques
Le décret du 28 juillet 1938, tel que modifié et complété à ce jour, fixe la police
sanitaire des animaux domestiques. Aux termes de l’article 4, est considéré :
39
1° comme atteinte d’une maladie contagieuse tout animal qui présente, pendant la vie ou à
l’autopsie, des symptômes ou des lésions tels que, d’après les données actuelles de la science,
il ne puisse subsister aucun doute sur l’existence de la maladie ;
2° comme suspect d’être atteint d’une maladie contagieuse, tout animal présentant des
symptômes ou des lésions qui en font soupçonner l’existence ;
3° comme suspect d’être contaminé tout animal qui se sera trouvé dans les conditions de
possibilité d’infection. Celles-ci sont précisées pour certaines catégories des maladies
contagieuses examinées aux chapitres II et III du présent décret.
L’article 5 considère comme autorités vétérinaires au sens du présent décret les
médecins vétérinaires du Gouvernement, les médecins vétérinaires privés ou attachés à des
sociétés et agréés par le Gouvernement et les fonctionnaires et agents désignés comme tels par
le Ministre chargé de l’Elevage et son délégué, mais dans les limites des attributions que
celui-ci détermine. (…)
L’article 6 régit l’isolement, lequel consiste soit à tenir les animaux renfermés
dans un local (séquestration), soit à les tenir rassemblés dans un pâturage approprié
(cantonnement). Quant à l’article 7, il régit la quarantaine, laquelle consiste en la mise en
observation d’animaux introduits dans une région déterminée dans le but de s’assurer de leur
état sanitaire. La quarantaine est applicable aux animaux importés ; elle peut être appliquée
aux animaux soumis à des déplacements à l’intérieur du Congo. La durée de la quarantaine est
fixée par l’autorité territoriale qualifiée, l’autorité vétérinaire entendue.
L’article 140 interdit l’importation, l’exportation et le transit des animaux
domestiques atteints, suspects d’être atteints ou suspects d’être contaminés d’une des
maladies contagieuses citées à l’article 1er ainsi que des animaux porteurs de tiques.
La même interdiction s’applique au matériel, aux fourrages, aux produits et à tous
objets pouvant servir d’intermédiaires dans la propagation d’une de ces maladies lorsqu’elles
sévissent dans le pays de provenance de ces objets (article 141).
L’article 143 subordonne l’importation, l’exportation et le transit des animaux
domestiques à la couverture par un certificat d’origine et de santé délivré par le médecin
vétérinaire officiel du pays de provenance des animaux. Le Président de la République
détermine par ordonnance les renseignements à donner dans ce certificat et toutes les
conditions à remplir par celui-ci.
L’’article 144 confère à l’autorité qualifiée le pouvoir de désigner les postes
vétérinaires et les stations de quarantaine d’entrée ou de sortie ouverts, à titre permanent ou
temporaire, à l’importation, à l’exportation et au transit des animaux domestiques. Elle peut
fixer les jours et les heures d’ouverture de ces postes. L’autorité qualifiée réglemente tout ce
qui a trait aux conditions de séjour des animaux, à l’équipement et au bon fonctionnement du
poste vétérinaire d’entrée et de la station de quarantaine qui y est annexée. Elle prescrit les
mesures prophylactiques et diagnostiques à pratiquer à l’entrée ou à la sortie des animaux et le
traitement éventuel à appliquer aux animaux retenus.
L’article 156 soumet à l’inspection vétérinaire les viandes importées fraîches,
réfrigérées, congelées, conservées ou préparées par salaison, fumage, séchage ou de toute
autre façon, à l’exception des viandes dites conservées renfermées dans des récipients
hermétiquement clos ne dépassant pas un poids de 5 kg. Cette obligation, applicable aux
40
viandes provenant d’animaux domestiques, s’étend au poisson frais, frigorifié, séché, salé,
fumé ou préparé de toute autre façon, ainsi qu’aux mollusques et crustacés, aux oiseaux de
basse-cour et au gibier. (article 157).
L’article 159 fait obligation à toute personne qui désire importer des denrées
visées aux articles 156 et 157 ci-dessus à l’obtention préalable de l’autorisation de l’autorité
qualifiée, l’autorité vétérinaire entendue.
Aux termes de l’article 161, les viandes importées devront porter sur chaque
quartier ou pièce de viande, ou sur des étiquettes plombées à ceux-ci les estampilles de
l’abattoir d’origine ainsi que la date de l’abattage.
L’article 162 subordonne toute importation de viande visée à l’article 156 à la
présentation d’un certificat délivré par un médecin vétérinaire officiel du lieu d’origine ou du
port d’embarquement. Une ordonnance du Président de la République stipulera tous les
renseignements que ce certificat doit contenir ; ce certificat sera remis à l’inspecteur chargé
de procéder à l’examen de cette viande à l’entrée de la RDC.
L’article 163 soumet l’importation des viandes et des denrées alimentaires
d’origine animale visées aux articles 156 et 157 à la surveillance et à toute inspection
vétérinaire subséquente en tous endroits où elles auront été placées en vue de la vente ou de la
conservation.
II.1.1.7.2. Législation sur le marquage du bétail
L’ordonnance-loi n°166/Vet du 11 juin 1943 fixe les modalités de marquage du
bétail.
L’article 1er autorise les gouverneurs de province d’imposer, sur avis des autorités
vétérinaires, à tout propriétaire ou détenteur de bétail :
1° le marquage de tout bovidé reconnu impropre à l’élevage et destiné à être vendu pour la
boucherie ;
2° le marquage des bons sujets reproducteurs et l’interdiction de les abattre sans autorisation
préalable ;
3° la castration des sujets mâles impropres à la reproduction ;
4° la déclaration de la composition de leur bétail.
II.1.1.7.3. Réglementation des produits et substances destinés à l’alimentation des animaux
La matière est régie par l’ordonnance n°41-361 du 27 octobre 1953 telle que
modifiée et complétée à ce jour – préparation et commerce des substances destinées à
l’alimentation des animaux.
Aux termes de l’article 1er, les substances destinées des animaux doivent être
saines, de qualité commerciale loyale et marchande, ne pas contenir une proportion anormale
d’eau, de sable, d’argile, ni avoir subi un traitement modifiant leur nature ou leurs qualités
dans une mesure telle que les aliments ne répondent plus, par leur composition, au produit
normal.
41
L’article 3 interdit d’importer, d’offrir en vente, de détenir en vue de la vente, de
transporter, de vendre ou de livrer :
a) des substances destinées à l’alimentation des animaux contenant :
 des spores de charbon ou de carie (ustilaginacées et tillétiacées) dans une
proportion supérieure à celle que laissent les appareils de nettoyage modernes ;
 de la graine ou du tourteau de purghère, croton, illipé, mowrah, belladone,
jusquiame, amandes amères, de l’ivraie enivrante, des coques de farine, de
l’ergot, de sciure de bois, de la tourbe, de l’ivoire végétal, du plâtre, des
composés de baryum, des sels ammoniacaux, de l’urée, du phosphate minéral,
du sulfure de carbone, des substances antiseptiques et tous autres produits
toxiques ou nuisibles à la santé des animaux ;
 de la graine ou du tourteau de moutarde (noire, blanche ou sauvage) de
caméline, en proportion supérieure à 2% pour leur ensemble ;
 plus de 2% de matières minérales insolubles dans l’acide chlorhydrique
solution normale.
b) des aliments composés contenant plus de 1% de coques d’arachides, 1% de coques de
cacao, 1% de balles de riz ;
c) des substances destinées à l’alimentation des animaux, gâtées, avariées ou corrompues,
sans que l’acheteur ait été avisé qu’elles sont corrompues à l’alimentation des animaux
et qu’elles doivent être réservées comme « engrais ».
L’article 4 interdit toute altération d’aliments simples ou composés après leur
production ou leur fabrication dans les conditions définies aux articles 2 et 3.
L’article 7 exige que toute substance composée destinée à l’alimentation des
animaux, offerte en vente, détenue en vue de la vente, transportée, vendue ou livrée doit être
munie d’une étiquette mentionnant :
1) le nom ou la raison sociale du fabricant;
2) le dosage minimum garanti, exprimant les pourcentages des éléments nutritifs essentiels
(albumine brute digestible, graisse, sucre, amidon) contenues dans le mélange, avec
spécification, en ce qui concerne les protéines, du pourcentage dans lequel interviennent
les protéines d’origine animale;
3) la teneur maximum en humidité, matières minérales totales, cellulose brute;
4) la date de fabrication ;
5) la destination (usage) de l’aliment;
6) éventuellement : la présence de la nielle;
7) la nature et la teneur des produits chlorure de sodium, carbonate de calcium, phosphate,
charbon de bois, souffre, lorsque la teneur dépasse 2% pour un de ces produits. Toutefois,
la teneur pour l’ensemble de ces produits ne peut dépasser 6% ;
8) la nature et la teneur d’autres oligo-éléments non repris ci-dessus.
II.1.1.7.4. Réglementation phytosanitaire
En date du 18 novembre 2005, le Président de la République a signé le décret
n°05/162 portant réglementation phytosanitaire en République Démocratique du Congo.
42
Ce décret régit :
 la protection sanitaire des végétaux et produits végétaux par la prévention et la lutte
contre les organismes nuisibles tant au niveau de leur introduction qu’à celui de leur
propagation sur le territoire national ;
 la diffusion et la vulgarisation des techniques appropriées de protection
phytosanitaire ;
 l’organisation de l’agrément des produits phytosanitaires et leur contrôle à
l’importation, à la mise en marché et à leur utilisation ;
 le contrôle à l’importation et à l’exportation des végétaux et des produits végétaux ;
 le contrôle de l’état sanitaire des denrées alimentaires d’origine végétale ou minérale
susceptibles de porter des germes pathogènes.
Au sens de ce décret, on entend par :
a) Organisme de quarantaine, un organisme nuisible qui a une importance potentielle
pour l’économie de la zone menacée et qui n’est pas encore présent dans cette zone ou
bien qui y est présent mais qui n’y est pas largement disséminé et fait l’objet d’une
lutte officielle
b) Produits phytosanitaires, les substances actives et préparations contenant une ou
plusieurs substances actives qui sont destinées à :
 Combattre des organismes nuisibles aux végétaux et aux produits végétaux ou
prévenir leur action ;
 Exercer dans un but déterminé, une action de contrôle sur les processus vitaux
des végétaux ;
 Assurer la conservation des végétaux.
Sont considérés comme produits phytosanitaires : les insecticides, les fongicides, les
herbicides, les rongicides, les raticides, les acaricides, les nématocides, les hormones
végétales, les huiles végétales.
c) Produits végétaux, produits non transformés d’origine végétale y compris les graines
ainsi que les produits manufacturés qui, étant donné leur nature ou celle de leur
transformation, peuvent constituer un risque d’apparition, d’introduction ou de
dissémination des organismes nuisibles ;
d) Quarantaine végétale, ensemble des activités et mesures qui visent à prévenir
l’introduction et/ou la dissémination d’organismes de quarantaine ou à assurer une
lutte officielle à leur encontre.
II.1.1.7.5. Mesures restrictives à l’import-export des essences forestières, plantes et semences
 Ordonnance n°53-5 du 9 avril 1915 –relative aux Essences forestières et arbustives –
mesure de conservation et de préservation,
Cette ordonnance subordonne tout envoi de graines ou des plantes importées au
Congo à la délivrance d’un document d’accompagnement consistant en un certificat d’origine
déclarant ces végétaux indemnes de toute maladie cryptogamique ou d’agents d’infection. Les
éléments culturaux reconnus atteints de maladies cryptogamiques ou autres seront traités aux
frais de l’importateur et, le cas échéant, détruits.
43
 Ordonnance n°51-432 du 24 août 1959 – portant Interdiction d’exporter du
matériel de plantation du Congo :
L’article 1er de cette ordonnance interdit d’exporter des semences, fruits,
plantules, plantes ou parties des plantes pouvant servir d’éléments de reproduction se
rapportant aux végétaux suivants cultivés ou spontanés quels que soient l’espèce, la variété,
l’hybride ou la lignée : Cacao (Theobroma L.), Hévéa (Hevea, Aublet), Quinquina (Cinchona
L.), Café (Coffea L.), Palmier à huile (Elaeis L.), Thé (Thea L.).
Aux termes de l’article 2 de cette ordonnance, l’interdiction prévue à l’article 1er
ne s’applique pas :
1°) aux exportations faites en accord avec le Ministère chargé de l’Agriculture;
2°) aux exportations en quantités inférieures à deux kg faites par l’INERA dans le cadre
de la politique de collaboration internationale en matière de recherches scientifiques;
3°) aux exportations d’amandes palmistes en quantités supérieures à cinq tonnes.
 Ordonnance n°51-81 du 22 février 1960 –portant importation d’éléments de
reproduction de théier en vue de prévenir l’apparition du parasite Exobasidium
vexans (cloque de théier) :
L’article 1er de cette ordonnance interdit l’importation du matériel végétal de
théier ou de semences de théier en provenance des pays situés en dehors de l’Afrique au Sud
du Sahara. Toutefois, il confère au Ministre chargé de l’Agriculture le pouvoir d’accorder des
dérogations pour des importations à des fins scientifiques et aux conditions qu’il prescrit.
L’article 2 de cette ordonnance autorise l’importation du matériel végétal de théier
ou de semences de théier en provenance des pays situés en Afrique au Sud du Sahara à la
condition que les envois soient accompagnés d’un certificat phytosanitaire spécifiant que la
maladie du théier causée par Exobasidium Vexans n’a jamais été découverte dans le pays
d’origine.
 Ordonnance n°51-167 du 4 juin 1957 –portant réglementation de l’importation
des plants de bananiers et sacs perforés en polyéthylène
Aux termes de l’article 1er, l’importation de plants de bananiers cultivés ou
sauvages est interdite, sauf autorisation préalable du ministre de l’agriculture. L’article 1er bis
de cette ordonnance subordonne l’importation des bananes et leur admission en transit
ordinaire à la présentation d’un certificat d’origine les déclarant indemnes de toute maladie
cryptogamiques et d’agents d’infection. (…)
 Ordonnance-loi n°72-030 du 27 juillet 1972 relative à la culture et au commerce
du café
Aux termes de l’article 1er, les graines, plants ou fragments de plants de caféiers
ne peuvent être importés qu’avec l’autorisation spéciale du ministre de l’Agriculture et aux
conditions fixées par lui. Ces conditions stipulent notamment la présentation d’un certificat
sanitaire d’origine, le port d’entrée, éventuellement l’inspection des plants à l’entrée de la
République, la désinfection des graines ou toute autre mesure jugée utile.
44
L’article 13 de cette ordonnance-loi confie le monopole de l’exportation du café
produit en RDC à l’Office national du café. Pour être admis à l’exportation, les cafés doivent
aux termes de l’article 14 :
a) répondre aux conditions de qualité et d’emballage fixés par le ministre de
l’Agriculture ;
b) faire l’objet d’un certificat d’origine et de qualité établi par l’Office national du café.
Il importe de souligner qu’aucune disposition de ces différentes ordonnances ne
fait allusion à des plantes, semences, plants ou matériels de reproduction transgéniques
destinés à l’agriculture.
II.1.1.8. Compatibilité de la législation en vigueur avec les Accords de l’OMC
II.1.1.8.1. Accord sur les aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au
commerce (ADPIC)
Lors de la Conférence ministérielle de l’OMC qui s’est tenue à Doha en 2001, une
Déclaration sur les aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce
(ADPIC) et la santé publique a été adoptée le 14 septembre 2001. Bien que ne constituant pas
un amendement à l’Accord sur les aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent
au commerce, cette décision des Ministres insiste sur la nécessité de mettre en oeuvre et
d’interpréter l’Accord sur les Aspects de droit de propriété intellectuelle qui touche au
commerce (ADPIC) d’une manière favorable à la santé publique, en promouvant à la fois
l’accès aux médicaments existants et à l’élaboration de nouveaux médicaments. Cette
Déclaration distincte sur les ADPIC et la santé publique est destinée à répondre aux
préoccupations concernant les conséquences possibles de l’Accord sur les ADPIC sur l’accès
aux médicaments.
En d’autres termes, l’Accord sur les ADPIC n’empêche pas et ne devrait pas
empêcher les gouvernements des Etats membres de l’OMC d’agir pour protéger la santé
publique. Mais deux dispositions de cet accord méritent une attention particulière.
L’article 41 exige des Etats membres que leur législation comporte des procédures
destinées à faire respecter les droits de propriété intellectuelle et permette l’octroi des mesures
correctives rapides. Et pour être conformes aux exigences de l’Accord sur les ADPIC, ces
procédures doivent être loyales et équitables et permettre l’octroi des décisions dans des délais
raisonnables. Ces décisions devront être rendues par écrit et motivées. Un recours devrait en
outre être possible contre toute décision.
Concernant l’art 27 qui prévoit, par dérogation à l’esprit général de l’accord pour
les parties à l’accord d’assurer la protection des variétés végétales par des brevet au moyen
d’un système sui generis ou par une combinaison de deux (brevet et sui generis), on constate
que face à cette disposition l’Art 12 alinéa 5 de la loi 82-001 régissant la propriété industrielle
n’appelle pas des remarque particulières quant à sa compatibilité. Elle risque toutefois de
restreindre de manière excessive les possibilités de délivrance du brevet, suivant la manière
dont est interprétée la notion de « corps existant déjà dans la nature ». En effet, selon l’esprit
de cet article, la découverte d’un corps existant dans la nature n’est pas considéré comme
brevetable sous réserve des certaines disposition et sans préjudice.
45
Qu’en est-il alors des biotechnologies et de la brevetabilité du génome humain par
exemple ? S’agit-il d’un corps existant dans la nature, où toute intervention humaine, soit
toute manipulation génétique quelle qu’elle soit, suffit à exclure l’application de l’article 12
alinéa 5.
Il en résulte que le droit congolais devra être adapté sur ce point notamment en
mettant en profit l’ouverture laissée par l’Art 12 alinéa 5 de la sis loi in fine.
L’article 48, alinéa 2, de la loi n°82-001 du 7 janvier 1982 régissant la propriété
industrielle est conforme à l’article 34 de l’Accord sur les ADPIC. Toutefois, il sied de veiller
à ce que cette disposition soit interprétée de manière à ce que, en cas de brevet de procédé,
tout tiers soit en droit d’obtenir un produit identique par un procédé différent. Ainsi, une
présomption réfrangible devrait néanmoins être introduite dans la législation congolaise
comme suit : « Tout produit identique fabriqué sans le consentement du titulaire du brevet
sera, jusqu’à preuve du contraire, considéré comme ayant été obtenu par le procédé breveté »
.
L’article 50 de la loi n°82-001 du 7 janvier 1982 régissant la propriété industrielle
consacre le principe de la cessibilité et de la transmissibilité. Cependant, il reste muet sur la
possibilité de conclure des contrats de licence comme l’exige l’article 28 alinéa 2 ADPIC qui
permet d’éviter toute ambiguïté.
En définitive, nombreuses dispositions de cette loi méritent une relecture attentive
en vue de les adapter aux exigences de l’Accord sur les ADPIC, notamment les exigences des
sections II, III et IV de la troisième partie de l’Accord ADPIC, relative aux procédures civiles
et administratives, aux mesures provisoires et aux prescriptions spéciales concernant les
mesures à la frontière. La loi devra également prendre en compte le souci d’assurer la
protection des obtentions végétales à l’instar de l’Accord de Bangui révisé dans le cadre de
l’Accord sur les ADPIC de l’OMC, spécialement son annexe 10 relative à la protection des
obtentions végétales en vue notamment de sécuriser les innovations et pratiques
traditionnelles pouvant avoir un impact positif sur la préservation de la biodiversité.
II.1.1.8.2. Accord sur l’agriculture (article 12, 14)
La RDC ne dispose pas d’une loi sur l’agriculture en tant que telle. Le seul texte
en voie d’être adopté est le projet de décret sur les semences initié par le ministère en charge
de l’agriculture et actuellement en discussion au Gouvernement.
D’autres dispositions législatives sont applicables, notamment la loi particulière
sur le commerce, divers règlements sur les prix des produits agricoles, la circulaire
n°DENI/CAB/03/0608/89 prévoyant des mesures de contrôle en vue de garantir
l’approvisionnement et la répartition des marchandises ainsi que l’arrêté interministériel
n°016/CAB/FIN/MENIPME/96 du 20 juin 1996 portant dispositions applicables à
l’importation de blé et de la farine de froment (qui prévoit pour ces produits la souscription
obligatoire d’une licence d’importation).
Ces dispositions devront être en harmonie avec l’article XI (2) (a) de l’Accord
GATT qui dispose :
« Article XI - Elimination générale des restrictions quantitatives »
46
1. Aucune partie contractante n’instituera ou ne maintiendra, à l’importation d’un produit
originaire d’une autre partie contractante, à l’exportation ou à la vente pour
l’exportation d’un produit destiné au territoire d’une autre partie contractante, de
prohibitions ou des restrictions autres que des droits de douane, taxes ou impositions,
que l’application en soit faite au moyen de contingents, de licences d’importation ou
d’exportation ou de tout autre procédé ;
2. Les dispositions du paragraphe premier du présent article ne s’étendront pas aux cas
suivants :
a) Prohibitions ou restrictions à l’exportation appliquées temporairement pour
prévenir une situation critique due à une pénurie de produits alimentaires ou
d’autres produits essentiels pour la partie contractante exportatrice, pour remédier
à cette situation … ».
En l’espèce, le maintien de ce dispositif devra être justifié conformément au
prescrit du point 2 (a) de cet accord. L’Accord GATT ne s’oppose pas à ce que le
Gouvernement prenne des mesures restrictives dictées par les impératifs de la santé publique.
II.1.1.8.3. Accord sur l’application des mesures sanitaires et phytosanitaires
L’article 3 de l’ordonnance-loi n°74-13 du 5 janvier 1974 confie à l’Office
Congolais de Contrôle la mission d’effectuer des contrôles de qualité et de conformité des
biens.
En outre, l’Office Congolais de Contrôle (OCC) est régi par l’ordonnance n°78-
219 du 5 mai 1978. Aux termes de l’article 3 de ses statuts, l’Office a pour objet d’effectuer
des contrôles de qualité, de quantité et de conformité de toutes les marchandises, des analyses
de tous les échantillons et produits, ainsi que des contrôles techniques de tous les appareils et
travaux.
Il peut gérer et exploiter des silos, magasins généraux et entrepôts de douane.
A ce jour, au regard des dispositions de la Loi n°73-009 du 5 janvier 1973
particulière sur le commerce, telle que modifiée et complétée à ce jour, l’OCC semble avoir la
responsabilité d’assurer le contrôle de tout produit pouvant avoir des effets néfastes sur la
santé de la population en donnant des avis techniques au ministre pour une proposition
appropriée.
Il sied de clarifier les compétences de l’OCC au regard des prescrits des décrets
n°05/161 et 05/162 du 18 novembre 2005 portant respectivement création du Service de
Quarantaine Animale et Végétale et réglementation phytosanitaire.
Cette clarification s’impose également au regard de la loi n°04/015 du 16 juillet
2004 fixe la nomenclature des actes générateurs des recettes administratives, judiciaires,
domaniales et de participations ainsi que leurs modalités de perception qui confère des
compétences spécifiques aux Ministères en charge respectivement de l’Agriculture et de
l’Environnement et impose certaines formalités et l’obtention des documents à délivrer par
lesdits Ministères (cfr. ci-haut point 2.1.1.2:cadre juridique sur le commerce et le prix)
47
Le décret portant réglementation phytosanitaire (prévoyant des dispositions
relatives à l’inspection phytosanitaire et aux formalités de contrôle préalable de la qualité des
végétaux et produits phytosanitaire) semble adapté aux exigences de la Convention
internationale pour la protection des végétaux non encore ratifiée par la RDC.
De manière générale, il ne devrait pas y avoir de conflit apparent entre ce décret
et les dispositions de l’Accord sur l’application des mesures sanitaires et phytosanitaires.
Toutefois, en vue d’être conformes à l’article VIII (4) (g) et (h) de l’Accord GATT, les
différentes redevances et formalités ci-dessus devraient se limiter aux formalités d’analyses et
de vérifications et aux documents relatifs à la quarantaine, à l’inspection sanitaire et à la
désinfection.
Enfin, la RDC devrait formellement notifier à l’OMC l’autorité nationale
responsable de la mise en oeuvre des dispositions sur les notifications des mesures sanitaires et
phytosanitaires comme prévues au paragraphe 10 de l’Annexe B de l’Accord sur les mesures
sanitaires et phytosanitaires.
II.1.1.8.4. Accord sur les Obstacles Techniques au Commerce (OTC)
Les préoccupations soulevées dans le domaine de l’Accord sur les obstacles
techniques au commerce sont presque similaires à celles posées dans le cadre de l’examen de
la compatibilité de législation congolaise avec les dispositions de l’Accord sur les mesures
sanitaires et phytosanitaires. L’article 13.2v de l’OTC établit un Comité des Obstacles
Techniques au Commerce composé des représentants de chacun des membres. La RDC est
membre de ce Comité.
La mise en oeuvre de ces dispositions est de la responsabilité de l’Office
Congolais de Contrôle, en tant qu’organisme de contrôle de la qualité et de la quantité des
marchandises à l’import-export, et du Comité National de Normalisation conformément aux
dispositions de l’ordonnance-loi n°75-271 d’août 1975.
Il sied de noter cependant que les responsabilités entre ces deux services ne sont
pas clairement bien partagées.
Toutefois, les textes applicables en l’espèce sont ceux visés dans le cadre de
l’Accord SPS. L’autre texte qui régit les activités de l’OCC dans le domaine de OTC est
l’Arrêté Ministériel n°002/CAB/VPM/MEIC/91 du 18 février 1991 portant obligation de
contrôle par l’Office Congolais de Contrôle de la production industrielle.
Concernant l’administration de l’Accord OTC, il sied de souligner que la RDC
dispose d’un point d’information nationale comme prévu aux articles 10.1 et 10.3 de cet
accord. Elle dispose également d’une autorité nationale responsable des notifications comme
prévu à l’article 10.10 de l’Accord OTC bien qu’au regard des textes en vigueur il s’agisse de
l’Office Congolais de Contrôle et du ministère du commerce extérieur.
II.1.1.8.5. Accord sur l’inspection avant expédition
L’article 20 de la Loi n°73-009 du 5 janvier 1973 particulière sur le commerce
prévoit que « sauf exception instituée par voie réglementaire, le contrôle, au lieu
48
d’embarquement, de la quantité, de la qualité et des prix des marchandises et produits
expédiés à destination du Congo est obligatoire ».
Le but principal de l’inspection avant embarquement est de permettre le contrôle
en RDC de la qualité et quantité de la marchandise bien que ce soit aussi pour garantir les
droits de douanes pour le Trésor Public. Cet objectif répond donc aux exigences de l’article
1.3 de l’Accord sur l’inspection avant embarquement aux termes duquel « les activités
d’inspection avant embarquement sont toutes les activités en rapport avec la vérification de la
qualité, de la quantité, du prix, y compris le taux de change et les conditions financières, et/ou
de la classification douanière des marchandises destinées à être exportées vers le territoire
du Membre utilisateur ».
La phase de mise en oeuvre du présent cadre national et de la loi sur la biosécurité
pourrait s’appuyer sur l’expérience en cours notamment en ce qui concerne le centre national
d’échange et d’information sur la prévention des risques biotechnologique ainsi que l’Autorité
national compétente chargé du traitement des demandes d’importation des OGM et des
produits dérivés d’OGM.
II.1.1.8.6. Accord sur les procédures de licences d’importation
Aux termes de l’article 1.1 de l’Accord sur les Licences d’Importation, les
formalités des licences d’importation sont, par définition, « les procédures administratives
utilisées pour l’application de régimes de licences d’importation qui exigent, comme
condition préalable à l’importation sur le territoire douanier du Membre importateur, la
présentation à l’organe administratif compétent d’une demande ou d’autres documents
(distincts des documents requis aux fins douanières) ».
Le régime des licences d’importation est utilisé par les membres de l’OMC pour
l’administration des restrictions quantitatives, les contrôles des prix et la collection des
statistiques commerciales. Il importe de souligner qu’aux termes de l’article 1.3 de l’Accord
sur les Licences d’importation, « les règles relatives aux procédures de licences d’importation
seront neutres dans leur application et administrées de manière juste et équitable ». A ce
propos, l’Arrêté Ministériel n°14/CAB/MIN/FIN&BUD/2000 du 25 octobre 2000 relatif à la
licence d’importation et d’exportation et à la licence de régularisation d’importation et
d’exportation impose aux importateurs et exportateurs l’obligation d’obtenir une licence
d’import-export.
II.1.2. Analyse de la législation en vigueur au regard des exigences du Protocole de
Cartagena : Evaluation de l’état de ratification des accords multilatéraux sur
l’environnement
La RDC est Partie à certains accords multilatéraux sur l’environnement, par le fait
de la ratification ou de l’adhésion. Il s’agit notamment:
·  de la Convention sur la diversité biologique;
·  du Protocole de Cartagena sur la prévention des risques biotechnologiques,
·  de la Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques
·  du Protocole de Kyoto,
49
·  de la Convention des Nations sur la lutte contre la désertification dans les pays
gravement touchés par la sécheresse et ou la désertification en particulier en Afrique;
·  de la Convention sur la protection du patrimoine mondial naturel et culturel,
·  de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore
sauvages menacées d’extinction (CITES);
·  de la Convention Ramsar sur les zones humides ;
·  de la convention internationale sur l’harmonisation des contrôles des marchandises ;
·  des accords signés dans le cadre de l’OMC.
En outre, la RDC a signé le 5 février 2005 le Traité créant la COMIFAC ainsi que
le plan de convergence. Elle devra donc engager le processus de la ratification de ce traité
conformément aux dispositions constitutionnelles.
Il sied de souligner que certaines conventions, protocoles et accords se rapportant
aux questions des organismes génétiquement modifiés dégagent des principes fondamentaux
en tant que normes juridiques obligatoires que les Etats Parties sont tenus de respecter. Il
s’agit notamment :
 de la Convention sur la diversité biologique dont l’article 8 fixe les principes de
protection et de précaution qui imposent les obligations ci-après :
·  l’élaboration des stratégies, plans ou programmes nationaux pour la préservation
et l’utilisation durable de la biodiversité (article 6) ;
·  l’identification et la surveillance de la biodiversité (article 7) ;
·  la préservation (de la biodiversité) in situ et ex situ (articles 8 et 9) ;
·  la recherche et la formation (article 12) ;
·  la sensibilisation et l’éducation du public (article 13) ;
·  l’évaluation de l’impact des projets de développement sur la biodiversité (article
14) ;
·  l’échange d’information (article 17) ;
·  la coopération scientifique (article 19) ;
·  l’élaboration d’un instrument international ayant force obligatoire destiné à la
prévention des risques biotechnologiques (article 19, paragraphes 1,2 et 3)
 du Protocole de Cartagena sur la Prévention des risques biotechnologiques, lequel
pose le principe de la précaution et fait obligation aux Etats parties :
·  de réglementer le transport, la manipulation et l’utilisation des OGM résultant de
la biotechnologie moderne qui peuvent avoir des effets défavorables sur la
conservation et l’utilisation durables de la diversité biologique, compte tenu
également des risques pour la santé humaine en mettant l’accent sur les
mouvements transfrontières (article 1er) ;
·  de créer un centre d’échange pour la prévention des risques biotechnologiques et
l’échange d’information (article 20);
·  l’évaluation des risques (article 15) et la notification de ceux-ci (article 17) ;
·  la mise en place d’une Autorité nationale compétente et d’un Point focal (article
19) ;
·  la mise en place d’une procédure d’accord préalable en connaissance de cause,
etc.
 des Accords conclus dans le cadre de l’OMC, notamment :
·  l’Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce,
50
·  l’Accord sur l’application des mesures sanitaires et phytosanitaires,
·  l’Accord sur l’agriculture,
·  l’Accord sur les obstacles techniques au commerce,
·  l’Accord sur l’inspection avant expédition,
·  l’Accord sur les aspects des droits de propriété intellectuelle qui touche au
commerce,
·  et l’Accord sur les procédures de licences d’importation; etc.
II.1.3. État de mise en oeuvre des accords multilatéraux sur l’environnement (AME) : Vers
la transcription en droit interne des dispositions du Protocole de Cartagena
II.1.3.1. Plan ou programme de mise en oeuvre
Dans le cadre de la mise en oeuvre des accords multilatéraux sur l’environnement
et avec l’appui du Fonds pour l’Environnement mondial, la RDC a déjà élaboré :
·  le Plan National d’Action Environnemental (PNAE) ;
·  la Stratégie nationale et Plan d’action sur la Diversité biologique ;
·  les Activités habilitantes additionnelles sur la Diversité biologique
·  la Première communication nationale sur les Changements climatiques ;
·  la seconde Communication nationale sur les Changements climatiques ;
Actuellement, la RDC bénéfice d’un appui financier du PNUE/FEM pour
l’élaboration du Cadre national de la Biosécurité dont le projet a démarré depuis mars 2005 et,
depuis septembre 2006, la RDC est entrain de mettre en place son centre national
d’information pour la prévention des risques technologiques. Dans le cadre des changements
climatiques, elle bénéficie également d’un appui du PNUD pour la mise en oeuvre des
Programmes d’Action National pour l’Adaptations (PANA) dans le cadre des changements
climatiques. En outre, dans le cadre de la mise de la Convention sur la Désertification, le FEM
a financé l’élaboration du Plan d’Action pour la Lutte contre la Dégradation des sols en RDC.
Au plan de reformes institutionnelles, la RDC est depuis le 29 août 2002 dotée
d’un nouveau Code forestier. Avec l’appui du FEM/PNUE, trois projets de lois sont déjà
élaborés, à savoir le projet de Loi cadre sur la protection de l’environnement, le projet de loi
sur les ressources en eau et le projet de loi sur la pèche. Ces projets de lois ne sont pas encore
formellement approuvés par le Gouvernement avant d’être soumis au Parlement.
Dans le cadre du Projet FEM/Banque mondiale « Appui à la réhabilitation des
Aires protégées », actuellement sous gestion de l’Institut Congolais pour la Conservation de la
Nature, la RDC a démarré en juillet 2005 l’étude sur la révision de la législation sur la
conservation de la nature en vue de l’adapter aux exigences de la mise en oeuvre de la
Convention sur la diversité biologique, de la Convention sur la protection du patrimoine
mondial, de la Convention Ramsar sur les zones humides ainsi que de la Convention de
l’Union africaine sur la conservation des ressources naturelles. Ce projet de loi répond déjà à
certaines exigences notamment la mise en place des mesures générales de conservation de la
biodiversité, l’implication des communautés locales dans la préservation et la gestion durable
de la biodiversité, la protection des connaissances, innovations et pratiques traditionnelles
pouvant avoir un impact sur la préservation de la biodiversité, la lutte contre l‘introduction
dans l’environnement des espèces exotiques et/ou dangereuses, etc.
51
En ce qui concerne les accords conclus dans le cadre de l’Organisation mondiale
du commerce, l’évaluation de la compatibilité de la législation nationale avec les dispositions
de ces accords se fera au point III.4.3.
II.1.3.2. Principaux atouts et faiblesses de la législation au regard des exigences du Protocole
de Cartagena
II.1.3.2.1. Atouts
La législation congolaise en vigueur présente certains atouts dans le cadre de la
mise en oeuvre du Protocole de Cartagena sur la Prévention des risques biotechnologiques.
Au plan constitutionnel, il ressort de l’article 53 de l’actuelle Constitution que le
constituant congolais reconnaît à toute personne le droit à un environnement sain et propice à
son épanouissement intégral et lui impose l’obligation de le défendre. Il fait également
obligation à l’Etat congolais de veiller à la protection de l’environnement et à la santé des
populations. Il donne, en son article 202, point 36, m, au pouvoir central la compétence
exclusive en matière d’élaboration de la législation concernant (notamment) la fécondation
artificielle chez l’être humain, la manipulation des informations génétiques et les
transplantations d’organes et des tissus humains.
Au plan sanitaire, la législation sur la police sanitaire des animaux domestiques,
sur la production et le commerce des denrées alimentaires et sur le commerce se préoccupent
déjà des questions relatives à la santé publique en ce qu’elles prescrivent des mesures de mise
en quarantaine, des mesures restrictives ou de prohibition de l’importation, de l’introduction
et de la circulation en RDC de certains produits ou denrées jugés dangereux pour la santé.
Certaines dispositions subordonnent l’importation ou l’exportation de végétaux à la
production du certificat d’origine ou des certificats phytosanitaires et à l’inspection
phytosanitaire. D’autres dispositions obligent l’étiquetage de certains produits ou exigent de
les emballer pour les préserver contre les maladies et autres nuisances.
Au plan de la conservation de la biodiversité et de la recherche forestière, le Code
forestier régit la recherche forestière portant notamment sur la gestion, l’inventaire,
l’aménagement, la conservation, la génétique forestière et la sylviculture. Il fixe des mesures
restrictives à l’introduction sur le territoire national de tout matériel végétal forestier, vivant
ou mort, (autorisation préalable du Ministre ou de son délégué, sur présentation d’un certificat
d’origine et d’un certificat phytosanitaire délivrés par l’organisme compétent du pays de
provenance). Il prévoit également des dispositions sur l’aménagement forestier pouvant être
orienté notamment vers la production durable de tous les produits forestiers et de produits
pour la biotechnologie. Il consacre également le principe de l’implication et de la participation
de toutes les parties prenantes dans l’élaboration de la politique forestière et dans le processus
décisionnel sur la gestion durable des forêts.
En outre, il existe plusieurs textes législatifs et réglementaires épars pouvant avoir
un impact sur l’utilisation de la biotechnologie moderne, notamment ceux relatifs: à la
sécurité alimentaire, à la production et/ou au commerce des denrées alimentaires, des plantes
ou végétaux, aux essences forestières protégées, à l’hygiène et à la sécurité en milieu confiné,
52
au commerce en général et à l’importation et à l’exportation des marchandises de toutes sortes
en particulier; à la protection phytosanitaire, etc.
II.1.3.2.2. Principales faiblesses de la législation
La RDC ne dispose pas encore d’une législation nationale répondant à l’ensemble
des exigences de la mise en oeuvre du Protocole de Cartagena en ce qui concerne notamment :
·  la procédure d’accord préalable en connaissance de cause ;
·  les mouvements transfrontaliers des OGM (importation, exportation et transit) ;
·  la manipulation, le transport, l’emballage et l’identification (étiquetage) des OGM
conformément aux exigences du Protocole ;
·  la documentation d’accompagnement des OGM répondant aux exigences du
Protocole ;
·  les procédures d’évaluation et de gestion des risques liés à l’utilisation des OGM ;
·  la désignation de l’autorité nationale compétente chargée de la gestion et du contrôle
des mouvements transfrontières des OGM, ainsi que des correspondants nationaux ;
·  l’échange d’informations avec le Centre d’échange pour la prévention des risques
biotechnologiques;
·  la gestion des informations commerciales confidentielles,
·  la sensibilisation et l’implication du public. etc.
Aucune disposition légale ou réglementaire ne met en place une procédure
d’accord préalable en connaissance de cause à déclencher par une notification des
exportations et une procédure de prise de décisions relatives aux importations des OGM
destinés à être introduits intentionnellement dans l’environnement de la partie importatrice
comme le prescrivent les articles 8, 9, 10 et 12 du Protocole.
De même, en l’absence de la loi cadre sur la protection de l’environnement et des
directives sur les études d’impact environnemental, il n’existe pas non de procédure
soumettant tous les OGM, y compris ceux qui sont des produits pharmaceutiques, les OGM
destinés à être utilisés en milieu confiné, ainsi que ceux destinés à être utilisés directement
pour l’alimentation humaine ou animale, à un évaluation des risques avant de prendre une
décision concernant leur importation.
Concernant l’importation, l’exportation et le transit des OGM, ces domaines
continuent à être régis par des textes à caractère général sur le commerce d’import-export des
marchandises. En outre, l’Office Congolais de Contrôle continue à assurer sa mission de
contrôle de la qualité des produits et denrées alimentaires dans le cadre de la législation
existante. Il n’existe donc pas une législation exigeant une documentation particulière devant
accompagner les OGM et répondant aux exigences du Protocole.
Il est également constaté une carence de législation dans certains secteurs qui
peuvent avoir un impact sur l’utilisation de la biotechnologie nationale, notamment l’absence:
·  d’une loi-cadre sur l’agriculture en tant que telle ainsi que des textes réglementaires
sur les semences ainsi que les fertilisants;
·  d’une loi-cadre sur la santé ;
·  d’une loi-cadre sur la protection de l’environnement,
·  d’une réglementation des études d’impact environnemental, etc.
53
En conclusion, plusieurs textes doivent être revus en vue de les adapter aux
exigences de la mise en oeuvre du Protocole de Cartagena, notamment en ce qui concerne le
cadre institutionnel (création et compétences de l’autorité nationale compétente et organismes
consultatifs), les procédures de notification et d’autorisation préalable en connaissance de
cause pour toute importation des OGM, la documentation d’accompagnement des OGM, la
procédure de décision, l’obligation d’évaluation et de gestion des risques, les mesures
relatives à l’identification et à l’étiquetage, la protection des informations confidentielles à
caractère commercial, les régimes de responsabilité, les infractions et les sanctions, etc.
Il devrait en être ainsi particulièrement pour certaines dispositions législatives et
réglementaires en vigueur qui confèrent à certains ministères et organismes publics les
missions de contrôle de la qualité des marchandises (denrées alimentaires, produits
pharmaceutiques, plantes ou matériel végétal) à l’importation ou à l’exportation.
Il s’agit notamment de :
·  Article 46 du Code forestier, en ce qui concerne l’exigence de produire une
autorisation du Ministère en charge des forêts ou son délégué, sur présentation du
certificat d’origine et du certificat phytosanitaire délivré par l’organisme compétent du
pays de provenance pour l’importation du matériel végétal forestier ;
·  de la Loi particulière du commerce et des Statuts de l’Office Congolais de Contrôle en
ce qui concerne le contrôle de la qualité des denrées alimentaires et produits
pharmaceutiques ;
·  Décret de 2005 portant réglementation phytosanitaire, en ce qu’il confère au Ministère
en charge de l’Agriculture et Elevage la compétence en matière de contrôle et
inspection de la production et/ou du commerce des plantes ou végétaux, matériel de
plantations ou de reproduction et des mesures relatives à la quarantaine, au certificat
d’origine, aux certificats phytosanitaires et à l’inspection phytosanitaire, etc;
·  Décret de 1938 conférant au Ministère en charge de l’Agriculture et Elevage
l’application des dispositions concernant la police sanitaire des animaux domestiques,
etc.
Enfin, le principe de la sensibilisation et de l’implication du public au processus
décisionnel en matière d’environnement est consacré par le Code forestier. Ce principe est
également consacré par le Plan National d’Action Environnemental et la Stratégie Nationale
et Plan d’action de la Diversité biologique.
En vue d’assurer la mise en oeuvre de l’article 23 du Protocole, il importe de
définir les mécanismes d’implication du public aux questions relatives aux organismes vivants
modifiés. En clair, la RDC devra promouvoir et faciliter la sensibilisation, l’éducation et la
participation, quant à l’accès à l’information sur le transfert, la manipulation et l’utilisation
sans danger des organismes vivants modifiés. l’accès du public au Centre d’échange pour la
prévention des risques biotechnologiques devra être encouragé.
Le projet de loi devra définir la structure nationale et les mécanismes de
consultation du public lors de la prise des décisions et de mise à sa disposition des résultats de
ces décisions. Dans le cadre de la réglementation nationale et en respectant le caractère
confidentiel de certaines informations conformément au Protocole. La législation devra donc
répondre à toutes ces exigences.
54
II.2. Orientations pour le cadre juridique de gestion de la biosécurité en RDC
L’élaboration et la mise en oeuvre d’un cadre juridique national relatif à la
recherche biotechnologique, du développement, de la production, de la dissémination, de
l’importation, de l’exportation et du transit et de l’utilisation des organismes génétiquement
modifiés et produits dérivés constituent une des exigences de la mise en oeuvre du Protocole
de Cartagena.
Pour répondre aux exigences de la mise en oeuvre de ce protocole, la législation
nationale pour la prévention des risques biotechnologiques devra aborder les aspects
importants ci-après : le champ d’application, les mouvements intentionnels et non
intentionnels, l’institution d’un accord préalable en connaissance de cause, les mécanismes
d’échanges d’informations, la protection des informations confidentielles, les mécanismes
d’évaluation et de gestion des risques, les dispositif de prévention et de répression des
infractions, les régimes de responsabilité et de réparation ainsi que les mécanismes de
participation du public au processus décisionnel.
II.2.1. Champ d’application de la loi nationale sur la biosécurité
De façon globale, le champ d’application couvre touts les formes d’utilisation des
OGM et produits dérivés, en passant notamment par leur production, leur dissémination, leur
mise en circulation, leur importation, leur manipulation, leur entreposage, leur transport et
leur élimination.
L’on ne peut non plus perdre de vue le fait que les domaines couverts par la
gestion de la biosécurité résultent à la fois des dispositions de la convention sur la diversité
biologique et du Protocole de Cartagena sur la prévention des risques biotechnologiques et de
la nécessité de prendre en compte, lors de l’élaboration du cadre national de biosécurité, tous
les différents aspects de la vie nationale.
II.2.2. Principales orientations de la loi nationale sur la biosécurité : vers la transcription
en droit interne des dispositions du Protocole de Cartagena en RDC
A titre de rappel, les éléments importants du Protocole sont :
·  la procédure d’accord préalable en connaissance de cause : elle couvre les
mouvements transfrontières des organismes génétiquement modifiés destinés à être
introduits intentionnellement dans l’environnement ;
·  la procédure d’information préalable applicables aux mouvements transfrontières de
produits agricoles qui contiennent des organismes génétiquement modifiés destinés à
être utilisés directement pour l’alimentation humaine ou animale ou à être
transformés ;
·  la documentation accompagnant les mouvements transfrontières d’organismes
génétiquement modifiés ;
·  le Centre d’Echange pour la Prévention des risques biotechnologiques ;
·  la structure nationale nécessaire à la mise en oeuvre du Protocole.
55
III. SYSTÈME ADMINISTRATIF ET INSTITUTIONNEL
Avant de procéder à la présentation du système administratif qui abritera les
modalités de mise sur pied et de mise en oeuvre du cadre national de biosécurité de la RDA, il
conviendra de présenter un tableau général du recours à la biotechnologie moderne dans le
monde et de faire un état des lieux des structures administratives et institutionnelles devant
sous-tendre le système administratif de la biosécurité en RDC.
III.1. Utilisation des biotechnologies en RDC
Le but poursuivi par la biotechnologie moderne demeure nul doute la recherche de
produits plus performants : variétés ou races. Il convient de noter que dans la pratique, de
nombreuses étapes des processus de production agroalimentaires sont concernées par les
manipulations génétiques effectuées sur les plantes, les animaux, les levures, etc. Le secteur
agroalimentaire demeure plus affecté que celui des semences ou de l’agrochimie.
III.1.1. Importance de la biotechnologie moderne en agriculture dans le monde
Dans le domaine agricole, de nombreuses études montrent que les principales
modifications introduites par transgénèse dans les plantes permettent de modifier les pratiques
agricoles et d’améliorer les variétés. Elles portent essentiellement sur :
 la tolérance aux insectes qui permet aux plantes de produire elles-mêmes une protéine
toxique pour produire des protéines toxiques contre les insectes ravageurs (pommes de
terre, maïs, coton, etc.). De telles protéines sont généralement découvertes dans la
bactérie du sol Bacillus thuringiensis (Bt) ;
 la tolérance à l’herbicide (soja, maïs, colza, coton) : dans ce cas, l’herbicide détruit les
végétaux, sauf les plantes transgéniques ;
 la tolérance aux virus (poivron, papayer, courge, pomme de terre, etc) ;
 la tolérance à la sécheresse (blé, maïs), la plante pousse avec très peu d’eau ;
 la tolérance à la salinité (chou), la plante pousse même si le taux de salinité de l’eau
est élevé.
Les mêmes études démontrent également que, par caractère conféré, c’est la
tolérance aux herbicides qui arrive en tête avec 74% de toutes les plantes OGM, suivie par la
résistance aux insectes (19%), et le double trait de résistance aux insectes et de tolérance aux
herbicides (7%).
De nombreuses surfaces sont consacrées aux cultures transgéniques. Les
principales espèces concernées sont notamment : le soja (63% de l’ensemble des plantes
OGM), le maïs (19%), le coton (13%) et le colza (5%). Et au niveau des traits transgéniques,
les plantes se repartissent en deux grandes catégories : les plantes à pesticides (99%) et les
plantes résistantes aux maladies (1%).
56
III.1.2. Amélioration des conditions d’élevage
Les OGM peuvent contribuer à l’amélioration des conditions d’élevage,
notamment dans la lutte contre les maladies animales, et l’amélioration de la nutrition
animale.
III.1.2.1. Lutte contre les maladies animales
La transgénèse offre la possibilité de créer des OGM destinés à l’alimentation qui
permettent la production d’anticorps ou de vaccins recombinants pour animaux.
Afin d’accroître, la résistance de l’animal, la lutte contre les maladies pourrait se
faire en modifiant le matériel génétique de l’animal en conséquence notamment par la
modification transgénique des lignées.
III.1.2.2. Amélioration de la nutrition animale
L’utilisation du génie génétique peut également permettre l’amélioration de la
qualité nutritionnelle des plantes utilisées comme aliments pour bétails, notamment en
augmentant la teneur en acides aminés (méthionine, lysine, thréonine, tryptophane) servis
sous forme de compléments nutritifs.
III.1.3. Secteur des industries agroalimentaires
L’introduction de nouveaux gènes peut contribuer à l’amélioration de la qualité
d’un aliment : conservation, meilleure texture, amélioration des qualités organoleptiques, etc.
Les études ont également démontré qu’à partir des OGM, des enzymes peuvent
intervenir dans de nombreux procédés de fabrication de produits agroalimentaires : produits
laitiers, produits de brasserie, vins, etc.
L’on a noté que diverses applications découlent de l’introduction des gènes,
notamment :
 la modification de la teneur en nutriments (notamment la modification de la
composition des huiles en acides gras en vue de diminuer les risques d’accidents
cardiovasculaires) ;
 la meilleure conservation des produits, notamment les légumes transgéniques à
maturation retardée ;
 l’amélioration des qualités organoleptiques : par exemple certains gènes impliquant le
changement de couleur, une augmentation de teneur en sucre, une diminution de
l’acidité, la synthèse d’arômes, etc.
III.1.4. Amélioration de la santé humaine
De nombreuses études ou recherches réalisées démontrent que la production des
médicaments par l’utilisation des plantes transgéniques présente une perspective d’avenir en
médecine.
57
Le premier cas d’application commerciale du génie génétique demeure la
production en début 1979 de l’insuline, grâce à l’utilisation des bactéries génétiquement
modifiées dans des réacteurs. D’autres médicaments d’usage courant sont actuellement
produits par la technologie de l’ADN recombiné (vaccins, enzymes, etc).
III.2. Premiers balbutiements d’un recours aux biotechnologies en RDC
En RDC, on distingue quatre grands secteurs couverts par les biotechnologies
modernes. Il s’agit de la production végétale, de la production animale, du secteur
agroalimentaire et de la santé humaine.
Certains programmes sont actuellement conduits dans ce secteur par des
organismes publics ou privés ci-après :
III.2.1. Programmes de recherche
Le projet a identifié au niveau de certains organismes publics ayant dans leurs
attributions ou exerçant des activités relatives à la biotechnologie en générale ou, dans une
moindre mesure, de la biosécurité. Les études d’inventaires ont montré que certains
organismes publics ont des attributions ou exercent des activités comprenant des volets reliés
à la biotechnologie en général et à la biosécurité dans une moindre mesure. Bien mieux, il a
été noté l’existence de programmes de recherche déjà réalisés ou en cours de réalisation.
III.2.1.1.Institut National pour l’Etude et la Recherche agronomique (INERA)
L’INERA conduit des activités de recherche dans le domaine des biotechnologies
modernes :
 Recherche sur la conservation des ressources phytogénétiques,
 Recherche et études sur la performance et la stabilité des rendements des génotypes de
certains cultivars (coton, manioc, maïs, riz, palmier à huile, caféier, cacaoyer, …) dans
divers environnements à travers le pays,
 Culture des tissus (station de l’INERA-M‘vuazi)
A la Station de l’INERA/Lubumbashi, cinq programmes de recherche sont en
cours: la pisciculture, les légumineuses, les plantes à racines et tubercules, le programme de
céréales (maïs, sorgho et riz), la gestion et la conservation des ressources naturelles. Les
études relatives à la manipulation des gènes et les questions liées à l’ingénierie
biotechnologique ont été observées plus au niveau du maïs qu’à celui des racines et
tubercules. Par exemple, on retrouve plusieurs génotypes de maïs qui sont cultivés dont
certains seraient génétiquement modifiés pour incorporer la résistance au maize streak virus
diseases et autres viroses. Plusieurs de ces variétés seraient actuellement en promotion ou en
dissémination en milieu paysan.
58
III.2.1.2. Centre de Recherche Agroalimentaire (CRAA)
Le CRAA assure la recherche appliquée dans le secteur agro-alimentaire en
valorisant les matières premières agricoles locales, soit par des techniques nouvelles, soit par
l’amélioration des techniques artisanales ou domestiques. Le CRAA comprend les
départements ci-après : le département des sciences des aliments, le département de
l’agriculture et de l’élevage, le département technico-économique, le département de contrôle
de qualité, le département des analyses de la qualité des eaux (physico-chimie des eaux).
Les principaux domaines de recherche du CRAA sont les suivants : la nutrition et
l’alimentation, la technologie alimentaire et la biotechnologie. Le CRAA abrite plusieurs
laboratoires de recherche dont les principaux sont cités ci-après :
·  un laboratoire de recherche en sciences des aliments ;
·  un laboratoire de recherche en industries alimentaires et en biotechnologie ;
·  un laboratoire de recherche en agriculture et élevage ;
·  un laboratoire de bactériologie ;
·  un laboratoire de contrôle de qualité ;
·  un laboratoire de spectroscopie.
Le CRAA est parmi les Centres du pays qui réalise des recherches scientifiques
dans le domaine alimentaire.
Il est à noter que ces laboratoires ne répondent plus aux exigences de recherche en
biotechnologie non seulement pour leur vétusté, mais aussi par manque de matériels et
équipements modernes de laboratoire pour effectuer des études de biologie moléculaire, de
biotechnologie et de biosécurité. Il devrait être doté d’équipements modernes tels que les
PRCs machines, les appareils de détection des viroses, et analyse de l’ ARN, les machines
pour faire le séquençage de l’ADN.
Actuellement, le seul projet en cours au CRAA porte sur la recherche
enzymatique sur le MUNKOYO (boisson fermentée).
III.2.1.3. Service National de Semence (SENASEM)
Parmi les attributions du Service national semencier on peut noter la conduite des
activités suivantes:
 la conception et contrôle de la qualité de la production semencière nationale ;
 l’installation et le contrôle des fermes de multiplication des semences;
 l’établissement du plan de production et de multiplication devant conduire à la
certification des semences;
 la planification et la programmation d’acquisition du matériel génétique de base au
niveau des structures de recherche. Ce bureau n’a aucun laboratoire de biologie
moléculaire.
59
III.2.1.4. Centre de Recherche sur le Maïs (CRM)
Le CRM a de nombreuses activités parmi lesquelles on a noté :
 Des recherches sur le maïs en vue d’obtenir des rendements élevés et stables dans
diverses conditions agro-écologiques et la commercialisation des fruits de ses
recherches ;
 La production des hybrides de maïs à rendements élevés.
Le CRM a plusieurs variétés (composites et lignées) en diffusion, commerciale et
en cours de développement.
III.2.1.5. Office National de Développement de l’Elevage (ONDE)
L’ONDE s’occupe de la promotion du développement des élevages et notamment
d’en améliorer la production, la protection zoo-sanitaire, le conditionnement des produits et la
commercialisation. Il est chargé en outre de la restauration, de l’exploitation et de la gestion
de tous les ranches, de toutes les fermes et laboratoires vétérinaires appartenant à l’Etat dont
celui-ci peut lui confier la gestion.
Actuellement, les recherches à l’ONDE portent essentiellement sur l’amélioration
de la production, notamment dans les domaines de l’insémination artificielle, les pâturages et
la protection zoosanitaire.
III.2.1.6. Institut National de Recherche Biomédicale (INRB)
Des travaux de recherches sont effectués à l’INRB dans les domaines ci-après :
 Analyses biologiques et biochimiques humaines et vétérinaires ;
 Recherche appliquée en particulier dans la recherche opérationnelle ayant un impact
sur les soins de santé primaire, les grandes endémies et les maladies contagieuses
émergentes et réemergentes ;
 Investigations épidémiologiques ;
 Centre de référence nationale des techniques principalement à travers le programme de
contrôle de qualité pour les laboratoires d’analyses médicales et de santé ;
 Principaux domaines de recherche : le paludisme, la trypanosomiase, les infections à
VIH/SIDA, la résistance bactériologique aux antibiotiques, les fièvres hémorragiques,
les intoxications par le manioc, les plantes médicinales.
L’INRB dispose des laboratoires de bactériologie, d’immunologie, de biochimie,
d’Hématologie, d’Anatomie-pathologie, d’Entomologie et de Toxicologie. Notons que dans le
cadre des études sur les fièvres hémorragiques, l’INRB effectue des travaux sur le matériel
génétique des virus. Cette institution possède ainsi quelques matériels pour l’analyse de l’
ADN.
III.2.1.7. Centre National de Recherche en Sciences naturelles (CRSN-Lwiro)
Cette institution a plusieurs départements : département des recherches
biomédicales avec un hôpital des recherches pédiatriques, le département des études sociales,
60
le département de documentation, le département de géophysique. Ce département s’occupe
surtout de l’étude des volcans de l’Est de la RDC, le département de géologie, le département
de biologie. Dans ce dernier département, on retrouve les activités de recherche biologique
telles que l’inventaire et conservation de la biodiversité des écosystèmes aquatiques et
terrestres, la défense des végétaux, la biotechnologie, l’entomologie agricole et vétérinaire, la
médecine vétérinaire, la zootechnie, la mammalogie (rodentologie et primatologie),
l’ornithologie, l’herpétologie, la phytochimie, la limnologie, pêche et pisciculture et la
biologie marine (station d’Uvira). Dans ce département, on trouve un des plus grand
Herbarium national à la section de botanique. Il existe aussi plusieurs divisions attachées
telles que le service agricole et la station de recherche forestière d’Irangi.
Au CRSN-Lwiro, le centre ayant le plus grand nombre du personnel scientifique
qualifié du pays, on retrouve quelques travaux préliminaires ayant trait à la biologie
moléculaire et à la biotechnologie en général.
III.2.1.8. Commissariat Général à l'Energie Atomique / Centre Régional d'Etudes Nucléaires
de Kinshasa (CGEA / CREN-K.)
Le CGEA est une institution publique qui a pour missions l'utilisation pacifique de
l'Energie Nucléaire dans l'industrie, l'agriculture, la santé, l'environnement, etc. Il est doté
d'un réacteur nucléaire et dispose d'un Laboratoire de Microbiologie, de Biotechnologie et
Biologie moléculaire, de Génétique et Amélioration des plantes, de Physique du sol et
Hydrologie, de Biochimie alimentaire, d'un laboratoire central d'analyses, d'un laboratoire de
Marquage immunochimique, de dosage d'hormones animales et d'un service de
radioprotection.
Le Laboratoire de Biotechnologie et Biologie moléculaire est doté d'une équipe
qualifiée de chercheurs et d'un équipement approprié sur la culture des tissus in vitro et les
analyses moléculaires dans le cadre de la coopération avec l'Agence Internationale de
l’Energie Atomique (AIEA). Les activités menées sont focalisées dans l'amélioration des
plantes alimentaires et médicinales par les techniques de culture de tissus in vitro associées
aux mutations radio-induites, la production in vitro des métabolites secondaires, le génie
génétique des plantes et les recherches sur la phytobiologie incluant la fixation symbiotique
d'azote.
1. Plantes alimentaires
Plusieurs plantes alimentaires sont utilisées dont le manioc (Manihot esculentum),
le bananier (Musa sp), le pois cajan (Cajanus cajan), Treculia africana, etc.
Les recherches sont orientées vers:
-  la production des plantes saines par la culture de méristème; le microbouturage,
l'embryogénèse somatique, etc.
-  la caractérisation des mutants obtenus par gamma-irradiation ou transformation génétique;
-  la sélection de mutants performants.
2. Plantes médicinales
61
Les plantes médicinales telles que Phyllanthus niruri, Euphorbia hirta, Jatropha
curcas et Cassia alata sont étudiées pour leur production en métabolites secondaires avec
haute activité biologique.
Dans le cadre de la coopération technique avec l'AIEA, le projet en cours porte sur
l'amélioration de la productivité de métabolites secondaires de Phyllanthus niruri
(Euphorbiaceae) par la culture in vitro associée à la gamma-irradiation. P. niruri est utilisée
par les tradi-praticiens contre le paludisme. L'activité antiplasmodiale a été déterminée par la
Faculté de Pharmacie de l'Université de Kinshasa. Les recherches récentes dans le monde ont
montré qu'il contient aussi une activité contre l'hépatite et la transcriptase reverse du VIH.
En collaboration avec le laboratoire de Pharmacologie de la Faculté de Pharmacie,
les recherches sont effectuées sur:
-  la callogénese des explants foliaires et de jeunes tiges préalablement irradiées ou non;
-  les analyses phytochimiques (HPLC,etc.) de la plante mère et des cals obtenus;
-  l'étude de l'activité antiplasmodiale in vitro des métabolites produits;
-  la régénération des plantes par micropropagation ou par la germination in vitro des graines
afin de leur domestication;
-  l'étude de la stabilité génétique;
-  l'étude de la toxicité, etc.
D'autres études en cours portent sur le développement des racines transgéniques
« Hairy root » au moyen d'Agrobacterium rhizogenesis pour produire des métabolites
secondaires plus stables.
3. Autres recherches
D’autres recherches portent notamment sur :
·  l’isolation et caractérisation des souches de Rhizobium indigènes pour leur efficience
dans le processus de fixation d'azote;
·  la détermination qualitative et quantitative de l'azote de l'air fixé par le Rhizobium
pour les racines des légumineuses.
III.2.1.9. Université de Kinshasa
Créée en 1954, l’Université de Kinshasa compte plusieurs Facultés dont
notamment les Facultés des Sciences, de Pharmacie, de Médicine et des Sciences
Agronomiques. Les recherches menées à la Faculté des Sciences portent essentiellement sur :
 La Biotechnologie du manioc, notamment la mise au point des micros ferments
responsables du ramollissement du manioc, l’élaboration des propriétés
organoleptiques, l’étude de la toxicité par élimination des glycosides cyanogènes. Les
recherches futures sont plus orientées vers la mise au point d’un procédé
biotechnologique de fermentation du manioc applicable à l’échelle industrielle,
l’utilisation dans ce procédé d’un microferment non pathogène, inoffensif à la santé
des consommateurs, donc, l’amélioration de la qualité des produits du manioc et de la
durée du rouissage en fermentation dirigée ;
 La culture in vitro des champignons comestibles ;
 Analyses biochimiques des aliments et la mise au point des aliments de sevrage ;
 Les études sur l’écotoxicologue et les Biotechnologies environnementales.
62
A la Faculté de Pharmacie, il existe un laboratoire d’Analyses toxicologiques des
médicaments (LACOMEDA). Il y est mené aussi : un projet de recherches sur les plantes
antimalariques dans son laboratoire de Pharmacognosie et un projet sur l’étude
phytochimique, à l’évaluation in vitro de l’activité antiplasmodiale des extraits, et leur
toxicité.
La Faculté des Sciences Agronomiques s’intéresse entre autre à la conservation
des ressources phytogénétiques, à la phytopathologie du caféier, etc.
III3.2.1.10. Université de Kisangani
La Faculté des Sciences biologiques mène à travers ses départements diverses
activités se rapportant à la biotechnologie et à la biosécurité. On peut citer à titre d’exemples,
la biochimie des substances, les études des activités anti-microbiennes des plantes utilisées en
Médecine Traditionnelle, la génétique et l’amélioration des plantes, la biotechnologie
microbienne et végétale, l’écologie et l’étude de la biodiversité, la pharmacopée
traditionnelle, etc.
Un germplasm du bananier se trouve à la Faculté des Sciences où la
micropropagation du bananier, « foumbwa », est réalisée en utilisant du matériel importé
(cultivars du bananier). La multiplication du bananier se fait par décapitation du méristème
apicale, embryogenèse somatique, culture in vitro du bananier.
Il existe aussi des essais d’application du Bt Bacillus thurungiensis sur le
bananier, la transformation du manioc par bactérie, champignon pour la réduction du taux de
cyanure et l’extraction de la farine sont également des activités courantes à la Faculté des
Sciences.
La Faculté des Sciences dispose d’un laboratoire approprié aux recherches en
biotechnologie/biosécurité, ainsi que des équipements tels que le spectrophotomètre et le
chromatographe. Pour rendre ce laboratoire opérationnel et apte à faire des analyses
biotechnologiques, cette faculté a besoin, entre autres équipements, de sondes radioactifs, de
PCR pour la polymerase de l’ADN, de Thermal Cyclers, de Monochrome photographic, de
Micropipette, de Centrifugateurs, d’Incubateurs, de Frigots, d’Homogenizers, de
Bioinformatic softwares et de quelques réactifs.
III.2.2. Utilisation de la biotechnologie dans le secteur agroalimentaire
De façon générale, l’utilisation des biotechnologies se limite en RDC aux
biotechnologies traditionnelles dans les domaines ci-après :
 la production de la bière et des boissons gazeuses, l’essentiel des matières premières
importées;
 la transformation et le conditionnement des produits laitiers basés essentiellement sur
l’importation des matières premières ;
 la production artisanale d’aliments fermentés (fromage traditionnel, …) et de boissons
locales (yaourt, lait caillé, vin de palme, etc)
 fabrication des aliments de sevrage.
63
III.2.3. Développement et production des OGM
L’étude des lieux n’a pu permettre de recueillir assez d’informations sur le
développement des OGM en territoire Congolais notamment dans le secteur de la santé, de
l’élevage, de la foresterie et même de l’industrie.
III.2.4. Importation des OGM et produits dérivés
Pour faire face au défi alimentaire chronique, la RDC recourt à l’importation de
certaines denrées alimentaires. Cependant, nombreux sont des opérateurs économiques
importateurs qui ignorent la nature exacte des produits importés à telle enseigne qu’il est
difficile d’établir une différence entre produits conventionnels et ceux contenant des OGM,
faute d’étiquetage de ces derniers.
Globalement, les denrées et produits ci-après importés en RDC sont susceptibles
de contenir des OGM ou leurs dérivés:
1) Aliments : huile de maïs (maïs), huile de colza-tournesol (colza), biscuits (farine de soja,
semoule de maïs, huile de soja), chips (pomme de terre), farine et semoule de blé, farine et
semoule de maïs, etc. ;
2) Boissons : Eau minérale aromatisée (aspartame), jus de carotte (aspartame),
3) Sauces : Ketchup (tomates transgéniques) ;
4) Conserves : Corned Beef Exeter (hormones), Maïs Krasdal et Betterave Krasdal (Crystal),
5) Produits pharmaceutiques : Insuline (levure et E. coli transgéniques), vaccins contre la
rage (transgéniques) ;
6) Aliments pour animaux : Tourteau de soja, Concentrés ponte, Concentrés chair, Prémix
ponte, Prémix chair ;
7) Produits cosmétiques : lait de beauté (extraits végétaux), savons dermiques (huile de genre
de blé), pommade pour soins capillaires (huile genre de blé), etc.
III.3. État des lieux du cadre institutionnel et administratif propice à la mise en oeuvre
d’un programme de biosécurité en RDC
III.3.1. Le Ministère de l’Environnement
Le Décret n° 03/O27 du 16 septembre 2003 fixant les attributions des Ministères
confie au Ministre de l’Environnement les attributions ci-après :
·  la gestion des forêts, des jardins zoologiques et botaniques ;
·  la réglementation de la chasse et de la pêche, la protection de la faune et de la flore ;
·  la promotion et coordination de toutes les activités relatives à l’environnement et à la
conservation de la nature, l’exploitation des ressources forestières et aquatiques ;
·  la création des établissements humains par l’aménagement des zones vertes et parcs
d’attraction ;
·  l’exécution des études d’impacts environnementaux, la pollution industrielle et
l’assainissement du milieu;
64
·  la création et la gestion des aires protégées et réserves apparentées (parcs nationaux,
réserves de chasse et des ressources aquatiques);
·  la création et la gestion des stations dites de capture de la faune sauvage;
·  la création et la gestion des écosystèmes des eaux et forêts, etc.
Dans l’exercice de ses missions, le ministère en charge de l’Environnement
comporte en son sein un Secrétariat Général à l’Environnement et à la Conservation de la
Nature ainsi que certains services et directions organiques :
III.3.1.1. Direction des Ressources fauniques et de Chasse
Cette direction a pour missions de :
 sauvegarder les ressources fauniques et leurs habitats ;
 gérer rationnellement ces ressources fauniques en rapport avec les normes nationales
et internationales de la conservation des ressources fauniques dans les réserves et
domaines de chasse ainsi que dans des zones libres ;
 évaluer les populations animales sauvages existantes par les inventaires ;
 appliquer les normes d’exploitation en fonction de l’évolution de la science ;
 déterminer les quotas de prélèvement pour la chasse sportive, la capture commerciale,
l’élevage en ranch, l’exportation ;
 réaliser les recettes pour le compte du Trésor Public ;
 gérer la banque des données.
Dans le cadre de la mise en oeuvre de la Convention sur le commerce international
des espèces de faune et de flore sauvages menacés d’extinction, la Direction assure les
missions d’Organe de Gestion CITES pour la RDC.
III.3.1.2. Direction des Etablissements humains et de la Protection de l’environnement
La Direction des Etablissements Humains et de la Protection de l’Environnement
est chargée d’assurer et de suivre l’exécution des taches visant l’assainissement du milieu,
l’aménagement des espaces et la protection de l’environnement, telles que l’évaluation des
effets des activités humaines sur l’environnement, la prévention, la rétention et la lutte contre
toutes les nuisances dues à la pollution des eaux, du sol et de l’air.
Cette direction dispose, en son sein, d’une division des normes environnementales,
qui s’occupe notamment du développement des moyens et techniques pour évaluer les
conséquences des projets de développement sur l’environnement et de la réalisation par
consultation des études d’impact en vue de fournir des avis techniques, etc.
Faute de loi sur la protection de l’environnement, cette direction n’est toujours pas
dotée des normes d’études d’impact environnemental. De même, faute de moyens en
ressources financières et de compétences en matière d’élaboration des méthodologies
d’évaluation, d’atténuation et de surveillance, son laboratoire du génie de l’environnement et
de l’évaluation des impacts environnementaux n’est toujours pas opérationnel.
65
III.3.1.3. Service National de Reboisement
Ce service s’occupe de la mise en oeuvre de la politique nationale en matière de
reboisement et de reconstitution des ressources forestières, y compris les aspects normatifs y
afférents. A ce titre, l’article 77 du Code forestier confie à l’administration chargée des forêts
la mission d’assurer la reconstitution des forêts et l’application des programmes de
régénération naturelle et de reboisement qu’elle met à jour périodiquement.
Les opérations de reboisement sont financées entre autres par des ressources du
Fonds de Reconstitution du Capital forestier, devenu Fonds forestier national. Il sied de noter
qu’à ce jour, il n’existe pas un document de stratégie nationale de reboisement forestier en
RDC. Toutefois le Ministre a signé l’Arrêté Ministériel n°CAB/MIN/AFFET/049/2003 du 18
mars 2003 portant mesures de promotion des travaux de reboisement.
III.3.1.4. Centre National d’Informations sur l’Environnement (CNIE)
Créé depuis 1998, le Centre National d’Information sur l’Environnement a pour
objectif principal de récolter, diffuser et faciliter la circulation de l’information visant la
protection de l’environnement par les moyens appropriés. Ainsi, son mandat est d’éclairer les
décideurs ainsi que l’opinion publique sur les dangers de dégradation de l’environnement et
de proposer les mesures correctives visant à minimiser les risques de cette dégradation.
Etant donné le rôle que ce centre est appelé à jouer dans le cadre de l’information
et de la sensibilisation du public, son personnel devra bénéficier d’un programme de
renforcement des capacités et d’un appui en équipements nécessaires en vue de lui permettre
de s’acquitter convenablement de ses missions : matériels informatiques, réseau Internet,
système approprié de communication, etc.
III.3.1.5. Direction de Développement Durable
Cette direction s’occupe principalement du suivi et de la mise en oeuvre des trois
conventions internationales issues de Rio 1992, à savoir la convention sur la diversité
biologique, la convention sur les changements climatiques et la convention sur la
désertification.
En sa qualité de Point Focal Opérationnel FEM en RDC, cette direction a joué un
rôle majeur notamment dans l’élaboration du Plan National d’Action Environnemental
(PNAE), de la Stratégie et Plan d’Action de la Diversité biologique et des Premières
Communications nationales sur les Changements Climatiques et des Programmes d’Action
National pour l’Adaptations (PANA) dans le cadre des changements climatiques ainsi que
dans l’élaboration du Plan d’Action pour la Lutte contre la Dégradation des sols en RDC. Elle
joue actuellement le rôle de premier plan dans la mise en oeuvre du Projet FEM/PNUE
« Développement d’un Cadre national de biosécurité en RDC ».
Etant donné que cette direction technique va institutionnellement, jouer le rôle de
l’Autorité nationale compétente, son personnel devra bénéficier d’un programme d’appui au
renforcement des capacités prévu dans le présent document. Il en est de même d’un appui en
66
équipements nécessaires en vue de lui permettre de s’acquitter convenablement de ses
missions : matériels informatiques, réseau Internet, système approprié de communication, etc.
III.3.2. Ministère de l’Agriculture
Le ministère de l’Agriculture intervient notamment dans :
·  la production agricole et la sécurité alimentaire ;
·  la planification des objectifs nationaux de production dans les domaines de
l’agriculture, de la pêche, de la pisciculture, de la sylviculture et de l’élevage;
·  l’encadrement des associations paysannes;
·  l’élaboration de la politique nationale en matière d’agriculture, de pêche et d’élevage;
·  la surveillance zoosanitaire et la gestion de la quarantaine animale et végétale à
l’intérieur du pays et aux postes frontaliers ainsi que la mise à jour permanente des
mesures réglementaires y afférentes, etc. (elle concerne principalement le contrôle
zoosanitaire des espèces de faune et de flore sauvages et des espèces exotiques
envahissantes).
Des textes particuliers confèrent d’autres attributions au ministère en charge de
l’agriculture. Il s’agit notamment du décret n°05/162 du 18 novembre 2005 portant
réglementation phytosanitaire en République Démocratique du Congo et du décret du 28
juillet 1938 relatif à la Police sanitaire des animaux domestiques, tel que modifié et complété
à ce jour.
Ce ministère a sous sa tutelle bon nombre de directions, services et institutions
impliquées dans les activités pouvant avoir un impact sur la gestion des biotechnologies
modernes et dont les attributions doivent être revues en vue d’éviter des conflits de
compétence. Il s’agit spécialement des directions et services ci-après :
III.3.3.1. Laboratoire Vétérinaire Central
Le Laboratoire Vétérinaire de Kinshasa (LABOVETKIN), l’unique fonctionnel sur
les deux dont dispose actuellement la RDC, est activement impliqué dans les manipulations
de routine et de recherche dans le domaine de la biotechnologie grâce à l’assistance de
l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA) dans le cadre de l’usage des
radioéléments à des fins pacifiques. A part cette assistance technique qui consiste
essentiellement en équipement, formation des techniciens et scientifiques, et conseils des
experts, le LABOVETKIN tire profit d’autres collaborations scientifiques initiées par certains
de ses scientistes à travers des thèmes et protocoles à caractère international grâce aux
arrangements avec certaines Universités étrangères et instituts de recherche de renommée
internationale. C’est entre autres le cas avec l’Université de Londres à travers le " Royal
Veterinary College ", l’Institut de Médecine Tropicale d’Anvers en Belgique, l’Institut
Vétérinaire d’Onderstepoort en Afrique du Sud, et bientôt le Centre pour la Prévention et le
Contrôle des maladies à Atlanta aux USA.
Comme tout laboratoire de santé animale, le LABOVETKIN constitue une
véritable structure d’appui à la production animale, en même temps qu’il fait partie du
67
maillon de protection de la santé publique par rapport aux maladies transmissibles de l’animal
à l’homme (ou vice - versa), appelées zoonoses.
Par rapport à cette mission, les objectifs de ce laboratoire sont définis comme suit :
·  Contribuer au contrôle et à l’éradication des maladies animales par leurs diagnostics et
investigations à travers des manipulations de routine,
·  Produire des vaccins et autres produits biologiques destinées à combattre les
épidémies animales majeures caractérisées par une puissance de destruction massive
du bétail, une grande rapidité, et une forte capacité de diffusion au-delà des frontières
nationales,
·  Participer au contrôle de la qualité des aliments et surtout des denrées alimentaires
d’origine animale ;
·  Mener la recherche vétérinaire au regard des matières et domaines ci – dessus citées,
·  Encadrer les éleveurs et,
·  Encadrer les élèves et étudiants stagiaires pour une future carrière dans le domaine de
production et santé animales.
Dans le but de mieux remplir cette mission, le LABOVETKIN s’est doté de sept
(7) services techniques à savoir : la Pathologie Générale, la Parasitologie, la Bactériologie
(clinique et production des vaccins bactériens), la Virologie (clinique et production des
vaccins viraux), la Toxicologie (biochimie et bromatologie), l’Unité de Biologie Moléculaire,
et l’Epizootiologie.
Presque toute la collaboration scientifique avec les partenaires ci – dessus
mentionnés est focalisée sur l’approche biotechnologique des manipulations des virus,
mycoplasmes, bactéries, et certains protozoaires de sang ou des selles.
Le gros de cette collaboration consiste en la génomique et la proteomique
appliquée aux agents causaux des maladies animales telles qu’indiqués ci – dessus. Il s’agit
plus précisément de leur caractérisation moléculaire par la détection de leurs ADNs et de leurs
antigènes, ainsi que de l’établissement de leurs liens épidémiologiques. Pour cette fin, le
LABOVETKIN dispose d’un équipement et Kits ultra – modernes permettant la préparation
des échantillons destinés aux analyses moléculaires, à l’extraction des acides nucléiques et
acides aminés, à leur amplification, à leur dimensionnement, à leur visualisation et à leur
emballage pour expédition vers les Laboratoires de références mondiales pour des études très
poussées.
Grâce a l’appui de la Banque Mondiale, le LABOVETKIN a vu son infrastructure
réhabilitée et à la faveur de cette réhabilitation, le nombre des salles de l’Unité de Biologie est
passé de 3 à 6, répondant ainsi aux exigences internationales par rapport aux laboratoires de
PCR.
Il convient toutefois de signaler que beaucoup restent à faire en matière de prévention des risques
biotechnologiques.
III.3.2.2. Service de Quarantaine Animale et Végétale
Créé aux termes du décret n°05/161 du 18 novembre 2005, le Service de
Quarantaine Animale et Végétale (S.Q.A.V) est placé sous la tutelle du Ministère en charge
de l’Agriculture, de la pèche et de l’élevage. Il exerce ses activités à l’intérieur des frontières
68
nationales dans les agences douanières et aux postes frontaliers de la République
Démocratique du Congo.
Le Service de Quarantaine Animale et Végétale a pour but d’assurer la
surveillance zoosanitaire et phytosanitaire ainsi que la gestion de la quarantaine animale et
végétale sur l’ensemble du territoire national. Il assure, par conséquent, la police zoosanitaire
et phytosanitaire.
A cet effet, ce service a pour missions de :
 assurer le contrôle des documents zoosanitaires et phytosanitaires accompagnant les
animaux et les végétaux, ainsi que leurs produits dérivés au niveau des postes
frontaliers ;
 garantir le contrôle des mouvements d’entrée et de sortie des animaux, des végétaux et
de leurs produits dérivés en vue de prévenir l’introduction, la dissémination et la
propagation des maladies et/ou des germes pathogènes et nuisibles à la santé des
hommes, des animaux et des végétaux ;
 procéder à l’inspection vétérinaire et phytosanitaire des denrées alimentaires d’origine
animale, végétale et minérale ;
 prélever des échantillons des produits et sous-produits dérivés des animaux et des
végétaux en vue de leur analyse macroscopique et/ou microscopique ;
 veiller au contrôle de qualité des médicaments et produits vétérinaires et d’élevage
ainsi que des produits phytosanitaires (intrants agricoles et d’élevage) ;
 contrôler les semences et les matériels génétiques d’origine animale et végétale ainsi
que des matériels et moyens de transport des animaux, des végétaux et de leurs
produits dérivés ;
 procéder à la désinfection, à la dératisation et à la désinsectisation des engins servant
au transport des animaux et des végétaux ainsi que de leurs produits dérivés ;
 ordonner la saisie, le refoulement, la mise en quarantaine ou le traitement et, le cas
échéant, la destruction des animaux (abattage sanitaire), des végétaux, des denrées
alimentaires, des médicaments et produits vétérinaires, produits phytosanitaires
reconnus périmés, contaminés, souillés, malades ou nuisibles pour l’homme, l’animal
ou le végétal ;
 procéder à la certification des animaux, des végétaux et de leurs produits dérivés, des
semences, des intrants agricoles et vétérinaires ou d’élevage et des organismes
biologiques de lutte et ce, en présence des bénéficiaires des commandes ou des
propriétaires des produits ;
 appliquer des pénalités à l’endroit des contrevenants aux présentes dispositions.
Dans la réalisation de ses missions, le service sollicitera, en cas de besoin, le
concours des services spécialisés d’autres ministères, en particulier ceux du Ministère de la
Santé.
L’organisation et le fonctionnement du service sont réglementés par voie d’arrêté
du Ministre ayant l’agriculture, la pèche et l’élevage dans ses attributions. En vue d’éviter tout
conflit de compétence en matière de surveillance zoosanitaire et phytosanitaire ainsi que la
gestion de la quarantaine animale et végétale sur l’ensemble du territoire national, il y a lieu
de clarifier les missions confiées à la Direction de la Production et de la Protection des
Végétaux et à la Direction de la Production et de la Santé Animales au regard de celles
confiées au Service de Quarantaine Animale et Végétale.
69
III.3.2.3. Service National de Semence (SENASEM)
Le Service National de Semence a été créé au sein du Ministère de l’Agriculture
par Arrêté départemental n°00003/BCE/AGRIDAL/84 du 12 mai 1984.
Le Service est chargé de la conception et du contrôle de la qualité de la
production semencière nationale. Il est chargé spécialement de:
·  installer et contrôler les fermes de multiplication des semences;
·  assurer la planification et la programmation de la production des semences contrôlées
et certifiées au niveau des fermes de multiplication des semences;
·  établir le plan de production et de multiplication devant conduire à la certification des
semences;
·  assurer la planification et la programmation d’acquisition du matériel génétique de
base au niveau des structures de recherche;
·  assurer le contrôle de la qualité de toutes les semences produites ou introduites sur le
territoire national.
Actuellement, la mission de ce bureau se heurte à l’absence d’une législation sur
les semences, laquelle devrait fixer les normes de qualité et de production ainsi que de
certification des semences. Cette carence est en cours d’être comblée, car le Ministère en
charge de l’Agriculture vient de soumettre au Gouvernement un projet de décret sur les
semences.
Il existe un arrêté ministériel pris en 1997 portant application de directives en
matière de production, de conditionnement et de stockage des semences ainsi que sur le
contrôle de la qualité des semences introduites en RDC.
III.3.2.4. Direction de la Production et de la Santé Animales
Conformément aux dispositions du Décret n°03/027 du 16 septembre 2003 précité
et au Cadre organique du Ministère en charge de l’Agriculture, la Direction de la Production
et de la Santé Animales s’occupe de la surveillance zoosanitaire et de la gestion de la
quarantaine animale et végétale à l’intérieur du pays et aux postes frontaliers et de la mise à
jour permanente des mesures réglementaires y relatives.
Elle a notamment pour mission de :
1) élaborer et superviser la mise en oeuvre de la politique nationale et des stratégies dans
le domaine des productions animales ;
2) exécuter, faire exécuter et assurer le suivi des décisions du Gouvernement en matière
de productions animales, notamment pour l’amélioration et la gestion des pâturages
auxquelles s’ajoute le contrôle des aliments pour bétail ;
3) déclarer à l’OIE et à l’UA-BIRA (Union Africaine – Bureau International des
Ressources Animales) les épidémies animales majeures, notamment les zoonoses ;
4) assurer la police sanitaire des denrées alimentaires d’origine animale à la production, à
l’importation, à l’exportation, au stockage, à la transformation et à la
commercialisation ;
70
Cette direction est confrontée à certaines contraintes, notamment :
1) l’absence des textes législatifs ou réglementaires à jour en la matière ;
2) l’absence de services de cette direction aux postes frontaliers en vue d’assurer le
contrôle des mesures relatives à la quarantaine animales et végétale ;
3) la difficulté d’accès aux informations sanitaires publiées par Internet par l’OIE (Office
International d’Epizootie);
4) l’absence d’un système d’alerte rapide en cas d’épizootie majeure sur le territoire
national ; etc.
III.3.2.5. Direction de la Production et de la Protection des Végétaux
La Direction de la Production et de la Protection des Végétaux est chargée
d’élaborer et de superviser la mise en oeuvre de la politique nationale et des stratégies dans le
domaine des productions végétales.
Elle est à cet effet chargée notamment de :
1) assurer le contrôle et la réglementation relative à la protection des végétaux, à la
normalisation et la certification des semences et la gestion des calamités ;
2) assurer le contrôle phytosanitaire, le contrôle de la qualité des produits d’origine
végétale ;
3) organiser la campagne de lutte contre les prédations des cultures ; etc.
III.3.2.6. Service National d’Aquaculture (SENAQUA)
Régi par l’Arrêté n°0055bis/CAB/MINAGRIDAR/92 du 12 août 1992, le
SENAQUA a reçu missions de :
1) gérer toutes les stations régionales d’alevinage ;
2) évaluer les ressources aquacoles et leurs modalités de gestion ;
3) assister l’Autorité de tutelle dans l’orientation de la politique aquacole nationale ;
4) coordonner l’ensemble des projets aquacoles initiés par des projets et programmes
nationaux ou de coopération internationale ;
5) relancer la recherche appliquée dans le domaine de l’aquaculture.
Dans le cadre de la mise en oeuvre du présent cadre national de la biosécurité, il est
identifié un besoin de renforcement des capacités de ce service pour bien gérer les
risques biotechnologiques.
III.3.2.7. Service National de Vulgarisation Agricole (SNV)
Régi par l’Arrêté départemental n°0045/BCE/DDR/89 du 6 juin 1989, le SNV a
notamment pour mission la mise en oeuvre de la politique gouvernementale en matière de
vulgarisation agricole.
III.3.2.8. Service National des Intrants Vétérinaires et d’Elevage (SENIVEL)
Créé par arrêté n°005 du 24 octobre 2001, le SENIVEL a pour missions :
1) l’approvisionnement du pays en produits vétérinaires et matériels d’élevage et leur
distribution à travers le territoire ;
71
2) l’amélioration de l’accès aux intrants avec le concours des opérateurs, des
importateurs privés, des groupements d’éleveurs, pharmaciens vétérinaires ;
3) la surveillance et le contrôle de qualité des produits vétérinaires mis sur le marché ;
4) la supervision des activités techniques (organisation des activités de couverture zoo
sanitaire à la base et la surveillance du réseau de distribution des intrants) ;
5) la coordination des activités du Programme de lutte contre les épizooties et de
surveillance épidémiologique.
III.3.2.9. Centre de Recherche sur le Maïs (CRM)
Le Centre de Recherche sur le Maïs a été créé par ordonnance n°90-054 du 17
février 1990 comme établissement public à caractère scientifique et commercial et doté de la
personnalité juridique. Aux termes de son article 2, le Centre de Recherche sur le Maïs a pour
objectif de conduire toutes recherches sur le maïs en vue d’obtenir des rendements élevés et
stables dans diverses conditions agroécologiques et de commercialiser les fruits de ses
recherches.
Le Centre est chargé notamment :
·  de la création des hybrides de maïs à rendement élevé ;
·  de la production, du conditionnement et du stockage des semences de base et de leur
commercialisation ;
·  des études et de la vulgarisation des techniques culturales du maïs.
III.3.2.10. Office National de Développement de l’Elevage (ONDE)
L’Office National de Développement de l’Elevage est régi par l’ordonnance n°78-
213 du 5 mai 1978. Aux termes de l’article 3 de ses statuts, l’Office National de
Développement de l’Elevage a pour mission de promouvoir le développement des élevages et
notamment d’en améliorer la production, la protection zoosanitaire, le conditionnement des
produits et la commercialisation.
L’office est chargé en outre de la restauration, de l’exploitation et de la gestion de
tous les ranches, de toutes les fermes et laboratoires vétérinaires appartenant à l’Etat dont
celui-ci peut lui confier la gestion.
Au plan des ressources humaines, l’ONDE dispose d’un personnel technique
constitué de médecins vétérinaires avec une bonne expérience dans le domaine de
l’insémination artificielle ainsi que des ingénieurs agronomes zootechniciens. La protection
zoosanitaire est assurée par les médecins vétérinaires. Pour le moment, l’ONDE dispose de 8
médecins vétérinaires, 3 ingénieurs agronomes zootechniciens, 10 assistants vétérinaires et 6
techniciens agronomes.
Au plan technique, l’ONDE ne dispose pas des directives spécifiques régissant
l’utilisation des substances ou produits destinés à l’alimentation du bétail d’autant plus que le
bétail ne se nourrit de l’herbe naturelle avec un supplément alimentaire consistant en du sel
gemme ou sel de cuisine.
72
Présentement, l’ONDE ne fait pas de recherche sur les aliments génétiquement
modifiés pour bétail. Il a grandement besoin d’un appui en renforcement des capacités.
III.3.2.11. Service National des Ressources Génétiques animales
Ce service a pour mission de recenser sur l’étendue du territoire national les
espèces animales domesticables et consommables qui sont en voie de disparition. Néanmoins,
l’expertise nationale consistant en connaissances de base en génétique moléculaire est
inexistante.
III.3.3. Ministère du Développement Rural
Le Ministère du développement rural est chargé par décret des missions ci-après :
·  élaboration et conduite des politiques et stratégies de développement rural;
·  aménagement et équipement de l’espace rural;
·  coordination et intégration des programmes de développement en milieu rural;
·  promotion et soutien de la pêche en milieu rural, etc.
Avec l’appui technique de la FAO, le Ministère a préparé en août 2001 un
document de Stratégie opérationnelle et Actions prioritaires pour le développement du secteur
rural en RDC, qui intègre à la fois les secteurs forestier, agricole, de la pêche et du
développement rural.
III.3.4. Ministère de la Santé
Le décret d’institution du Ministère de la santé confère à celui-ci les attributions
ci-après :
·  Organisation, la création et le contrôle des services publics médicaux et
pharmaceutiques ;
·  Organisation de l’enseignement technique médical du niveau secondaire (Ecole
d’infirmiers A2) ;
·  Agrément et contrôle technique des établissements médico-sanitaires,
pharmaceutiques, laboratoires et établissements techniques d’enseignement médical ;
·  Hygiène et santé publique ;
·  Inspection et prévention sanitaires et médicales, y compris dans les milieux scolaires
et professionnels ;
·  Assistance médicale en urgences médicales et actions médicales humanitaires ;
·  Police sanitaire aux frontières (quarantaine humaine et internationale) ;
·  Organisation, réglementation et promotion de la médecine traditionnelle, y compris le
domaine des plantes médicinales ;
·  Organisation du système de santé ;
·  Elaboration des normes relatives à la santé ;
·  Analyse et contrôle des aliments et des médicaments, etc.
Parmi les attributions en rapport avec la préservation de la diversité biologique
figurent notamment l’organisation, la réglementation et la promotion de la médecine
traditionnelle y compris le domaine des plantes médicinales, etc. A ce propos, il importe de
73
rappeler que de nombreux Congolais vivant tant en ville qu’en milieu rural recourent aux
plantes médicinales pour leur vertu curatrices déjà reconnues par des analystes scientifiques.
Même les ménages qui ont accès à la médecine moderne recourent aussi à la pharmacopée
traditionnelle. Les écorces de Prumus africanus et de l’Hymenocardia acida sont utilisées
dans l’industrie pharmaceutique.
Le Ministère de la Santé abrite en son sein l’Institut de Recherche en Sciences de
la Santé (IRSS) et l’Institut national de recherches biomédicales (INRB). Le projet de
construction de l’INRB a été retenu dès 1973 au cours des travaux de la Commission mixte
Franco-congolaise. Celui-ci n’a toutefois été construit qu’en 1975 et inauguré le 8 décembre
1984. Les activités de l’Institut n’ont quant à elles débuté qu’en 1985. Même si le statut de
cette institution n’est pas clairement défini par voie réglementaire.
L’INRB a pour mission de:
·  conduire des analyses biologiques et biochimiques humaines et vétérinaires ;
·  effectuer la recherche appliquée, notamment la recherche opérationnelle ayant un
impact sur les soins de santé primaire, les grandes endémies et les maladies
contagieuses émergentes et réemergentes ;
·  mener des activités de surveillance des maladies transmissibles, à travers son
laboratoire de bactériologie ;
·  faire les investigations épidémiologiques ;
·  conduire des activités de veille environnementale en vue de s’assurer le contrôle de la
qualité des eaux, des aliments, des boissons et des produits pharmaceutiques ;
·  assurer le rôle de Centre de référence national des techniques notamment à travers le
programme de contrôle de qualité pour les laboratoires d’analyses médicales et de
santé ;
·  former et perfectionner le personnel technique.
Pour mener ses missions à bon port, l’INRB dispose de Laboratoires de
Bactériologie, d’Immunologie, de Biochimie, d’Hématologie, d’Anatomie-pathologie,
d’Entomologie et de Toxicologie.
Ses principaux domaines de recherche sont : le paludisme, la trypanosomiase, les
infections à VIH/SIDA, la résistance bactériologique aux antibiotiques, les fièvres
hémorragiques, les intoxications par le manioc, les plantes médicinales.
III.3.5. Ministère en charge de la Recherche scientifique
Le Ministère en charge de la Recherche scientifique s’occupe notamment de :
a) la conception, de l’élaboration et de la mise en oeuvre de la politique de recherche
scientifique et technologique;
b) la tutelle et du suivi de l’activité des organismes chargés de la recherche scientifique;
c) l’orientation de la recherche scientifique et technologique vers l’appui aux efforts de
reconstruction et le développement du pays, etc.
Le ministère a organisé en avril 2005 des Etats généraux de la Recherche
Scientifique en vue notamment de doter le pays d’un plan directeur de la recherche
scientifique et technologique.
74
III.3.5.1. Institut National pour l’Etude et la Recherche Agronomiques (INERA)
L’Institut National pour l’Etude et la Recherche agronomiques est régi par
l’Ordonnance n°78-211 du 5 mai 1978. Aux termes de l’article 3 de ses statuts, il a pour objet
de promouvoir le développement scientifique de l’agriculture au Congo. A cet effet, il est
chargé notamment :
·  d’assurer l’administration des établissements agricoles dont la gestion lui a été
confiée ;
·  de procéder à l’organisation des missions d’études agronomiques et à la formation des
experts et spécialistes ;
·  d’effectuer toutes études, recherches, expérimentations et, en général, tous les travaux
qui sont en rapport avec son objet.
Au plan des infrastructures, l’INERA dispose des herbaria, d’un arboretum, des
pépinières, des concessions, des terrains et des étangs affectés à son objet social. Ces
infrastructures sont toutes en état de dégradation. Il n’existe pas de programme d’acquisition,
de réhabilitation ou de modernisation des infrastructures et des équipements de recherche. Au
plan de la recherche, les études et publications réalisées par l’INERA ne sont pas disponibles
pour tous. Le cadre de politique générale en matière d’études et de recherche agronomiques
et sur la diversité biologique n’est pas propice. Il existe toutefois une collaboration entre
l’INERA, le secteur privé et les ONG oeuvrant dans la production semencière et la
pisciculture. L’INERA dispose d’une liste de projets de recherche en cours, notamment dans
le domaine de la diversité végétale. Ceux – ci sont confrontés aux contraintes d’ordre
technique et financier. Au plan des ressources humaines disponibles dans le domaine de la
recherche, on peut trouver des chercheurs spécialisés en taxonomie, en botanique, en
foresterie, en zootechnie et en agroforesterie. Il n’existe actuellement pas de programme de
formation et de perfectionnement du personnel, mais quelques sessions de recyclage local sur
financement de l’INERA. En définitive, ces ressources humaines sont insuffisantes au regard
du mandat confié à l’INERA. Même s’il y a incitation à la formation à travers des missions
d’études et de stage dans les instituts et centres internationaux de recherche, de telles
possibilités s’avèrent toutefois être très limitées.
Malgré les multiples problèmes confrontés au fil du temps, l’INERA détient une
masse importante de données sur la biodiversité nationale, résultant des travaux sur la
recherche/développement, la gestion et la conservation des ressources naturelles, la gestion et
la conservation des ressources phytogénétiques, la performance et la stabilité du rendement
des génotypes de certains cultivars (coton, manioc, maïs, riz, palmier à huile, caféier,
cacaoyer, etc) dans divers environnements à travers le pays, la description de différents types
des biomes congolais, la biométrie et l’évaluation des ressources, etc.
III.3.5.2. Centre de Recherche Agroalimentaire (CRAA)
Aux termes de l’ordonnance loi n°82-040 du 5 novembre 1982 portant
organisation de la recherche scientifique et technologique, les centres et instituts de recherche
ont pour mission d’effectuer les études, les recherches scientifiques et technologiques, les
expérimentations et, en général, tous les travaux qui sont en rapport avec leurs objectifs
respectifs. Telle est aussi en substance la mission confiée au Centre de Recherche
Agroalimentaire de Lubumbashi.
75
Créé par ordonnance n° 082-04 du 5 novembre 1982, le Centre de Recherche
Agroalimentaire (CRAA) a pour objectif principal de développer la recherche appliquée du
secteur agroalimentaire en valorisant les matières premières agricoles locales, soit par des
techniques nouvelles, soit par l’amélioration des techniques artisanales ou domestiques.
Dans le cadre de cet objectif général, le CRAA a comme objectifs spécifiques :
·  identifier les procédés de transformation et de conservation des produits agricoles
locaux de base ;
·  améliorer la qualité des aliments importés ou fabriqués localement par l’application
des normes éprouvées et un contrôle de qualité ;
·  assurer de l’aide au développement technique aux agro-industries existantes en leur
apportant dans la mesure du possible une assistance technique ;
·  effectuer les études, les recherches scientifiques et technologiques, les
expérimentations et, en général, tous travaux qui sont en rapport avec ses objectifs.
Les principaux domaines de recherche du CRAA sont les suivants :
·  la nutrition et l’alimentation;
·  la technologie alimentaire;
·  la biotechnologie.
En ce qui concerne les ressources humaines, le CRAA dispose d’un effectif de 8
professeurs et de 33 chercheurs spécialisés ainsi que d’un certain nombre de techniciens de
recherche. Les possibilités offertes aux chercheurs sont très limitées.
III.3.6.. Ministère du Commerce extérieur
Aux termes du décret 03/027 du 16 septembre 2003 précité, ce ministère a comme
attributions :
 la promotion du commerce extérieur et l’étude des propositions sur les orientations
générales et sectorielles de la politique dans le domaine du commerce extérieur ;
 les mesures susceptibles de contribuer à la restauration de la compétitivité extérieure
des produits congolais exportables, notamment en identifiant toutes entraves
structurelles, administratives, financières, tarifaires ou humaines ;
 la recherche des voies et moyens susceptibles de procurer à l’industrie nationale des
débouchés nouveaux à travers la rationalisation de la participation du pays à des foires
et autres manifestations extérieures, l’exploitation des informations économiques
relatives au commerce avec les pays étrangers, aux conventions et usages régissant les
relations commerciales internationales ;
 la négociation et le suivi des accords commerciaux ;
 le contrôle de la quantité, de la qualité et des normes de tous les produits à l’import, à
l’export et au transit.
Ce Ministère a sous sa tutelle certains services et organismes impliqués dans les
activités pouvant avoir un impact sur la gestion des biotechnologies modernes. Parmi ces
services et organismes, le plus concerné est l’Office Congolais de Contrôle. Celui-ci est régi
par l’ordonnance n°78-219 du 5 mai 1978. Aux termes de l’article 3 de ses statuts, l’Office a
pour mission d’effectuer des contrôles de qualité, de quantité et de conformité de toutes les
marchandises, des analyses de tous les échantillons et produits, ainsi que des contrôles
76
techniques de tous les appareils et de tous les travaux. Il peut gérer et exploiter des silos,
magasins généraux et entrepôts de douane.
Le cadre juridique de fonctionnement de l’OCC a été examiné au regard des
exigences de mise en oeuvre des accords de l’Organisation mondiale du commerce (OMC).
III.4.Orientations du cadre institutionnel et administratif pour la biosécurité en RDC
Aux termes de l’article 19 du Protocole de Cartagena, chaque Partie désigne un
correspondant national chargé d’assurer en son nom la liaison avec le Secrétariat. Elle désigne
également une ou plusieurs Autorités nationales compétentes chargées de s’acquitter des
fonctions administratives qu’appelle le Protocole et autorisées à agir en son nom dans
l’exécution de ses fonctions. Une Partie peut confier à une entité unique les fonctions de
correspondant national et d’autorité nationale compétente.
III.4.1. Principes de base
La conservation et la gestion durable de la biodiversité et la protection de la santé
humaine ainsi que des tissus socioéconomiques pour la prévention et la gestion des risques
biotechnologies au moyen d’un cadre juridique devant guider le cadre institutionnel de
gestion de la biosécurité en RDC. Ce cadre institutionnel doit prendre en compte un certain
nombre des paramètres, notamment :
 le souci de maintenir un cadre opérationnel d’échanges d’information entre la RDC et
le Secrétariat ainsi que le Centre d’échanges pour la Prévention des risques
biotechnologies ;
 la nécessité de faire respecter les dispositions légales en matière de suivi, de
surveillance et de contrôle de l’introduction, de la manipulation et de l’utilisation des
OGM et produits dérivés en RDC;
 la nécessité d’assurer l’information, la sensibilisation et la participation effective du
public au processus décisionnel et d’instituer et d’assurer le fonctionnement d’un
cadre de concertation impliquant les principales parties prenantes;
 la nécessité de procéder à l’évaluation permanente et à la gestion des risques et
bénéfices présentés par les produits de la biotechnologie moderne ;
 la nécessité de veiller de à la législation nationale régissant le secteur.
Pour atteindre de tels objectifs, le Protocole permet la mise en place des
arrangements institutionnels pouvant aider les Parties à cette fin. Pour la RDC, ces
arrangements institutionnels peuvent s’articuler autour de :
 un Point focal national de Biosécurité ;
 un Comité Consultatif National de Biosécurité ;
 une Autorité Nationale Compétente ;
 un Comité Scientifique et Technique de Biosécurité ;
 un Centre national d’Echanges d’informations sur la prévention des risques
biotechnologiques.
77
III.4.2. Arrangements institutionnels
III.4.2.1. Point focal du Protocole de Cartagena
Le Point focal national de Biosécurité, dénommé Correspondant national par
l’article 19 du Protocole, est chargé d’assurer au nom de la RDC la liaison avec le Secrétariat
du Protocole. Il assume sa mission en étroite collaboration avec l’Autorité nationale
compétente.
A ce titre, il aura pour tâches principales les activités ci-après :
 Faciliter les procédures de mise en oeuvre au plan national des dispositions du
Protocole ;
 Coordonner les activités d’élaboration des rapports nationaux et thématiques et rendre
compte de l’état de biosécurité en RDC ;
 Participer à l’élaboration et, le cas échéant, à la révision de la stratégie nationale et
plan d’actions pour la prévention des risques biotechnologiques ;
 Veiller à la mise en oeuvre des programmes de sensibilisation et d’éducation du public
en matière de biosécurité et des dispositions du Protocole;
 Etablir des partenariats avec les organisations et institutions internationales et autres
Etats Parties en vue du renforcement des capacités humaines, techniques,
institutionnelles dans le domaine de la biosécurité ; etc.
Ces missions et le principe de la désignation du Point focal national devront être
prévus par la législation nationale.
III.4.2.2. Comité consultatif national de biosécurité
Le Comité Consultatif National de Biosécurité aura le statut d’organisme
consultatif et de cadre de concertation institué par le Gouvernement. Il aura pour missions de :
 Contribuer à la définition et à la révision périodique de grandes orientations de la
politique nationale en matière de biosécurité ;
 Analyser et valider périodiquement les rapports d’activités du Comité scientifique et
technique de la biosécurité ;
 Définir les priorités en matière de recherche et de renforcement des capacités en
matière de biosécurité ;
 Suivre et évaluer l’application de la politique et de la législation nationale ainsi que du
programme de sensibilisation et d’éducation du public ;
 Faire des recommandations et donner, le cas échéant, des conseils à l’Autorité
nationale compétente.
La composition de ce Comité devra tenir compte de tous les ministères et
administrations en charge respectivement de l’environnement, de l’agriculture et de l’élevage,
de l’industrie, de l’économie, du commerce, de la recherche scientifique et technologique, de
l’éducation nationale, de la santé, des organismes publics, des organisations non
gouvernementales, des associations syndicales, des associations de consommateurs, des
corporations et groupements d’intérêt économique et professionnels, du secteur privé
78
industriel, du monde scientifique et académique, des centres et instituts de recherche sur les
biotechnologies, de la santé, de l’agriculture et de l’élevage et enfin des autorités
traditionnelles intéressés par les questions de biosécurité et par l’utilisation de la
biotechnologie moderne. Sont d’office membres de ce comité l’Autorité nationale
compétente, le Point focal biosécurité, le Point focal Biodiversité et le Point focal
opérationnel FEM.
Les critères d’éligibilité au sein du Comité doivent être fondés sur les missions
statutaires assignées et les objectifs poursuivis et les domaines d’intervention ou de
compétences en rapport avec l’utilisation de la biotechnologie moderne.
Un décret délibéré en Conseil des Ministres devra déterminer l’organisation et le
fonctionnement de ce comité.
III.4.2.3. Autorité nationale compétente (ANC)
Compte tenu de la multiplicité des services et organismes susceptibles d’intervenir
dans le processus d’importation, d’exportation et de transit des OGM et produits dérivés
d’OGM, l’option a été levée de mettre en place une ou plusieurs autorités nationales
compétentes.
En application des dispositions de l’article 19 du Protocole, la mission de
l’Autorité nationale compétente sera confiée aux ministères en charge respectivement de
l’Environnement et de l’Agriculture, le premier intervenant en ce qui concerne les OGM ou
produits dérivés d’OGM susceptibles d’être utilisés dans l’environnement. Le second
intervient en ce qui concerne les OGM et produits dérivés destinés à l’alimentation humaine
ou animale ou être transformés ou utilisés comme semences. Le ministère en charge de
l’Environnement exerce cette mission à travers une Direction technique, la Direction de
Développement Durable. Quant au ministère en charge de l’Agriculture, il l’exerce à travers
le Service de Quarantaine Animale et Végétale.
Cette Autorité nationale compétente assure la coordination de toutes les activités
en matière de biosécurité et assure les fonctions de secrétariat technique au Comité
Consultatif national de Biosécurité et du Comité Scientifique et Technique de Biosécurité.
L’ANC aura, entre autres, pour mission de:
·  Participer à l’échelle nationale et internationale à la prise des mesures juridiques
requises pour protéger la santé et l’environnement contre les risques liés à l’utilisation
de la biotechnologie moderne ;
·  Veiller à l’application des dispositions du Protocole et de la législation nationale sur
les mouvements intentionnels et transfrontaliers non intentionnels des OGM ;
·  Mettre en oeuvre les recommandations et indications du Comité consultatif national sur
la Biosécurité lors des délibérations relatives à l’importation, le transit, l’utilisation
confinée, la dissémination ou la mise sur le marché d’organismes génétiquement
modifiés ou produits dérivés d’organisme génétiquement modifié ;
·  Assurer l’établissement de comités de la Biosécurité dans les ministères et institutions
concernées ou nommer des conseils d’experts indépendants, si nécessaire, et instituer,
si nécessaire, des conseils d’experts indépendants qui serviront de conseillers
techniques ou scientifiques sur les problèmes de Biosécurité;
79
·  Suivre de très près l'évolution relative aux organismes génétiquement modifiés partout
dans le monde et lorsque l'un d'entre eux semble poser un risque grave pour la santé ou
pour l'environnement, interdire son passage sur le territoire national et prévenir le
Centre d'échanges, les services de douane et les fonctionnaires chargés du commerce
extérieur;
·  Maintenir et mettre à la disposition du public qui en fait la demande, une base de
données sur les organismes génétiquement modifiés et les produits d'organismes
génétiquement modifiés destinés à l'alimentation humaine ou animale ou à la
transformation;
·  Déclarer par l'intermédiaire du Centre d'échanges sur la Biosécurité que:
i) un organisme génétiquement modifié ou un produit d'organisme génétiquement
modifié destiné à l'alimentation humaine ou animale ou à la transformation ne
peut être importé qu'après avoir fait l'objet d'une évaluation intégrale des
risques potentiels qu’il pourrait poser, conformément aux termes de cette loi; et
ii) c'est la demande de permis d'importation qui déclenche l'évaluation des risques
et celle-ci ne s'effectuera pas automatiquement chaque fois qu'un nouvel
organisme génétiquement modifié est déposé au Centre d'échanges.
·  Evaluer ou examiner l'évaluation des risques sur les OGM ou les produits dérivés
d'OGM. Lorsqu'un organisme génétiquement modifié ou un produit d'organisme
génétiquement modifié doit être importé, les coûts seront supportés par l'exportateur ;
·  Prendre à l'échelle nationale et internationale, notamment en faisant appliquer la loi
nationale sur la biosécurité et le Protocole de Cartagena sur la Prévention des risques
biotechnologiques, les mesures judiciaires requises pour protéger la santé et
l'environnement contre les risques que peuvent poser les organismes génétiquement
modifiés ou leurs produits ;
·  Recourir au service d’agent assermentés et techniquement expérimentés pour
entreprendre des inspections ainsi que d'autres mesures de contrôle afin d'assurer le
respect de la législation ;
·  Assumer toute autre fonction susceptible d'être déterminée par le gouvernement, etc.
III.4.2.4. Comité scientifique et technique de biosécurité
Le Comité Scientifique et Technique de Biosécurité est un organe technique et
scientifique qui assiste l’ANC dans la réalisation de sa mission de biosécurité en
biotechnologie moderne. Sur le plan pratique et au regard de la dimension du pays, il est
nécessaire que le comité soit doté d’un laboratoire de référence et d’autres laboratoires
d’analyse.
En sa qualité de conseil de l’ANC, il sera notamment chargé de :
 Définir et réviser, suivant l’évolution des connaissances scientifiques, les procédures
d’évaluation et de gestion des risques des OGM et des produits dérivés ;
 Proposer des normes, indications et règles nécessaires à l’application de la législation
nationale sur la prévention et la gestion des risques biotechnologiques ;
 Evaluer ou apprécier les rapports d’évaluation des risques des OGM et des produits
dérivés avant toute importation, utilisation confinée, dissémination volontaire, mise en
marché en RDC ;
 Evaluer les projets de recherche et recommander les conditions de leur réalisation ;
80
 Elaboration et réviser les directives relatives à l’utilisation en milieu confiné des OGM
et aux procédures de contrôle applicables en fonction du niveau estimé des risques liés
aux activités de recherche, de développement et de dissémination de ces OGM ;
 Assister l’ANC dans l’organisation et la conduite des consultations du public ;
 Donner les avis scientifiques et techniques sur les demandes d’importation,
d’utilisation confinée, de dissémination ou de mise sur le marché des OGM ou d’un
produit dérivé d’OGM et donner quitus à l’autorité compétente pour prendre la
décision.
Le Comité Scientifique et Technique de Biosécurité sera composé des spécialistes
issus des institutions publiques, du secteur privé, des ONG, des universités et centres de
recherches et d’autres personnes ressources ayant une expérience ou pouvant avoir des
compétences avérées dans les disciplines liées à la biotechnologie moderne (évaluation et
gestion des risques, législation et réglementation, recherche et développement, renforcement
des institutions, sciences sociales et économiques, sensibilisation et participation du public,
enseignement et formation, etc).
III.4.2.5. Centre d’échanges d’informations sur la Prévention des risques biotechnologiques
Ce centre est chargé de la collecte et des échanges de toutes les informations
scientifiques, techniques, écologiques, juridiques, les transferts transfrontaliers d’OGM, ainsi
que les mécanismes nationaux de prévention des risques biotechnologiques de même que
l’évaluation et la gestion de tels risques.
Il devra à ce titre et sous la supervision de l’ANC :
 Collecter, stocker et analyser les données scientifiques, environnementales, techniques
et juridiques ;
 Assurer la communication avec le Centre international d’échanges ;
 Faciliter l’accès aux informations relatives à la biosécurité en RDC ;
La gestion de ce centre sera assurée par un expert nommé par l’ANC en fonction
de ses compétences et expériences avérées dans le domaine de la biosécurité.
81
IV - SYSTÈME D’ÉVALUATION ET DE GESTION DES RISQUES
BIOTECHNOLOGIQUES ET PROCÉDURE DE PRISE DE
DÉCISION
IV.1. Introduction et définitions
Le risque peut être défini comme la probabilité pour un organisme libéré dans
l’environnement de causer des dommages. Il comprend deux éléments : les conséquences
d’un événement spécifique (effets défavorables potentiels, y compris leur importance) et la
probabilité que cet événement se produise.
Au regard de ce qui précède, les autorisations relatives aux OGM, y compris les
semences, ainsi que les denrées alimentaires et des aliments pour bétail produits à partir des
OGM seront fondées sur le résultat de l’évaluation des risques. A ce sujet, la législation
nationale devra comporter des dispositions relatives à l’évaluation et à la gestion des risques.
IV.1.1. Evaluation des risques
L’évaluation des risques vise à réduire ou à prévenir des effets défavorables
potentiels pour l’environnement. Elle permet de prendre des décisions sur les mouvements
transfrontaliers des OGM en connaissance de cause.
L’évaluation des risques devra en principe se faire conformément aux normes
d’études d’impact environnemental définies dans le cadre de la Loi Cadre sur la Protection de
l’environnement. Ces normes devront permettre d’évaluer l’impact éventuel des pratiques des
biotechnologies sur l’environnement, la biodiversité et la santé, etc.
Les coûts de l’évaluation des risques sont pris en charge par l’auteur de la
notification.
IV.1.2. Gestion des risques
La gestion des risques est une exigence de l’article 16 du Protocole lequel invite
les États Parties à mettre en place et à appliquer des mécanismes, des mesures et des
stratégies appropriés pour réglementer, gérer et maîtriser les risques définis par les
dispositions du Protocole relativement à l’évaluation des risques associés à l’utilisation, à la
manipulation et aux mouvements.
Pour préserver la diversité biologique, la santé humaine et les tissus
socioéconomiques des effets pervers d’éventuels accidents consécutifs à l’utilisation des
biotechnologies modernes, des OGM et des produits dérivés, la Loi nationale de biosécurité
prévoit des dispositions conférant à l’ANC les pouvoirs nécessaires pour:
 Elaborer, maintenir et utiliser une stratégie spécifique du domaine ;
 Imposer toutes les mesures nécessaires pour atténuer les effets négatifs : schémas de
gestion des risques ;
82
 Etre habilitée à demander au notifiant qu’il soumette l’OGM à une période
d’observation pour étudier son cycle de vie ou sa période de génération avant et après
toute utilisation ;
 Etre en mesure d’ordonner l’arrêt de toute utilisation d’OGM ou produit dérivé
reconnu pour des effets pervers pour la santé, la biodiversité et les tissus
socioéconomiques ;
 Ordonner la saisie et la destruction des OGM et produits dérivés concernés.
IV.2. Orientations techniques pour les mécanismes d’évaluation et de gestion des risques
biotechnologiques
Le Cadre national de biosécurité de la RDC propose qu’aucune décision
d’importation, d’utilisation confinée, de dissémination ou de mise sur le marché d’un
organisme génétiquement modifié ou d'un produit dérivé d'organisme génétiquement modifié
ne soit prise par l’Autorité Nationale Compétente sans évaluation préalable des risques de
l’OGM pour la santé humaine, la diversité biologique et l’environnement, notamment ses
conséquences socio-économiques et culturelles suivant les méthodes déjà discutées. Les
institutions de recherche scientifiques engagées dans le processus doivent orienter ou guider
la décision de l’autorité nationale compétente.
L’évaluation des risques liés à un organisme génétiquement modifié ou à un
produit dérivé d'organisme génétiquement modifié sera effectuée par l’Autorité Nationale
Compétente a travers les institutions ayant la compétence requise. L’Autorité Nationale
Compétente devra examiner ou faire examiner le rapport d’évaluation des risques et, en
fonction des résultats, statuer sur la demande d’importation, d’utilisation confinée, de
dissémination ou de mise sur le marché d’un organisme génétiquement modifié ou d'un
produit dérivé d'organisme génétiquement modifié. La réglementation de l’importation des
OGM, et produits dérivés doivent se faire suivant les dispositions prévues dans le Cadre
national de biosécurité et dans la Loi nationale de biosécurité. Si, suite à l’examen, il
apparaît que les risques sont inévitables, l’ANC ne peut autoriser l’importation, l’utilisation
en milieu confiné, de la dissémination ou de la mise en marché de l’OGM ou du produit
dérivé d’OGM. Pour ce qui est de la gestion des risques, l'ANC développe, maintient et utilise
en cas de besoin, une stratégie visant à contenir les accidents d'ingénierie génétique ou
dérivant de l'utilisation d'organismes génétiquement modifiés et de leurs produits dérivés
susceptibles de mettre en danger la santé humaine, la diversité biologique et l'environnement.
L'ANC peut prendre toutes les mesures nécessaires pour atténuer des effets
négatifs qu'un OGM ou un produit dérivé d'OGM pourrait avoir sur la santé humaine, la
diversité biologique et l’environnement, ainsi que sur l’environnement socio-économique.
L’ANC pourra également:
 demander que tout organisme génétiquement modifié soit soumis à une période
d’observation pour étudier son cycle de vie ou sa période de génération, aux frais du
notifiant, avant et/ou après toute utilisation ;
 ’interdire l’importation, l’utilisation en milieu confiné, la dissémination ou la mise sur
le marché de tout organisme génétiquement modifié ou produit dérivé d'organisme
génétiquement modifié, si ses caractéristiques ou ses traits spécifiques entraînent des
risques inacceptables pour la santé humaine, la diversité biologique, l’environnement,
les conditions socio-économiques et culturelles ;
83
 Ordonner l’arrêt de toute utilisation faite en violation des dispositions prévues par la
Loi nationale de biosécurité.
IV.2.1. Considérations générales
Aux termes de l’article 15 du Protocole de Cartagena, les évaluations des risques
entreprises en vertu dudit Protocole le sont selon des méthodes scientifiques éprouvées,
conformément à l’annexe III et en tenant compte des méthodes d’évaluation des risques
reconnues. Ces évaluations des risques s’appuyant au minimum sur les informations fournies
conformément à l’article 8 et sur d’autres preuves scientifiques disponibles permettant de
déterminer et d’évaluer les effets défavorables potentiels des organismes vivants modifiés sur
la conservation et l’utilisation durable de la diversité biologique, compte tenu également des
risques pour la santé humaine.
Ainsi, l’élaboration des directives techniques est indispensable pour rendre
opérationnel le cadre juridique de la biosécurité et formaliser les mécanismes d’évaluation et
de gestion des risques biotechnologiques. Le processus de définition de ces mécanismes devra
prendre en compte l’analyse faite sur la situation en matière de biotechnologies modernes et
de biosécurité en RDC mais aussi en fonction des directives du PNUE, des dispositions du
Protocole de Cartagena sur la Prévention des risques biotechnologiques et des directives
d’autres pays ayant une bonne expérience dans ces domaines.
L’élaboration des directives relatives à la dissémination volontaire et à
l’utilisation en milieu confiné des OGM doit prendre en compte les considérations de base ciaprès
:
IV.2.1.1. Dissémination volontaire des OGM
Pour assurer la protection de l’environnement et de la santé humaine, les
considérations ci-après doivent être prises en compte relativement à la dissémination
volontaire des OGM:
 la nécessité d’instaurer des procédures et des critères harmonisés au niveau national et
régional dans le domaine de dissémination volontaire des OGM;
 la nécessité de procéder à une évaluation préalable avant toute dissémination (méthode
cas par cas) ;
 le respect du processus d’introduction progressive dans l’environnement d’OGM (le
principe d’une progression par étapes où l’évaluation des étapes antérieures servira à
autoriser ou non les activités suivantes) ;
 la réalisation d’essais satisfaisants sur le terrain, notamment dans les écosystèmes
susceptibles d’être affectés par utilisation, en cas d’interdiction de mise en marché
d’OGM ;
 le respect de la procédure d’autorisation préalablement établie de mise en marché
d’OGM et de produits dérivés d’OGM;
 le respect de la procédure de notification (informations sur les risques, les mesures de
sécurité) ;
 l’obtention du consentement de l’Autorité Nationale Compétente avant toute
dissémination volontaire d’OGM ;
84
 la nécessité d’établir et d’entretenir, en concertation avec les pays de la sous-région,
des mécanismes d’échanges d’informations sur les disséminations volontaires d’OGM
notifiés ;
 le suivi de près de l’évolution et de l’utilisation des OGM et la publication de la liste
de tous les produits autorisés en application de la législation en vigueur.
IV.2.1.2. Utilisation en milieu confiné
En cas d’utilisation des OGM en milieu confiné, les éléments ci-après doivent être
pris en compte :
 le principe de l’action préventive et le principe de précaution comme fondements des
actions de protection de l’environnement et de la santé humaine ;
 les avantages potentiels du développement de la biotechnologie moderne pour la
RDC ;
 limitation des effets en accordant une attention requise à la prévention des accidents et
à la gestion des déchets ;
 la possibilité pour les OGM de se reproduire et de se répandre au-delà des frontières
nationales pour ainsi affecter d’autres Etats voisins ;
 l’adoption des mesures harmonisées pour l’évaluation et la gestion des risques ;
 la classification des OGM en fonction du niveau de risques ;
 l’application des mesures adéquates de confinement aux différentes étapes d’une
opération afin de maîtriser les fuites et de prévenir tout accident ;
 l’obtention de l’accord de l’ANC avant toute utilisation d’OGM dans une installation
particulière ;
 la prise des mesures adéquates relatives à l’information de l’ANC et de toute personne
susceptibles d’être affectée par un accident (tous les aspects se rapportant à la sécurité)
 l’établissement des plans d’urgence afin de réagir efficacement en cas d’accident.
IV.2.2. Méthodes générales d’évaluation et de gestion des risques
L’évaluation des risques biotechnologiques concerne :
 d’une part, le processus de développement des OGM et des produits dérivés d’OGM, y
compris la recherche dans les laboratoires, l’essai pilote, la dissémination dans
l’environnement, la commercialisation et les mouvements de transferts des OGM ;
 d’autre part, les catégories d’OGM et produits dérivés, y compris les animaux et les
microorganismes génétiquement modifiés et leurs dérivés.
A cet égard, la procédure d’évaluation des risques biotechnologiques devra, tout
en tenant compte du contexte national et international, prendre en compte la familiarité des
OGM, l’approche étape par étape, l’approche cas par cas et la gestion de la biosécurité par
classement des niveaux des risques.
Concernant particulièrement la gestion de la biosécurité par classement des
niveaux des risques, il convient de noter qu’en raison du caractère multiforme des risques
potentiels des OGM et produits dérivés, leur développement, production et utilisation
exposent l’environnement et la santé humaine et animale, les tissus socioéconomiques et leurs
valeurs culturelles à des niveaux de risques variables.
85
Ainsi, les projets de biotechnologie moderne pourront être classées en quatre
niveaux de risques comme suit :
 Niveau de risques I : les projets de biotechnologie moderne reconnus comme ne
présentant pas de risques pour la santé humaine et/ou animale, la biodiversité, les
tissus socioéconomiques et/ou les valeurs ;
 Niveau de risques II : les projets de biotechnologie moderne reconnus comme
présentant des risques mineurs pour la santé humaine et/ou animale, la biodiversité,
les tissus socioéconomiques et/ou les valeurs ;
 Niveau de risques III : les projets de biotechnologie moderne reconnus comme
présentant de risques légers pour la santé humaine et/ou animale, la biodiversité, les
tissus socioéconomiques et/ou les valeurs
 Niveau de risques IV : les projets de biotechnologie moderne reconnus comme
présentant de risques certains ou à probabilité élevée pour la santé humaine et/ou
animale, la biodiversité, les tissus socioéconomiques et/ou les valeurs.
IV.2.3. Composantes essentielles des évaluations de risques biotechnologiques
En ce qui concerne les composantes essentielles de l’évaluation du risque
biotechnologique, les principaux points portent essentiellement sur les différentes formes
d’utilisation des OGM, à savoir l’utilisation en milieu confiné et en cas de dissémination
volontaire. Le présent Cadre national de biosécurité de la RDC entend tirer avantage des
acquis du Protocole de Cartagena sur la Prévention des risques biotechnologiques pour asseoir
sa politique d’évaluation et de gestion du risque biotechnologique. Pour cela, l’évaluation des
risques comportera les étapes suivantes:
 Identification de toutes les nouvelles caractéristiques génotypiques et phénotypiques
liées à l’OGM qui peuvent avoir des effets défavorables sur la diversité biologique
dans le milieu récepteur potentiel probable, et comportant aussi des risques pour la
santé humaine et animale et l’environnement ;
 Evaluation de la probabilité que ces effets défavorables surviennent, compte tenu du
degré et du type d’exposition du milieu récepteur potentiel probable de l’OGM ;
 Evaluation des conséquences qu’auraient ces effets défavorables s’ils survenaient ;
 Estimation du risque global présenté par l’OGM sur la base de l’évaluation de la
probabilité de survenance des effets défavorables repérés et de leurs conséquences ;
 Une recommandation indiquant si les risques sont acceptables ou gérables, y compris,
au besoin, la définition de stratégies de gestion de ces risques ; et
 Lorsqu’il existe des incertitudes quant à la gravité du risque, on peut demander un
complément d’information sur des points précis préoccupants, ou mettre en oeuvre des
stratégies appropriées de gestion des risques et/ou contrôler l’OGM dans le milieu
récepteur.
Il sied de noter que les données les plus importantes pour l’accomplissement des
différents aspects de l’évaluation des risques biotechnologiques sont les caractéristiques des
OGM impliqués (organismes parents, organismes aux caractères nouveaux, vecteurs, etc) et
les informations relatives à l’utilisation des OGM (disséminations volontaires, utilisation
confinée, utilisation des produits dérivés des OGM). Un accent particulier doit être mis sur les
effets négatifs et leurs conséquences sur la santé humaine et animale et l’environnement.
86
IV.2.4. Les méthodes d’évaluation des risques relatives aux produits pharmaceutiques
génétiquement modifiés
Le Cadre national de biosécurité de la RDC, tenant compte de la spécificité de
l’évaluation des risques biotechnologiques liés aux produits pharmaceutiques consistant en
des OGM, a opté pour le recours à une méthode spécifique pour aborder la problématique
reliée à de tels produits.
La méthode d’évaluation des risques dont il est question tient compte de la
catégorie d’OGM en jeu mais aussi des modalités de développement de l’OGM ainsi que du
processus de production des microorganismes potentiels pathogènes impliqués. Enfin, la
méthode met l’accent sur le critère de qualité et veille aux exigences de la méthodologie en
soi ainsi qu’aux procédures de l’évaluation des risques et aux voies et moyens d’utilisation de
l’OGM par l’être humain.
IV.2.5. Approches et méthodes d’évaluation des risques biotechnologiques liés à la
consommation et à l’utilisation des OGM et autres produits dérivés d'animaux
consistant en des OGM
Toute allergie et autre réaction due à la consommation des aliments et produits
dérivés d’OGM devrait être surveillé. Il nécessaire de procéder à la fois à l’identification et à
la caractérisation des dangers dans le contexte des produits alimentaires complexes. Le
présent Cadre national de biosécurité prévoit la création d’une structure nationale dans un
centre de recherche dont la vocation sera de faire une bonne analyse des risques de
l’utilisation des produits OGM consistant en des OGM en procédant aux étapes suivantes de
l’identification et de caractérisation des dangers :
IV.2.5.1. Caractérisation moléculaire
Les structures de la recherche devront effectuer une caractérisation moléculaire
générale de la construction génétique insérée, à la fois avant et après l'insertion. La
caractérisation moléculaire devra en outre comprendre une analyse du nombre de copies et
une analyse des séquences des régions contiguës du site d'insertion afin de repérer tout effet
non intentionnel. L’équipement des structures nationales en matériel adéquat devrait faciliter
cela.
Les techniques de la Réaction de Polymérisation en Chaîne ou Polymerase Chain
Reaction (PCR) permettent de découvrir la présence d’un gène étranger par amplification de
celui-ci car tout gène est entouré d’un promoteur (séquence d’ADN qui initie la lecture du
gène) et d’un terminateur (séquence d’ADN qui marque la fin de la lecture). La technique du
PCR recourt à des kits de détection. Les amorces universelles que ceux-ci contiennent
reconnaissent et se fixent sur les séquences promoteur et terminateur. Après hybridation,
l’enzyme du kit se met au travail et fait de nombreuses copies du gène compris entre ces deux
amorces. Lorsque les réactions sont terminées, le résultat est déposé dans un gel révélateur. Si
une bande apparaît, le résultat est positif : présence d’un gène étranger dans le patrimoine
génétique testé. Le cas contraire montre en principe que l’ADN en question n’a pas subi de
modification génétique délibérée. Les institutions scientifiques nationales devront recourir à
87
de telles approches pour certifier le caractère recombinant ou l’intégrité de l’ADN tant au
niveau du règne végétal que du règne animal.
IV.2.5.2. Sécurité sanitaire du produit génique
La sécurité sanitaire liée aux produits des gènes (protéines et enzymes) doit être
évaluée au cas par cas. L'évaluation des protéines nouvelles devrait s'appuyer sur les
connaissances courantes des substances toxiques. Dans le meilleur des cas cette évaluation
nécessitera de comprendre au préalable, une recherche d'homologie de séquences avec des
toxines connues, et sur la fonction de la protéine nouvelle. Dans le cas de protéines inconnues,
une procédure complète de vérification classique de l'absence de toxicité devra faire partie de
l'évaluation. Le séquençage du génome est un outil important pour faciliter cette évaluation.
IV.2.5.3. Allergénicité des produits de transgènes
Les allergies contractées suite à la consommation de protéines transgéniques tant
des produits OGM animaux que des produits OGM végétaux devront faire l’objet d’une
attention particulière dans le contexte du commerce des produits en RDC. Il faudra évaluer si
les protéines nouvellement synthétisées possèdent des propriétés toxicologiques ou
allergéniques modifiées chez l’animal ou l’être vivant qui a consommé ce dérivé d’OGM chez
l’animal ou l’être humain.
Les structures nationales de recherche devront établir le degré d'allergénicité des
produits issus de la biotechnologie moderne qui seront introduits dans les marchés nationaux à
travers les différents circuits commerciaux. Ce genre de travail devra être suivi de la
publication des résultats sur la source du gène, l’homologie de séquences, les résultats des
analyses des sérums de patients connus pour être allergiques à l'organisme ou a l’aliment
source ou à des sources apparentées éloignées, la résistance à la pepsine et la prévalence du
caractère.
IV.2.5.4. Transferts de gènes
La recombinaison d’ADN peut consister en un processus horizontal lorsque le
gène ou le promoteur impliqués proviennent d’une source virale. Dans un tel cas de figure la
construction de l’ADN utilisé pour la modification de l’OGM doit faire l’objet d’une étude
que celui-ci soit de règne animal ou de règne végétal. De plus, les matériaux dérivés d'un hôte
bactérien ne peuvent contenir des fragments supplémentaires d'ADN qui n'ont aucun rapport
avec le gène ciblé. L'introduction par inadvertance de telles séquences dans la lignée
germinale d'un animal ou d’un végétal génétiquement modifié risque non seulement de créer
des dégâts génétiques accidentels, mais aussi de contribuer, par recombinaison, à la création
de nouveaux virus infectieux. Par conséquent les structures nationales de recherche devront
tout faire pour résoudre ce problème en l’attaquant avec fermeté au cours de la phase de mise
en oeuvre du Cadre national de biosécurité de la RDC. L'évaluation de la sécurité sanitaire et
alimentaire de la construction génétique devra aussi inclure les gènes marqueurs. Les gènes
marqueurs couramment employés sont des gènes qui codent pour la résistance aux
antibiotiques. L'évaluation des risques de ces gènes détectables devrait porter sur le transfert
de ces gènes aux microorganismes résidant dans le tractus digestif de l'homme ou de l'animal.
88
Toutefois, comme il n'est pas possible d'exclure totalement un tel transfert,
l'évaluation de la sécurité devrait aussi analyser les informations sur le rôle de l'antibiotique
dans la médecine humaine et vétérinaire.
IV.2.5.5. Effets non intentionnels
De manière générale, l'analyse nutritionnelle qui permet de détecter les effets non
intentionnels d’un produit est réalisée à l'aide de méthodes scientifiques éprouvées et
reconnues. Les stratégies d'analyse nutritionnelle des produits alimentaires dérivés d'animaux
génétiquement modifiés ne diffèrent pas fondamentalement de celles employées pour les
végétaux, qui consistent à identifier et à analyser les substances essentielles par espèce. En
outre, pour pouvoir interpréter convenablement les données résultant de l'analyse
nutritionnelle d'un produit donné d'origine animale, il conviendra de connaître la variation
naturelle des macro, micro et, le cas échéant, anti-nutriments. Les analyses devront permettre
de déceler les differences génomiques, protéomiques et métabiologiques d’une part les
animaux et les plantes génétiquement modifiés et d’autre part les animaux et les plantes
biologiques de référence pour ce qui concerne, respectivement, les produits de transcription
des gènes, les protéines et les métabolites.
IV.2.5.6. Evaluation de l’ingestion alimentaire
L'étude de l'ingestion alimentaire a pour but d'évaluer la quantité d'un aliment ou
d'un ingrédient alimentaire qu'une personne ou un groupe de population peut consommer. Il
n'existe jusqu'ici pas de critères exactement définis quant aux facteurs à prendre en
considération dans une étude d'ingestion alimentaire avant la mise en marché d'un produit
alimentaire nouveau et complexe tel que les OGM. Cependant, les structures nationales de
recherche se doivent d’estimer les habitudes de consommation de certains groupes de
consommateurs. L'étude de l'ingestion alimentaire devra s'appuyer non seulement sur les
données disponibles concernant la consommation, mais aussi sur la connaissance que nous
avons de la biodisponibilité des composants alimentaires étudiés. Des modèles mathématiques
probabilistes d'intégration de la consommation et de la distribution des aliments peuvent, dans
des cas déterminés, être utilisés de manière comparative pour estimer plus précisément
l'ingestion future.
IV.2.5.7. Evaluation toxicologique intégrée
Après la phase d'identification et de caractérisation des dangers et d'étude de
l'ingestion alimentaire, une évaluation toxicologique intégrée combinera toutes les
informations relatives à la sécurité sanitaire des denrées alimentaires complexes issues
d'animaux et végétaux génétiquement modifiés. Cette évaluation devra déterminer quelles
sont les questions de sécurité sanitaire pouvant nécessiter des études supplémentaires, y
compris des études de toxicité classiques. Par exemple, étudier l’élévation de la teneur en
protéines de certains aliments et animaux ayant consommés le produit. Les structutes
nationales de recherche scientifiques et universitaires devraient être capables de déterminer
tout cela.
89
IV.2.5.8. Evaluation nutritionnelle intégrée
Les micronutriments sont les vitamines et les sels minéraux indispensables au
fonctionnement physiologique et biochimique normal. La carence aussi bien que l'excès d'un
micronutriment peuvent provoquer des problèmes de santé, ce qui souligne l'importance de
cette catégorie de composés. Les macronutriments, qui comprennent les lipides, les protides et
les glucides, sont présents dans l'alimentation en quantités importantes. L'évaluation du
facteur de remplacement d'importantes sources animales de micronutriments et de
macronutriments par des produits dérivés d'animaux transgéniques prend donc une
importance capitale dans l'éventualité d'une modification des teneurs en nutriments. La
biodisponibilité des micronutriments et des macronutriments importants présents dans les
tissus provenant d'animaux et de végétaux génétiquement modifiés est aussi une tâche
cruciale à laquelle doivent faire face les institutions nationales compétente en la matière.
IV.2.5.9. Caractérisation des risques
La caractérisation des risques est l'étape finale du processus d'évaluation des
risques biotechnologiques en RDC, et elle consiste à intégrer les résultats des évaluations
toxicologique et nutritionnelle complètes afin de dégager une conclusion générale sur la
sécurité sanitaire du produit alimentaire. Le critère de base de l'innocuité d'un aliment
nouveau dérivé d'OGM, y compris les animaux transgéniques, devra dans tous les cas être la
conclusion que ce produit est génétiquement similaire au produit traditionnel de référence.
Les institutions nationales de recherche scientifiques devront publier des résultats similaires
pour aider l’Office congolais de contrôle à connaître les standards des aliments importés ou
vendus sur les marchés nationaux. Un guide aux importateurs des produits de consommation
devrait être produit et distribué à tous les importateurs.
IV.2.5.10. Surveillance après la mise en marché
Le recours à la surveillance après la mise en marché comme instrument
d'acquisition de renseignements sur les effets possibles à long terme ou les effets inattendus,
néfastes ou bénéfiques, des aliments dérivés d'animaux génétiquement modifiés ou
traditionnels suscite la réflexion. En ce qui concerne les substances médicamenteuses dérivées
d'animaux transgéniques, les systèmes existants de pharmacovigilance seront appliqués pour
suivre tout effet secondaire imprévu et non intentionnel des substances médicamenteuses
isolées. Il en a été de même dans le cadre vétérinaire pour l'animal génétiquement modifié luimême
lorsqu'il a été modifié pour la production de substances hormonales ou de substances
prophylactiques: les systèmes de pharmacovigilance pourraient contribuer à détecter des
effets secondaires indésirables du produit d'expression introduit dans l'animal génétiquement
modifié qui n'auraient pas été détectés dans la phase préalable à la commercialisation.
À cette fin, les animaux génétiquement modifiés devraient alors être inclus dans
les systèmes de gestion acceptée par les ministères de tutelle en l’occurrence les ministères de
l’Agriculture, de la Santé et de l’Environnement. Afin de permettre aux consommateurs
d'établir un lien entre des effets indésirables, par exemple allergènes, et un produit alimentaire
dérivé d'un animal transgénique, il peut s'avérer nécessaire non seulement d'étiqueter le
produit comme étant dérivé d'un animal génétiquement modifié, mais aussi de fournir des
90
informations sur l'origine spécifique de l'animal génétiquement modifié, par exemple en
ajoutant sur l'étiquette le code d'identification spécifique d'un acte d'intégration unique.
IV.2.6. Orientations techniques pour les mécanismes de contrôle de gestion des risques
biotechnologiques
Les mesures de contrôle doivent être appliquées en fonction de la nature de
l’utilisation des OGM, porter sur les aspects physique, chimique et biologique. De différentes
mesures ou des mesures combinées doivent être adoptées dans le processus de développement
des OGM et des produits dérivés par rapport à leurs différents niveaux de risques et selon les
différentes phases des cycles de vie.
IV.2.6.1. Contrôle des mesures physiques dans les études de laboratoire
Pour assurer le contrôle des mesures physiques dans les études de laboratoire, il
est nécessaire de :
 disposer des équipements adéquats en fonction des objectifs de la recherche à
différents niveaux de l’expérimentation;
 disposer d’une planification du laboratoire, laquelle sera établie par rapport à la cible
de l’expérimentation et des exigences de différents niveaux de risques ;
 adopter des règles d’opération de laboratoire : les guides d’opération seront adoptés
par rapport aux niveaux des risques des cibles de l’expérience.
IV.2.6.2. Contrôle de l’essai pilote et de la dissémination dans l’environnement
Des mesures de contrôle seront définies en fonction du niveau de risques :
 Mesures de contrôle de niveau de risques I : adoption d’une séparation biologique
générale pour limiter l’expérience à une classe définie ;
 Mesures de contrôle de niveau de risques II :
 Mesures de contrôle physique : adoption de mesures appropriées de séparation
pour assurer le contrôle de l’entrée des êtres humains et des animaux et
installation de filet pour prévenir l’entrée des insectes.
 Mesures de contrôle chimique : après le test, les instruments et équipements
utilisés ainsi que le vecteur devront être stérilisés à temps pour éviter la
dissémination accidentelle des OGM;
 Mesures de contrôle biologique : des zones tampons biologiques seront
établies en vue d’éviter tout contact avec d’autres organismes apparentés.
 Mesures de contrôle de risques III :
 Mesures de contrôle physique : adoption des mesures appropriées pour interdire
l’accès aux personnes, animaux et véhicules étrangers en fonction des différents
objectifs de l’expérience;
 Mesures de contrôle chimique : après expérimentation, les instruments et les
équipements utilisés seront stérilisés à temps pour éviter la sortie des OGM hors de
la zone d’expérimentation. Les herbicides, les insecticides, les fongicides et les
91
prédateurs biologiques peuvent être utilisés pour éliminer les plantes, les insectes,
les microorganismes et les animaux qui pourraient menacer l’expérience
 Mesures de contrôle biologique : adoption des mesures de séparation plus efficaces
en vue d’éviter les interactions entre les OGM et les organismes apparentés.
 Mesures de contrôle de niveau de risques IV : outre les mesures de contrôle de niveau
III, adoption des mesures spécifiques de contrôle par rapport aux variétés spécifiques
des OGM, aux buts de la dissémination et aux conditions de l’environnement de la
dissémination.
IV.2.6.3. Gestion des risques des produits pharmaceutiques génétiquement modifiés
Le Ministère en charge de la Santé et l’ANC devront définir les mesures de
gestion des risques des produits pharmaceutiques génétiquement modifiés.
Ces mesures devront prendre en compte certaines exigences, notamment :
 Obligation de respecter les règlements spécifiques régissant le personnel,
l’environnement, les instruments et les équipements d’expérimentation dans ce
domaine ;
 Les conditions d’expérimentation de ces produits doivent être conformes aux règles
régissant la qualité des produits pharmaceutiques avant l’utilisation clinique. A cet
effet, le Ministère en charge de la Santé doit préalablement approuver la recherche et
le test clinique, en particulier les recherches sur les effets des médicaments et la
toxicologie ;
 La production de ces produits doit respecter les normes concernant la qualité de la
production pharmaceutique;
 Toute activité de recherche dans ce domaine doit être soumise à des autorisations
préalables du Ministère en charge de la Santé et de l’ANC ;
 Le traitement à base de ces produits doit strictement suivre les principes de traitement
cliniques.
IV.2.7. Orientations techniques relatives à la surveillance de la dissémination des OGM
dans l’environnement
La surveillance de la dissémination dans l’environnement des OGM devra porter
entre autres sur la survie, la propagation et la dispersion des OGM dans l’environnement, le
potentiel de reproduction excessive de la population, les risques de la contamination génétique
et la dissémination anarchique des OGM.
A ce propos, les éléments ci-après devront justifier la surveillance des impacts des
OGM sur l’environnement :
 les impacts potentiels des OGM sur les écosystèmes, en particulier leurs impacts
potentiels sur des espèces clefs, rares, uniques et/ou menacées de l’environnement
receveur, sur les microorganismes du sol et les cycles biologiques et chimiques de la
terre et les réponses de tout organisme dans l’environnement selon qu’il soit réceptif,
repoussant ou tolérant aux gènes disséminés ;
 les impacts potentiels sur les organismes ciblés ou non : l’infection, la toxicité, le
potentiel d’envahissement, le vecteur pathogène, la sensibilité et la transmissibilité, les
92
impacts prouvés ou potentiels sur d’autres organismes dans l’environnement et la
possibilité de fuite de gènes après la dissémination ;
 les risques de l’évolution des animaux nuisibles résistants vers des gènes antiparasites
: les risques causés par interaction entre les OGM.
En ce qui concerne la surveillance de la nature pathogène des OGM sur les êtres
humains et autres organismes, les facteurs suivants devront être pris en compte :
 les infections ou maladies causées par les OGM ;
 le degré de l’infection ;
 la classification des hôtes et les possibilités de mutation ou de changement ;
 la possibilité d’existence dans un milieu autre que le corps humain ;
 les vecteurs ou voies de propagation ;
 la stabilité biologique ;
 le modèle de résistance des gènes résistants ;
 la toxicité et la sensibilité ;
 les dangers du métabolite.
En ce qui concerne l’organisation et la gestion de la surveillance, elles peuvent
être conduites soit par l’utilisateur des OGM, soit par les institutions indépendantes du
Gouvernement, des organisations ou groupes cibles.
Dans le processus de surveillance, toutes les mesures efficaces possibles doivent
être prises pour contrôler les impacts accidentels et nuisibles identifiés des OGM sur la santé
humaine ou l’environnement. Un rapport de tels accidents ou impacts sera rapidement soumis
à l’ANC.
IV.3 – Procédure de prise de décision
La RDC entreprend, parallèlement au processus de développement du présent
Cadre national sur la biosécurité, des activités de rédaction d’une législation nationale sur la
biosécurité relativement à l’importation, l'exportation, le transit, l’utilisation confinée, la
dissémination ou la mise sur le marché de tout organisme génétiquement modifié que celui-ci
soit destiné à être disséminé dans l'environnement ou à être utilisé comme produit
pharmaceutique, denrée alimentaire, aliment pour bétail ou produit de transformation, ou qu’il
s’agisse tout simplement d'un produit dérivé d'organisme génétiquement modifié.
IV.3.1. Approche de précaution : fondement juridique de l’activité réglementaire en
biosécurité en RDC
IV.3.1.1. Accord préalable en connaissance de cause
La législation nationale en matière de biosécurité prévoit essentiellement
l’approche de précaution comme fondement juridique laquelle met de l’avant la procédure
d’accord préalable en connaissance de cause. L’accord préalable en connaissance de cause est
un accord obtenu sur la base d’une garantie du caractère complet des informations nécessaires
fournies sur l’OGM candidat à l’exportation ainsi que sur la base de l’entière responsabilité de
la Partie exportatrice sur l’activité envisagée avant tout démarrage de celle-ci.
93
En pratique, la procédure d’accord préalable en connaissance de cause représente
l’élément opérationnel central de l’approche législative congolaise en matière de biosécurité
et ce, conformément aux dispositions pertinentes du Protocole de Cartagena. Elle devra
permettre de garantir que soient fournies à l’ANC toutes les informations nécessaires à
l’évaluation des risques avant tout mouvement transfrontalier d’un OGM. Ceci permet à
l’ANC de prendre une décision en connaissance de cause.
Cette procédure s’applique uniquement avant le premier mouvement
transfrontalier d’organismes génétiquement modifiés destinés à être introduits
intentionnellement dans l’environnement en territoire Congolais. Les semences de plantes
transgéniques destinées à l’expérimentation en champ ou à la commercialisation à des fins
agricoles sont un exemple d’organismes génétiquement modifiés tombant dans cette
catégorie.
La procédure d’accord préalable en connaissance de cause conduit à
l’établissement d’un processus de prise de décision caractérisé par les phases ci-après : la
notification, l’accusé de réception, la prise de décision qui doit nécessairement être précédée
de l’évaluation des risques et de l’identification des dispositions pour la gestion des risques.
IV.3.1.2. Notification ou saisie de l’Autorité nationale compétente
Le Cadre national de biosécurité de la RDC, à l’instar de la Loi nationale sur la
biosécurité du pays, ont convenu de faire de la notification des demandes d’autorisations, une
obligation pour toute Partie et pour toute personne morale ou physique désireuses d’exporter
des OGM ou produits dérivés d’OGM en RDC. Celle-ci implique que l’exportateur doit
transmettre, directement ou par l’entremise de l’importateur à l’ANC une demande écrite
contenant une notification du mouvement transfrontalier souhaité. Consciente de l’importance
de ce défi de taille, la RDC s’applique à ancrer, dans sa législation nationale en la matière, le
principe de la responsabilité du notifiant notamment en ce qui concerne l’exactitude des
informations fournies sur les OGM. Il revient aussi à la RDC de veiller à ce que l’exportateur
des OGM se conforme au respect de l’obligation de la notification.
La notification doit respecter les exigences de l’article 8 du Protocole de
Cartagena et contenir au minimum les informations requises par l’annexe 1 dudit Protocole.
Elle devra donc comprendre les informations ci-après:
 Nom, adresse et coordonnées de l’exportateur ;
 Nom, adresse et coordonnées de l’importateur ;
 Nom et identité de l’organisme vivant modifié et son classement en fonction du degré
de sécurité biologique, dans l’Etat d’exportateur, s’il y a lieu ;
 Date ou les dates prévues du mouvement transfrontière si elles sont connues;
 Nom commun et taxonomie, point de collecte ou d’acquisition, et caractéristiques
pertinentes de l’organisme récepteur ou des organismes parents pour la prévention des
risques biotechnologiques ;
 Centre d’origine et centre de diversité génétique, lorsqu’ils sont connus, de
l’organisme récepteur et/ou des organismes parents et description des habitats où les
organismes peuvent persister ou proliférer ;
94
 Nom commun et taxonomie, point de collecte ou d’acquisition, et caractéristiques de
l’organisme ou des organismes donneurs pertinentes pour la prévention des risques
biotechnologiques ;
 Description du gène ou de la modification introduite, de la technique utilisée et des
caractéristiques de l’organisme vivant modifié qui en résultent ;
 Utilisation prévue de l’organisme vivant modifié ou des produits qui en sont dérivés ;
 Quantité et volume des OGM à transférer ;
 Rapport préexistant sur l’évaluation des risques qui soit conforme à l’annexe III du
Protocole de Cartagena ;
 Méthodes proposées pour assurer la manipulation, l’entreposage, le transport et
l’utilisation sans danger, y compris l’emballage, l’étiquetage, la documentation, les
méthodes d’élimination et les procédures à suivre en cas d’urgence, le cas échéant ;
 Situation de l’OGM au regard de la réglementation dans l’Etat d’exportation (par
exemple s’il est interdit dans l’Etat exportateur, s’il existe d’autres restrictions, ou si
sa mise en circulation générale a été autorisée) ; si l’OGM est prohibé dans l’Etat
exportateur, la ou les raisons de cette interdiction)
 Résultat et objet de toute notification de l’exportateur adressée à d’autres Etats en ce
qui concerne l’OGM à transférer ;
 Déclaration sur l’honneur attestant de l’exactitude des informations fournies.
L’obligation de notification incombe aussi à toute personne qui désire exercer des
activités relatives à la biotechnologie moderne sur le territoire national, notamment les
opérations d’importation, de transit, d’utilisation en milieu confiné, de dissémination ou de
mise en marché d’un OGM ou d’un produit dérivé d’OGM.
IV.3.1.3. Accusé de réception de la demande de notification par l’Autorité nationale
compétente
Le Cadre national de biosécurité de la RDC entend adopter une démarche
cohérente et conforme aux dispositions du Protocole de Cartagena en ce qui concerne, entre
autres, la question de l’accusé de réception des demandes de mouvements transfrontaliers
d’OGM et de produits dérivés d’OGM impliquant le pays. L’Autorité Nationale Compétente
devra, dans un délai maximum de 90 jours, envoyer un accusé de réception à l’auteur de la
notification en indiquant au notifiant :
 La date de réception de la notification, qui fait courir le délai de 270 jours nécessaire
pour prendre la décision ;
 Si les informations fournies répondent aux exigences du Protocole (ou de la législation
nationale) et sont suffisantes ;
 Des précisions sur les dispositions juridiques applicables à l’objet de la notification
sont des dispositions de la législation nationale ou celles prévues par l’article 10 du
Protocole.
L’accusé de réception indique à l’auteur de la notification les conditions
auxquelles est subordonné le mouvement transfrontalier intentionnel de l’OGM lorsque
l’ANC aura donné par écrit son consentement.
En aucun cas, le fait de pas accuser réception de la notification ne saurait être
interprété comme un consentement tacite de l’ANC à l’exécution du mouvement
transfrontalier en question. Le consentement devra, dans tous les cas, être écrit.
95
IV.3.1.4. Prise de décision par l’Autorité Nationale Compétente
La notification des demandes et l’accusé de réception de celles-ci constituent des
étapes importantes du processus normal de la prise de décision quant au sort à accorder au
désir d’un exportateur désireux de conduire des activités liées aux OGM et aux produits
dérivés d’OGM en territoire congolais. L’ANC dispose d’un délai de 270 jours pour prendre
une décision dans le cas d’un premier mouvement transfrontalier intentionnel d’OGM ou de
produit dérivé d’OGM.
En effet, la prise de décision par l’ANC doit être basée sur une évaluation des
risques prévue par l’article 15 du Protocole et dont l’objectif est d’identifier et d’évaluer les
effets défavorables potentiels des OGM pour la conservation et l’utilisation durable de la
diversité biologique, compte tenu également des risques pour l’environnement et la santé
humaine. Cette évaluation des risques sera effectuée selon des méthodes scientifiques
éprouvées, conformément à l’annexe III du Protocole. Elle doit être communiquée à l’auteur
de la notification ainsi qu’aux autres Etats par l’intermédiaire du Centre d’échanges sur la
Prévention des risques biotechnologiques.
L’ANC peut prendre l’une des décisions ci-après :
 Autoriser l’importation, avec ou sans condition, en tenant compte des résultas de
l’évaluation des risques effectuée par les institutions compétentes, et en indiquant si
cette décision s’appliquera ou pas aux importations ultérieures du même OVM ;
 Interdire l’importation ;
 Demander des renseignements pertinents supplémentaires conformément à la
législation nationale et à l’annexe 1 du Protocole;
 Informer l’auteur de la notification que la période spécifiée au présent paragraphe est
prolongée d’une durée définie.
Il sied de souligner que le fait que la RDC par son ANC ne communique pas sa
décision dans le délai de 270 jours ne signifie pas que la RDC consent à l’importation de
l’OGM ou du produit dérivé d’OGM candidats à l’exportation en territoire congolais.
D’ailleurs, dans certains cas, lorsque cela est nécessaire, le délai de 270 jours sera
prolongé et l’auteur de la notification en sera tenu informé. Ce sera le cas notamment lorsque :
 des informations supplémentaires seront demandées à l’auteur de la notification par
l’ANC ;
 l’ANC aura besoin d’un délai supplémentaire pour examiner le mouvement
transfrontière proposé d’un OGM.
IV.3.2. Spécificités de la procédure applicable aux mouvements transfrontaliers des OGM
destinés à être utilisés directement dans l’alimentation humaine ou animale ou à
être transformés
La procédure applicable aux mouvements transfrontaliers des organismes
génétiquement modifiés destinés à être utilisés directement pour l’alimentation humaine ou
animale ou à être transformés concerne essentiellement les produits agricoles non transformés
(maïs, colza, soja, blé, riz, et autres céréales). Le commerce des OVM de cette catégorie
96
d’OGM est aussi soumis à l’application de la procédure d’accord préalable en connaissance
de cause. Toute décision de la RDC approuvant l’utilisation sur son territoire national d’un
OGM susceptible d’être exporté comme produit agricole non transformé devra être
communiqué aux autres Etats dans un délai de 15 jours par l’intermédiaire du Centre
d’échanges pour la Prévention des risques biotechnologiques.
Ce faisant, la RDC par le moyen de son présent Cadre national de biosécurité et
de sa Loi nationale sur la biosécurité se lance dans un processus menant à la réponse aux
exigences de l’annexe 2 du Protocole en ce qui concerne les renseignements à fournir pour
tout OGM destiné à être utilisé directement pour l’alimentation humaine ou animale ou à être
transformé. Les envois d’aide alimentaire pouvant contenir du grain ou toute partie du végétal
ou de la plante susceptible de contenir de l’OGM devraient être moulu avant toute
distribution aux populations. Les envois d’aide en transit seront identifiés et étiquetés
conformément à la loi nationale.
Conformément à la recommandation de la SADC sur l’aide alimentaire contenant
des OGM, le Cadre National prévoit que leur entrée sur le territoire national devraient être
moulu soit soumise.
IV.3.3. Documentation accompagnant les mouvements transfrontaliers d’OGM et de
produits dérivés d’OGM
Les dispositions qui concernent la documentation accompagnant les mouvements
transfrontaliers d’OGM doivent permettre une identification sans équivoque des OGM dans
les envois.
Les exigences concernant le niveau de détail et l’étendue des informations
additionnelles à intégrer dans la documentation dépendent du type d’utilisation prévue pour
les organismes génétiquement modifiés concernés : utilisation en milieu confiné,
dissémination intentionnelle ou utilisation pour l’alimentation ou la transformation.
En général, la documentation accompagnant les mouvements transfrontaliers des
OGM pour une utilisation dans l’environnement doit, aux termes de l’article 18, paragraphe
2c du Protocole, contenir au minimum les informations suivantes :
·  une indication non équivoque que l’envoi contient des organismes génétiquement
modifiés ;
·  un code d’identification reconnu au niveau international, qui donne accès à une
banque de données contenant les informations pertinentes. Si un tel code n’est pas
disponible, alors des informations relatives à l’identité ainsi qu’aux traits et
caractéristiques de l’organisme génétiquement modifié devront être fournies dans la
documentation ;
·  les règles de sécurité particulières à observer pour la manipulation, l’entreposage, le
transport et l’utilisation des organismes génétiquement modifiés ;
·  les coordonnées de la personne ou de l’institution à contacter pour tout complément
d’informations, notamment en cas de problèmes ou d’accidents ;
·  les coordonnées du destinataire ;
·  une déclaration certifiant que l’exportation est conforme aux prescriptions du
Protocole applicables à l’exportateur. Par cette déclaration, l’importateur s’engage à
97
s’assurer que le matériel a fait l’objet d’une décision conforme aux exigences de la
procédure d’accord préalable en connaissance de cause.
IV.4. Schéma récapitulatif du mécanisme de prise de décision, d’évaluation et de gestion
des risques
Le Cadre national de biosécurité de la RDC met de l’avant un mécanisme de prise
de décision permettant à l’État, à titre de Partie à la Convention sur la diversité biologique et
au Protocole sur la biosécurité, de participer activement aux efforts déployés par la
Communauté internationale en faveur de la prévention du risque biotechnologique. Pour ce
faire, la RDC a opté pour un processus de prise de décision éclairé et transparent. Ainsi,
l’ANC, à qui revient de prendre la décision finale quant à la suite à accorder à toute demande
de mouvement transfrontalier est assistée dans ce mécanisme de prise de décision finale par le
Comité consultatif national de biosécurité (CCNB) et le Comité scientifique et technique de
biosécurité (CSTB). Le premier conduit une mission consultative au profit de l’ANC alors
que le second fournit à cette dernière les avis scientifiques et techniques à la base desquels
sont prises les décisions finales.
Pour exécuter efficacement sa mission, le CSTB devra fournir ses avis
scientifiques et techniques en fonction des niveaux de risques rappelés au point 3 ci-dessus.
C’est dans une telle démarche que la RDC entend encrer solidement les prérogatives de
l’ANC et sa mission ultime de veille au respect des dispositions de la Loi nationale de
biosécurité ainsi que celles du Protocole de Cartagena. Dans tous les cas, le présent Cadre
national de biosécurité s’est résolu à accorder les pouvoirs nécessaires à l’ANC pour lui
permettre de conduire à bon port sa mission.
En définitive, le schéma ci-après récapitule l’ensemble du processus conduisant à la prise de
décision finale par l’ANC :
98
En guise de conclusion, nous dirons que pour gérer toute dissémination
involontaire et toute situation d'urgence résultant d'un accident dû à un organisme
génétiquement modifié ou à un produit dérivé d'organisme génétiquement modifié, l’ANC
s'assure qu’un plan d’urgence est établi en vue de la protection de la santé humaine, de la
diversité biologique ainsi que de l'environnement situé en dehors de l'aire de dissémination ou
d'utilisation confinée en cas d’accident; et que les services d'urgences compétents soient
conscients des dangers et en soient informés par écrit. Pour ce qui est de l’identification et de
l’étiquetage, l’ANC veille à ce que tout organisme génétiquement modifié vivant ou pas, ou
produit dérivé d'organisme génétiquement modifié soit clairement identifié et étiqueté.
L'identification doit mentionner spécifiquement ses traits et caractéristiques propres
suffisamment en détail pour assurer sa traçabilité. Tout OGM ou produit dérivé d’OGM doit
être clairement étiqueté et emballé avant l’étalage dans des lieux commerciaux et ce,
conformément aux législations et normes en vigueur. Le cas échéant, l’ANC peut imposer
d’autres mesures ponctuelles, de façon à indiquer qu’il s’agit d’un OGM ou d’un produit
dérivé d’un OGM et, éventuellement, si ce dernier produit peut entraîner des réactions de
types allergiques ou poser d'autres risques. En ce qui concerne les informations
confidentielles à caractère commercial, l’ANC ne divulgue à des tiers aucune information de
ce type si le notifiant demande la confidentialité par écrit. Ceci s’applique particulièrement
aux importateurs, aux hommes d’affaires et aux ONG humanitaires impliqués dans le
déversement des produits de tout genre sur le territoire national. En aucun cas les informations
suivantes ne peuvent être tenues pour confidentielles.
Par ailleurs, le Cadre national de biosécurité retient que toute personne qui prévoit
d’exporter un OGM ou un produit dérivé d'OGM doit fournir à l’ANC un accord préalable
Autorité
nationale
compétente
(ANC)
Comité consultatif
national de biosécurité
(CCNB)
Comité scientifique et
technique de biosécurité
(CSTB)
Notifications
Participation
99
donné en connaissance de cause, délivré par écrit par l’Autorité Nationale Compétente de la
RDC. La présentation de l’accord préalable donné en connaissance de cause n’exonère en
aucune manière l’exportateur de toutes ses autres obligations prévues par les règles du
commerce international. L’accord préalable donné en connaissance de cause n’empêche pas la
RDC à titre de pays exportateur de prendre en compte d’autres éléments avant d’autoriser ou
non l’exportation. Si un OGM ou un produit dérivé d'OGM fait l’objet d’une interdiction
légale dans le pays d’origine, son exportation ne peut être en aucun cas autorisée. Enfin, dans
la conduite du mécanisme de prise de décision proposé, l’ANC veillera au respect total des
considérations socioéconomiques des populations Congolaises. Les décisions sur
l’importation des OGM en application du Protocole ou des mesures nationales pour renforcer
celui-ci tiendront compte des impacts socioéconomiques pour la conservation et l’utilisation
durable de la diversité biologique, notamment ceux concernant les communautés locales ou
autochtones. Les dispositions nécessaires, le cas échéant, pour minimiser les incidences et/ou
les corriger seront à la charge de l’importateur de l’organisme génétiquement modifié.
Les considérations socioéconomiques couvrent les impacts socioéconomiques,
culturels, les aspects d’éthique, les savoirs et pratiques traditionnelles/autochtones
occasionnés directement ou indirectement par l’organisme génétiquement modifié. De même,
la conservation de la diversité culturelle et biologique indigène est une priorité nationale car
on veut conserver pour les bénéficies et bien être des futures générations.
100
V – MÉCANISME DE CONTRÔLE, DE SUIVI ET DE SAUVEGARDE
Le Cadre national de biosécurité de la RDC et la Loi nationale en la matière
prévoient des dispositions relatives au contrôle et au suivi environnemental des activités liées
aux OGM ainsi qu’aux produits dérivés d’OGM. Pour cela, une mission de veille
biotechnologique est entre autres confiée à l’ANC et un mécanisme de sauvegarde a été
prévu. Au total, le mécanisme de contrôle et de suivi devra contribuer à conserver les acquis
et le cas échéant, à poursuivre les projets, dans une perspective biosécuritaire du recours aux
OGM et aux produits dérivés des OGM dans l’agriculture et dans l’alimentation.
V.1. Biovigilance : un réflexe national à développer
La RDC attend de toutes les institutions nationales une participation active à la
prévention du risque biotechnologique. Dans cette perspective il est à noter l’importance des
institutions nationales impliquées de près ou de loin aux activités liées aux OGM et aux
produits dérivés d’OGM. En effet, il est particulièrement attendu de telles institutions un
réflexe biovigilant dans la phase de mise en oeuvre du présent Cadre national de biosécurité de
la RDC. La liste des ces institutions nous est fournie plus haut dans le chapitre traitant du
système administratif et institutionnel.
V.2. Mécanisme de suivi, de contrôle et de sauvegarde
Les structures administratives instituées dans le processus conduisant à la mise sur
pied et à la mise en oeuvre de la Loi nationale de biosécurité et du présent Cadre national de
biosécurité, constituent des maillons importants de l’ensemble du dispositif de suivi et de
contrôle. C’est ainsi qu’il est confié à l’ANC de conduire, entre autres missions, celles qui
sont reliées spécifiquement au suivi et au contrôle de la conduite des activités de la
biotechnologie moderne. Le mécanisme de suivi de contrôle et de sauvegarde donne la
conduite à tenir dans des cas où des difficultés seraient survenues suite à l’approbation
d’OGM notamment en cours d’exploitation. Rappelons que dans de pareilles situations,
l’ANC serait en autorité de :
 Ordonner l’arrêt de toute utilisation d’OGM ou produit dérivé reconnu pour des effets
pervers pour la santé, la biodiversité et les tissus socioéconomiques ;
 Procéder à la saisie et à la destruction des OGM et produits dérivés concernés.
Dans une telle perspective des mesures intermédiaires pourraient être envisagées:
 Apporter des modifications aux conditions d’autorisation initiales ;
 Suspendre l’activité en attendant des informations additionnelles favorables à la
poursuite.
 Imposer à l’auteur de la notification des conditions de libération de l’OGM ;
Il est aussi prévu des cas ultimes où la sanction pourrait être un recours nécessaire
dans la conduite de la mission de veille biotechnologique de l’ANC à titre de structure
nationale responsable des activités de biovigilance.
101
VI - PARTICIPATION ET SENSIBILISATION DU PUBLIC
L’article 23 du Protocole invite et encourage les Etats Parties à informer et à faire
participer le public aux activités des questions relatives aux organismes vivants modifiés. En
clair, les Parties doivent promouvoir et faciliter la sensibilisation, l’éducation et la
participation, quant à l’accès à l’information sur le transfert, la manipulation et l’utilisation
sans danger des organismes vivants modifiés, y compris l’accès du public au Centre
d’échange pour la Prévention des risques biotechnologiques.
La législation nationale de biosécurité prévoit des mécanismes de sensibilisation
et de consultation du public lors de la prise des décisions et met à la disposition de celui-ci les
résultats des décisions prises, dans le cadre de la réglementation nationale et en respectant le
caractère confidentiel de ces informations conformément à la réglementation nationale et ce,
en respectant le caractère confidentiel de telles informations conformément au Protocole de
Cartagena.
VI.1. Considérations générales du système de sensibilisation et de participation du
public
Il ressort des résultats des enquêtes réalisées dans le cadre du développement du
présent Cadre national de biosécurité de la RDC, que le public exprime un certain nombre
d’inquiétudes sur l’utilisation des OGM surtout dans l’alimentation et leur impact sur la
protection de l’environnement mais aussi en ce qui a trait aux impacts de tels organismes sur
la protection de l’environnement. Ces inquiétudes sont d’autant plus grandes que la RDC ne
dispose pas de structures de recherche performantes sur les biotechnologies modernes ni
même d’une technologie permettant d’évaluer les risques biotechnologiques en général.
Pour prendre en compte ces inquiétudes, l’article 23 du Protocole de Cartagena
recommande aux Parties d’encourager et de faciliter la sensibilisation, l’éducation et la
participation du public le transfert, la manipulation et l’utilisation sans danger d’organismes
vivants modifiées en vue de la conservation et de l’utilisation durable de la biodiversité,
compte tenu également des risques pour la santé humaine et animale. L’article 23 lui-même se
fonde sur le Principe 10 de la Déclaration de Rio, lequel consacre trois piliers de la
participation du public : le droit du public à l’information, le droit du public à participer à des
décisions environnementales le concernant et le droit d’ester en justice en vue d’obtenir
réparation en cas de violation de ses droits.
En outre, l’article 14 de la Convention sur la diversité biologique que la RDC a
par ailleurs ratifiée, encourage la participation du public à l’évaluation de projets proposés qui
sont susceptibles de nuire sensiblement à la diversité biologique. Le principe de la
participation du public est également réaffirmé par d’autres instruments internationaux relatifs
à l’environnement auxquels la RDC est Partie, notamment la Convention cadre des Nations
Unies sur les Changements climatiques, la Convention des Nations sur la lutte contre la
désertification et la Convention sur la gestion de la biodiversité du Lac Tanganyika.
De même, le Projet de Loi Cadre sur la Protection de l’environnement, le projet de
Loi Cadre sur la Conservation de la nature et le Code forestier de la RDC, réaffirment le
Principe de l’implication du public dans l’élaboration de la politique et dans la gestion de
102
l’environnement, de la biodiversité et des forêts ainsi que le droit d’ester en justice pour la
protection de l’environnement.
De façon particulière, l’article 23 du Protocole de Cartagena souligne trois
éléments importants du processus : l’information et la sensibilisation du public, la
participation du public aux processus décisionnels et l’information sur l’accès au Centre
d’Echange pour la Prévention des risques biotechnologiques.
Ainsi, la sensibilisation et la participation du public sur les risques
biotechnologiques constituent une des obligations du Protocole de Cartagena, car un public
suffisamment sensibilisé et informé sur les risques biotechnologiques est en même de
comprendre les enjeux de l’utilisation des OGM et serait davantage disposé à s’impliquer
dans le processus de gestion de la biosécurité.
VI.2. Objectifs de la sensibilisation et de la Participation du public
Pour assurer la mise en oeuvre des dispositions du Protocole et du Cadre national
de biosécurité, les activités ci-après doivent être réalisées :
 Sensibiliser le public à travers tous les moyens et canaux de communication
appropriés, sur les impacts des OGM ;
 Eduquer le public pour une meilleure connaissance sur les enjeux liés à l’utilisation
des OGM ;
 Faciliter l’accès du public à l’information sur les OGM ;
 Faire participer le public aux processus décisionnels relatifs aux OGM.
La réalisation de ces activités permet de garantir la transparence dans la mise en
oeuvre du principe de précaution.
VI.3. Quelques actions à réaliser en vue de l’implication du public
VI.3.1.Information et la sensibilisation du public
L’information doit être assurée au public en vue de le rendre conscient des
risques et avantages relatifs à l’utilisation des OGM.
La mise en oeuvre de cet objectif peut être réalisée à travers certaines actions ou
mesures ci-après :
 Mise à la disposition du public des fiches ou dépliants sur les dispositions du
Protocole de Cartagena et autres instruments internationaux traitant des questions
relatives aux OGM, notamment le Codex Alimentaires (étiquetage des aliments),
accords relatifs à l’Office International des Epizooties, la Convention internationale
sur la protection des plantes, l’Accord sur les mesures sanitaires et phytosanitaires de
l’OMC ;
 Facilitation de l’accès du public aux informations fournies au Centre d’échanges pour
la Prévention des risques biotechnologiques ;
 Organisation des émissions, conférences ateliers et journées ouvertes sur l’utilisation
des OGM, leurs avantages et inconvénients, etc.
103
VI.3.2. Éducation et formation du public
Un public bien éduqué et formé peut efficacement participer aux processus
décisionnels relatifs à l’utilisation des OGM. Ainsi, la mise à la disposition du public des
connaissances nécessaires et suffisantes sur les plans scientifiques, juridiques et économiques
lui permet de comprendre les enjeux relatifs à l’utilisation, à la manipulation et à la
dissémination des OGM et d’y réagir de manière appropriée.
Pour atteindre cet objectif, il convient de mettre en place un programme de
renforcement des capacités au bénéfice des représentants de la société civile, des associations
de consommateurs, des médias publics et privés, des ONG, des entités administratives
décentralisées et des autorités locales, autour des certains thèmes afin que ces derniers jouent
un rôle majeur dans l’éducation et la sensibilisation du public. Ce programme peut concerner
les avantages liés au recours des OGM (dans le secteur agricole, alimentaire et autres) ainsi
que les impacts négatifs de l’utilisation, de la manipulation et du transfert des OGM (tels que
la contamination de la biodiversité, les risques de pollution par les herbicides, etc.).
VI.3.3. Participation du public
La participation du public dans le processus décisionnel relatif à la gestion des
OGM suppose l’implication effective de celui-ci dans les mécanismes décisionnels définis par
le présent Cadre national de biosécurité et dans les procédures de prise de décisions. Outre la
participation de ce dernier au Comité consultatif national de Biosécurité, la participation du
public implique, pour l’ANC, l’obligation d’informer les populations sur toutes les données
qui lui sont communiquées dans le cadre de la notification. Le processus de participation
prévoit l’obligation de communiquer aux populations toutes les informations et ce, dans des
délais raisonnables et à différentes phases du processus. Il est aussi question de donner la
possibilité au public de soumettre par écrit ou au cours d’une audience publique ou d’une
enquête, toute observation, information, analyse ou option qu’il juge pertinente au regard du
projet d’activités mettant en jeu des OGM.
VI.4. Groupes ou publics cibles
Pour s’assurer de la participation du public aux processus décisionnels, il importe
de déterminer les groupes cibles. Il s’agit notamment des décideurs politiques, des agents et
cadres de l’administration publique, des associations des consommateurs, des associations des
agriculteurs, des associations des paysans, des ONG, du secteur privé et industriel, des
syndicats, de la Fédération des Entreprises du Congo (des commerçants importateurs et
exportateurs), Fédération Nationale des Petites et Moyennes Entreprise du Congo,
Coopérative des Petites et Moyennes Entreprises du Congo, des milieux scientifiques et
académiques, etc. Ces groupes cibles doivent être pris en compte dans la composition du
Comité consultatif national de Biosécurité et dans celle des autres qui devront être crées dans
le cadre de la mise en oeuvre du Cadre national de biosécurité.
VI.5. Phases du processus de participation du public
104
Pour assurer la participation du public dans les différentes phases d’études
d’impact environnemental, la Loi Cadre sur la Protection de l’environnement devra définir les
mécanismes de participation du public à la consultation et aux processus décisionnels.
Pour mieux assurer la participation effective du public, l’ANC sera tenue
d’organiser toutes ces activités de sensibilisation et d’éducation avec les différentes structures
impliquées en matière de biosécurité.
Ces composantes s’articulent autour de quatre phases : la communication, la
consultation, la participation et le partenariat.
VI.5.1. Phase de communication
Au cours de cette phase, l’ANC, dès réception d’une notification, déclenche le
processus de mise en place des structures de consultation du public en réunissant les acteurs
concernés. C’est de cette manière que l’ANC s’assure de l’implication du public dès le début
du processus devant conduire à la prise de décision finale. L’ANC porte les informations
contenues dans la notification à la connaissance du public par l’intermédiaire de telles
structures.
De même, le contenu du rapport d’évaluation des risques est porté à la
connaissance du public à la présente phase de communication. Ce rapport est présenté au
public par le représentant du notifiant/promoteur.
VI.5.2. Phase de consultation
La phase de consultation est très importante dans l’ensemble du mécanisme de la
participation du public. En effet, c’est au cours de cette phase que toutes les parties prenantes
comprenant l’ANC, les autorités administratives, le notifiant/promoteur et les structures de
consultation elles-mêmes, échangent librement les informations.
VI.5.3. Phase de la participation
C’est au cours de la phase de participation que sont harmonisés les différents
points de vues des parties prenantes. La phase de la participation fait place, le cas échéant, à
l’expression des désaccords.
VI.5.4. Phase du partenariat
La phase du partenariat intervient lorsque le projet présenté recueille l’avis
favorable de l’ANC et l’assentiment du public. Dans un tel cas de figure, le présent Cadre
national de biosécurité de la RDC est favorable à l’avènement d’un mécanisme promu par une
initiative de type partenariat impliquant l’ANC l’auteur de la notification et une structure
représentant le public et issue de la consultation des populations.
105
VII. RECOMMANDATIONS ET MESURES D’ACCOMPGANEMENT
DU CADRE NATIONAL DE BIOSÉCURITÉ DE LA RDC
Aux termes de l’article 22 du Protocole de Cartagena sur la Prévention des risques
biotechnologiques, les Parties coopèrent au développement et au renforcement des ressources
humaines et des capacités institutionnelles dans le domaine de la prévention des risques
biotechnologiques, y compris la biotechnologie dans la mesure où elle a trait à la prévention
des risques biotechnologiques en vue de la mise en oeuvre effective du Protocole dans les pays
en développement. Un accent particulier a été mis sur la coopération en matière de ressources
financières, d’accès à la technologie et au savoir.
L’état des lieux des capacités nationales en matière d’évaluation et de gestion des
risques biotechnologiques en RDC révèle des besoins de taille.
Les domaines de développement et de renforcement des capacités nationales qui
nécessitent un appui particulier sont notamment :
 la mise en place des structures nationales de gestion de biosécurité ;
 la formation des ressources humaines en matière de recherche, d’évaluation et de
gestion des risques biotechnologiques ;
 l’équipement en laboratoires et en moyens matériels appropriés ;
 l’appui à l’élaboration et à la mise en oeuvre des programmes de recherche appropriés.
VII.1. Renforcement des capacités des structures nationales de gestion de la biosécurité
La mise en place des structures nationales de gestion de biosécurité est une
exigence du Protocole. Parmi ces structures figurent notamment, le Comité consultatif
national de biosécurité, l’Autorité nationale compétente, le Comité scientifique et technique
de biosécurité et le Centre national d’échange d’informations.
VII.1.1. Comité consultatif national pour la biosécurité
Pour s’acquitter des missions qui lui sont assignées et en prévision de son
installation, il est urgent de renforcer les capacités du Comité consultatif national de
biosécurité dans certains domaines jugés prioritaires et cités ci-après :
 Appui à la mise en place des méthodes participatives dans l’élaboration des politiques
et du cadre juridique de la biosécurité ;
 Définition de la problématique, des objectifs, des stratégies et des mesures dans le
cadre de l’élaboration des politiques ;
 Techniques de mobilisation des ressources financières et de maîtrise des mécanismes
de financement des bailleurs de fonds.
L’organisation des séminaires et ateliers semble appropriée à cet égard.
VII.1.2. Autorité nationale compétente
106
En vue de permettre à l’ANC de s’acquitter de ses missions, de suivi des
évaluations et de gestion des risques biotechnologiques, son personnel devra être formé et
disposer des compétences techniques nécessaires dans certains domaines clés tels que:
 Maîtrise des dispositions du Protocole de Cartagena et du cadre juridique et
institutionnel de gestion de biosécurité ;
 Définition de la problématique, des objectifs, des stratégies et des mesures dans le
cadre de l’élaboration des politiques;
 Techniques d’utilisation des données du Centre d’Echange du secrétariat de la CDB et
du Centre national d’Echange ;
 Techniques d’élaboration des rapports d’étude sur les risques biotechnologiques ;
 Techniques de suivi des actions de contrôle et de surveillance des disséminations
d’OGM et d’activités biotechnologiques ;
 Techniques d’inspection et de contrôle des produits susceptibles de contenir des
OGM et de constatations des infractions à la législation nationale et des OPJ à
compétence restreinte pour veiller à l’application de la législation nationale ;
La Direction du Développement durable (direction technique) devra en outre
bénéficier d’équipements nécessaires en vue de lui permettre de s’acquitter convenablement
de ses missions : véhicules, matériels informatiques, réseau Internet, système approprié de
communication, etc.
VII.1.3. Comité scientifique et technique de biosécurité
Au regard de sa mission, le renforcement des capacités du Comité scientifique et
technique de biosécurité concerne les domaines ci-après :
 Maîtrise des dispositions pertinentes du Protocole de Cartagena et du cadre juridique
et institutionnel national de gestion de biosécurité ;
 Maîtrise des procédures d’évaluation et de gestion des risques ;
 Maîtrise des techniques d’évaluation des rapports d’étude sur les risques
biotechnologiques, les techniques d’inspection et de contrôle des produits susceptibles
de contenir des OGM ;
 Méthodes de détection d’OGM de type PCR ;
 Techniques de traçabilité ;
 Evaluation des programmes de recherche en matière de biotechnologie moderne;
 Techniques d’utilisation des données du Centre d’Echange du Secrétariat de la CDB
et du Centre national d’échange.
Le Comité devra disposer d’un laboratoire de référence et des équipements destinés aux
laboratoires d’analyses.
VII.1.4. Centre national d’échange pour la prévention des risques biotechnologiques
Le programme d’appui au renforcement des compétences concerne les domaines
de collecte, de traitement et de gestion des données affectées au Centre.
Le Centre national d’échange devra servir de relais national au mécanisme
d’échange d’informations prévu par les Parties à la CDB dans le contexte de la mise en oeuvre
des dispositions du Protocole de Cartagena relativement à la coopération internationale
107
notamment. En effet, dans ce contexte bien particulier de la biosécurité, le Protocole a établi
un Centre d’échange pour la Prévention des risques biotechnologiques dans le cadre du
mécanisme d’échanges d’informations en vertu de l’article 18 (3) de la convention sur la
diversité biologique. Le Centre d’échange a deux principales missions : faciliter les échanges
d’informations scientifiques, techniques, environnementales et juridiques ainsi que des
données d’expériences, sur les OGM, et aider les Parties à appliquer le Protocole.
En effet, l’article 20 (3) définit certaines catégories d’informations que les Parties
sont tenues de mettre à la disposition du Centre, notamment :
·  toutes les lois, réglementations et directives nationales en vigueur pour la mise en oeuvre
du Protocole, notamment celles qui s’appliquent à certaines importations ;
·  tout accord bilatéral, régional et multilatéral au sens de l’article 14 ;
·  les cas d’importations des OGM, exemptés de la procédure d’accord préalable en
connaissance de cause ;
·  les coordonnées de la personne habilitée à recevoir les informations communiquées par
d’autres Etats sur les mouvements transfrontaliers non intentionnels conformément à
l’article 17 ;
·  les décisions finales concernant l’importation ou l’introduction des OGM ;
·  des résumés des évaluations des risques ou des études environnementales relatives aux
OGM menées en application de leur réglementation ;
·  les renseignements relatifs aux cas de mouvements transfrontaliers illicites.
La législation nationale devra expressément consacrer le principe de la création
d’un Centre national d’échanges d’informations et prévoir les mécanismes d’échange
d’information avec le Centre d’échanges pour la Prévention des risques biotechnologiques.
En conclusion, la législation de la RDC devra prendre en compte un certain
nombre d’éléments, notamment :
·  définir clairement les objectifs de la réglementation ;
·  définir le ou les ministères, ainsi que les organismes spécifiques, chargés de
l’application de la législation ;
·  établir ou désigner des organes consultatifs fournissant des conseils sur les aspects
techniques des décisions réglementaires ;
·  établir un système de permis ou d’autorisations pour les activités impliquant les
OGM ;
·  prévoir des procédures d’informations et de consultation du public sur les demandes
de permis et/ou sur des questions de politique ;
·  définir les informations requises pour une demande de permis pouvant varier selon le
type d’OGM et/ou d’activité envisagée ;
·  prévoir une protection des informations commerciales confidentielles ;
·  prévoir que les permis puissent être assortis de conditions de gestion des risques, y
compris des conditions d’étiquetage ou de marquage ;
·  établir des procédures de suivi et d’examen des activités soumises à l’autorisation de
l’ANC, y compris le respect des conditions ;
·  établir des pénalités et des sanctions dans des cas de non respect ;
·  prévoir des dispositions relatives à la responsabilité en cas de dommages causés par
des activités impliquant des OGM ;
108
·  prendre des dispositions relatives aux cas d’introduction non intentionnelle et des
plans d’intervention d’urgence, etc.
Certains textes législatifs ou réglementaires en vigueur doivent être revus en vue
de les adapter aux exigences de la mise en oeuvre du Protocole. La législation nationale
pourra, le cas échéant, s’inspirer de la Loi africaine modèle sur la sécurité en biotechnologie.
Le Centre devra en outre bénéficier d’équipements nécessaires en vue de lui
permettre de s’acquitter convenablement de ses missions : matériels informatiques, réseau
Internet, système approprié de communication, etc.
VII.2. Renforcement des capacités humaines et techniques en matière de recherche,
d’évaluation et de gestion des risques
VII.2.1. Formation de spécialistes
La mise en oeuvre de la politique nationale en matière de biotechnologie exige la
formation de plusieurs catégories des spécialistes, notamment :
 des spécialistes en biosécurité et en biotechnologie moderne (biologie moléculaire et
cellulaire, génétique, physiologie, immunologie, génie chimique, biochimie, etc.) ;
 des spécialistes en génétique et dans les sciences connexes ;
 des inspecteurs de biosécurité ;
 des juristes spécialisés en droit du commerce international, en propriété intellectuelle
et en règlement des différends ;
 des communicateurs, etc.
Des modules et contenus de formation adaptés à chaque catégorie de spécialistes
doivent être conçus.
VII.2.2 Institutions de formation dans les filières potentielles
Des institutions de formation ci-après méritent un appui en renforcement de leurs
capacités techniques:
 Facultés des Sciences, de Pharmacie, de Médecine Humaine, d’Agronomie et de Droit
de l’Université de Kinshasa,
 Facultés des Sciences, de Médecine Humaine, de Médecine Vétérinaire, d’Agronomie
et de Droit de l’Université de Lubumbashi,
 Facultés des Sciences et de Médicine humaine de l’Université de Kisangani
 Institut Facultaire des Sciences Agronomiques de Yangambi, etc.
VII.2.3. Appui aux structures de recherche en matière d’OGM
Les équipements de recherche disponibles au plan national ne sont plus adaptés
aux exigences de recherche et de contrôle des produits découlant de la mise en oeuvre du
Protocole de Cartagena. Un équipement minimum des laboratoires de biotechnologie et des
laboratoires de l’ingénierie d’ADN recombinant est plus que nécessaire.
109
Des programmes d’appui spécifiques doivent être élaborés en faveur notamment,
de l’INERA, de SGA-CRN-K, du Centre de Recherche en Sciences naturelles, ,, le Centre
(……) etc.
VII.2.4. Renforcement des capacités des autres administrations
La RDC dispose d’autres ministères et administrations qui sont appelés à jouer un
rôle important dans la mise en oeuvre du présent Cadre national et de la Loi nationale de
biosécurité et des dispositions du Protocole.
Il s’agit notamment de :
 Ministère chargé du Commerce qui est l’autorité nationale de notification
conformément à l’article 1010 de l’accord OTC et ayant sous sa tutelle l’Office
Congolais de Contrôle qui est le point d’information national conformément aux
articles 10.1 et 10.3 du même accord (dont la mission a été décrite précédemment), en
vue du renforcement des capacités de son laboratoire de contrôle de la qualité des
produits importés et de production locale et des normes;
 Ministère de la Santé qui est doté d’une direction chargée du Contrôle de la qualité
des denrées alimentaires et des produits pharmaceutiques. Ce ministère devrait
renforcer les capacités de ses laboratoires d’analyse physico-chimique des denrées
alimentaires, de détection des germes pathogènes et de toxicologie;
 Ministère de l’Agriculture en vue d’appuyer notamment :
·  le Bureau National des Semences (renforcement de ses capacités de conception
et de contrôle de la qualité de la production semencière nationale et
l’installation d’un laboratoire de biologie moléculaire et l’acquisition du
matériel génétique de base),
·  le Centre de Recherche sur le Maïs (installation d’un laboratoire de biologie
moléculaire et l’acquisition du matériel génétique de base),
·  le Service de Quarantaine Animale et Végétale en vue de renforcer ses
capacités de surveillance zoosanitaire et phytosanitaire ainsi que la gestion de
la quarantaine animale et végétale sur l’ensemble du territoire national) et
·  la Direction de Protection des Végétaux éparpilles avec ses représentations
dans les différentes provinces du pays;
·  les trois laboratoires vétérinaires de référence de Kinshasa, de Lubumbashi et
de Kisangani ainsi que le laboratoire d’analyse vétérinaire de Goma.
 Ministères chargés de l’Education Nationale et de la Recherche Scientifique et
technologique : pour l’acquisition et la réhabilitation de différents laboratoires des
institutions universitaires et centres nationaux de recherche : CRSN-Lwiro, INERA, le
SGA/CREN-K, le CRAA-Lubumbashi, etc.
 Ministère chargé de l’Environnement en vue de la maîtrise des dispositions du
Protocole.
Des séminaires et ateliers de formation peuvent être envisagé. La formation
pourra porter notamment sur la maîtrise des dispositions pertinentes du Protocole de
Cartagena et du cadre juridique et institutionnel national de gestion de biosécurité, les
techniques d’élaboration du cadre juridique et réglementaire de mise en oeuvre du Protocole,
la maîtrise des procédures d’évaluation et de gestion des risques, la maîtrise des techniques
d’évaluation des rapports d’étude sur les risques biotechnologiques, les techniques
110
d’inspection et de contrôle des produits susceptibles de contenir des OGM , les mécanismes
de financement des bailleurs de fonds, le contrôle et la surveillance des disséminations
d’OGM, l’évaluation des programmes de recherche en matière de biotechnologie moderne, le
développement des programmes de coopération bilatéraux et multilatéraux, etc.
VII.3. Modalités pratiques de mise en oeuvre du Cadre national de biosécurité de la RDC
La mise en oeuvre effective du cadre national de biosécurité en RDC implique la
mobilisation des moyens financiers pour l’élaboration de la législation nationale, la mise en
place des structures de gestion de la biosécurité et le renforcement des capacités humaines et
techniques de gestion.
En attendant, le Comité national de coordination mis en place lors du lancement
du Projet « Cadre national de Biosécurité en RDC » sera chargé de veiller à la mise en oeuvre
du Cadre national de Biosécurité.
VII.3.1. Coordination et suivi de la mise en oeuvre du Cadre national de biosécurité
VII.3.1.1. Comité national de coordination
La composition de ce Comité se présente comme suit :
 Président : Ministre de l’Environnement, Conservation de la Nature, Eaux et Forêts ;
 1er Vice-Président : Secrétaire Général à l’Environnement, Conservation de la Nature,
Eaux et Forêts ;
 2ème Vice-Président : Directeur de Développement Durable ;
 Secrétaire : Coordonnateur du Projet ;
 Membres :
 Centre National de Recherche en Sciences Naturelles /Luiro ;
 Centre de Recherche Agroalimentaire de Lubumbashi (CRAA) ;
 Université de Kinshasa ;
 Université de Lubumbashi ;
 Facultés des Sciences de l’Université de Kisangani ;
 Institut National de Recherche Biomédicale (INRB) ;
 Faculté des Sciences/ Université de Kinshasa ;
 Ministère de l’Economie Nationale ;
 Faculté des Sciences Agronomiques, Génétique, Université de Kinshasa ;
 Office Congolais de Contrôle (OCC) ;
 Ministère de la Recherche Scientifique ;
 Direction de Production et Protection des Végétaux, Ministère de
l’Agriculture ;
 Ministère de Développement Rural ;
 Ministère du Commerce Extérieur ;
 Ministère de la Santé
 Département des Sciences Naturelles/ Faculté d’Agronomie, Université de
Kinshasa ;
 Environnement/Institut Supérieur Pédagogique (ISP) ;
 Direction des Etablissements Humains et Protection de l’Environnement ;
 Société civile ;
111
 Secteur privé (Comité Agro-alimentaire, FEC, etc.)
VII.3.1.2. Equipe technique de coordination
L’équipe technique est actuellement animée par un Coordonnateur. Elle est placée
sous la supervision de la Direction de Développement Durable du Ministère en charge de
l’Environnement.
VII.3.2. Mobilisation des ressources financières pour la mise en oeuvre du Cadre national
de biosécurité
La mise en place d’un cadre national de biosécurité en RDC dépend du niveau et
de la capacité de la mobilisation des ressources financières nécessaires au renforcement des
capacités juridiques, institutionnelles, humaines et techniques.
Trois principales sources de financement peuvent être explorées :
 Les ressources internes (budget de l’Etat, contributions à travers des contrats de
partenariat avec le secteur privé, les ONGs, les donateurs privés, et les ressources
provenant de l’utilisation des informations disponibles au Centre national d’échange à
mettre sur pied ;
 Les recours aux mécanismes prévus par l’article 28 du Protocole de Cartagena et les
articles 20 et 21 de la Convention sur la Diversité biologique ;
 Le recours au partenariat avec l’appui de certains partenaires traditionnels (UE, BM,
FAO, GTZ, etc.).
VII.3.3. Mise en place du Cadre national de biosécurité
La mise en oeuvre des structures nationales prévues par le cadre institutionnel de
la biosécurité devra naturellement entraîner la fin des missions du Comité National de
Coordination et de l’Equipe technique de coordination.
Ces structures sont :
 le Conseil consultatif national de biosécurité ;
 l’Autorité nationale compétente ;
 le Comité scientifique et technique de biosécurité;
 le Centre national d’échange;
 le Point focal national.
112
CONCLUSION
Le Projet FEM/PNUE relatif au Développement des Structures Nationales de Biosécurité vise
à aider la République Démocratique du Congo à mettre en place la structure nationale pour la
gestion des organismes vivants modifiés, afin qu’elle satisfasse aux exigences du Protocole de
Cartagena sur la Prévention des risques biotechnologiques. A cette fin, des orientations pour
une politique nationale de biosécurité, un cadre législatif et réglementaire, un système
administratif, un système pour l’évaluation et la gestion des risques et des mécanismes de
participation du public et de partage de l’information ont été définis.
En dépit des quelques difficultés rencontrées dans la réalisation de cette tâche, notamment
l’absence d’activités de sensibilisation sur l’utilisation ou non de la biotechnologie moderne
et des OGM, le manque de convergence des parties prenantes sur les questions de biosécurité,
l’absence quasi totale des documents et politiques sur l’utilisation des biotechnologies en
général et de la biotechnologie moderne, l’absence des débats nationaux sur les risques et
avantages y afférents , ainsi que l’absence des études spécifiques consacrées à l’utilisation des
biotechnologies modernes ; quelques atouts y ont favorablement contribué parmi lesquels
l’engagement du Gouvernement dans le processus de ratification du Protocole de Cartagena,
la disponibilité des parties prenantes identifiées et la volonté du Ministère de l’Environnement
de faciliter la conduite du processus.
Il ressort de l’état des lieux en matière de gestion de la biosécurité en RDC qu’il n’existe pas
une loi cadre sur la protection de l’environnement ni d’un cadre juridique spécifique sur la
prévention des risques biotechnologiques répondant aux exigences du Protocole de Cartagena.
La RDC dispose néanmoins des textes législatifs et réglementaires sur la protection
phytosanitaire, le code forestier, la police sanitaire des animaux ainsi que la protection des
droits de la propriété industrielle. Aussi , des Ministères et organismes dont les attributions
sont susceptibles de concerner le domaine de biosécurité sont en place. Il s’agit notamment
des ministères et organismes en charge de l’agriculture et de l’élevage, de l’environnement, de
la Santé, du commerce extérieur, de l’industrie, de la recherche scientifique, l’INERA,
l’INRB, le CRN-K etc. Certaines compétences et expertises dans le domaine de la recherche
et des biotechnologies sont également présentes. Toutefois, les infrastructures de recherche,
d’évaluation et de gestion des risques dont disposent ces institutions sont obsolètes et
rudimentaires. Le besoin de renforcement des capacités dans ce domaine se pose avec acuité.
En ce qui concerne les composantes du cadre national de biosécurité, la politique en cette
matière devra se fonder sur le principe de précaution et de prévention en adéquation avec les
dispositions du Protocole de Cartagena. Le cadre juridique devra en priorité viser à préserver
la santé humaine et animale, l’environnement et les tissus socioéconomiques face aux risques
potentiels liés à l’utilisation de la biotechnologie moderne. A ce propos, le champs
d’application de la loi relative à la sécurité en biotechnologie devra couvrir tous les
mouvements transfrontaliers, le transit, la manipulation, la mise en marché et l’utilisation de
tout OGM, que ce dernier soit destiné à être disséminé dans l’environnement ou utilisé
comme denrée alimentaire, aliment pour bétail ou produit de transformation ou encore comme
produit dérivé d’OGM. En cas de dommages causés sur l’environnement, la santé humaine et
animale, la responsabilité et la réparation seront à charge de l’auteur de la notification.
Le cadre institutionnel national de gestion de biosécurité sera géré par l’Autorité Nationale
Compétente, le point Focal de biosécurité, le Conseil consultatif National de Biosécurité, le
113
Comité Technique et Scientifique ainsi que le Centre national d’échange pour la prévention
des risques biotechnologiques. Le point Focal biosécurité sera chargé d’assurer au nom de la
RDC, la liaison avec le Secrétariat de la CDB. Le Comité Consultatif National de Biosécurité
aura le statut d’organisme consultatif et de cadre de concertation institué par le
Gouvernement. L’Autorité Nationale Compétente, confiée au Ministère en charge de
l’Environnement et exercée à travers la Direction de Développement Durable, coordonne
toutes les activités nationales en rapport avec la Biosécurité. Le Comité Scientifique et
Technique de biosécurité qui s’appuiera sur les travaux des laboratoires de référence et
d’analyse, sera un organe technique et scientifique qui assiste l’ANC dans la réalisation de sa
mission. Le Centre National d’échange pour la prévention des risques biotechnologiques sera
chargé de collecter les informations scientifiques, techniques, écologiques, juridiques ainsi
que des données d’expérience, relatives aux organismes vivants modifiés.
Enfin, la sensibilisation et la participation du public sur les risques biotechnologiques a été
retenue comme une composante importante dans la gestion de la biosécurité.
En vue de la mise en oeuvre effective du présent cadre National de Biosécurité, le
renforcement des capacités humaines et institutionnelles devra de façon prioritaire être
envisagé dans les domaines ci après :
·  la gestion du cadre juridique, institutionnel et administratif de biosécurité (gestion des
notifications, gestion du processus de prise de décision, application de la
réglementation aux frontières, etc. ) ;
·  l’évaluation et la gestion des risques ( analyse des risques pour l’environnement, la
santé humaine et animale, la prise en compte des considérations socioéconomiques, la
mise en place d’un réseau de surveillance, les techniques d’intervention en cas de
libération involontaire d’OGM, l’équipement de laboratoire ) ;
·  la sensibilisation et la participation du public (l’introduction des considérations liées à
la biotechnologie et à la biosécurité dans le système éducatif national, la
sensibilisation à la biotechnologie et à la biosécurité des publics non spécialistes, les
méthodes de consultation du public, …).
Pour ce faire, les ressources internes et celles provenant de certains partenaires traditionnels
seront mises à profit.
114
BIBLIOGRAPHIE
I. Instruments juridiques
I.1. Textes législatifs et réglementaires
1) Loi n°011-2002 du 29 août 2002 portant Code forestier ;
2) Loi n°82-001 du 7 janvier 1982 régit la propriété industrielle;
3) Loi n°04/015 du 16 juillet 2004 fixe la nomenclature des actes générateurs des recettes
administratives, judiciaires, domaniales et de participations ainsi que leurs modalités
de perception telle que modifiée et complétée à ce jour ;
4) Décret du 28 juillet 1938 relatif à la police sanitaire des animaux domestiques, tel que
modifié et complété à ce jour ;
5) Ordonnance du 17 octobre 1911 fixant les précautions à prendre pour l’emballage, la
préparation et la fabrication des denrées alimentaires ;
6) Ordonnance du 17 juin 1913 – Coloration artificielle des denrées alimentaires ;
7) Ordonnance n°41-361 du 27 octobre 1953 telle que modifiée et complétée à ce jour –
préparation et commerce des substances destinées à l’alimentation des animaux ;
8) Ordonnance n°74-453 du 31 décembre 1952 relative à la protection et à la salubrité
des denrées alimentaires ;
9) Ordonnance n°41-412 du 07 décembre 1953 relative au commerce des huiles de table ;
10) Loi n°73-009 du 5 janvier 1973, telle que modifiée et complétée à ce jour, particulière
sur le commerce ;
11) Arrêté départemental n°015/CAB/004/73 du 7 septembre 1973 portant mesures
d’exécution de la loi particulière sur le commerce ;
12) Arrêté Interministériel n°016/CAB/FIN/MENIPME/96 du 20 juin 1996 portant
dispositions applicables à l’importation de blé et de la farine de froment ;
13) Arrêté Ministériel n°14/CAB/MIN/Fin&Bud/2000 du 25 octobre 2000 relatif à la
licence d’importation et d’exportation et à la licence de régularisation d’importation et
d’exportation ;
14) Ordonnance-loi n°74-13 du 5 janvier 1974 portant création de l’Office Congolais de
contrôle;
15) Ordonnance n°78-219 du 5 mai 1978 portant statuts de l’Office Congolais de
Contrôle ;
16) Arrêté Ministériel n°002/CAB/VPM/MEIC/91 du 18 février 1991 porte obligation de
contrôle de l’Office Congolais de Contrôle ;
17) Arrêté Ministériel n°13/CAB/MIN/Fin&Bud/2000 du 21 octobre 2000 créant une
commission chargée de contrôle à l’importation des marchandises protégées ;
18) Décret-loi du 20 mars 1961, tel que modifié et complété à ce jour, relatif aux prix ;
19) Arrêté ministériel du 1er juillet 1996 portant mesures d’exécution du Décret-loi du 20
mars 1961 relatif aux prix;
20) Arrêté interministériel fixant le barème des sanctions économiques en application du
Décret-loi du 20 mars 1961 relatif aux prix ;
21) Décret du 26 juillet 1910 détermine les mesures relatives à la fabrication et au
commerce des denrées alimentaires ;
22) Ordonnance n°51-432 du 24 août 1959 – Interdiction d’exporter du matériel de
plantation du Congo ;
115
23) Ordonnance n°51-81 du 22 février 1960 – importation d’éléments de reproduction de
théier en vue de prévenir l’apparition du parasite Exobasidium Vexons (cloque de
théier) ;
24) Ordonnance n°51-167 du 4 juin 1957 – réglementation de l’importation des plants de
bananiers et sacs perforés en polyéthylène ;
25) Les Codes LARCIER de la République Démocratique du Congo ;
26) Loi africaine modèle sur la sécurité en biotechnologie ;
I.2. Instruments juridiques internationaux
1) Convention sur la diversité biologique ;
2) Protocole de Cartagena sur la prévention des risques biotechnologiques, Montréal
2000 ;
3) Convention internationale pour la protection des végétaux, texte révisé en novembre
1997 ;
4) OMC, Résultats des négociations commerciales multilatérales du Cycle d’URUGUAY
– Textes juridiques , secrétariat du GATT, Genève 1994
II. Ouvrages et Documents divers
1) Guide explicatif du Protocole de Cartagena sur la prévention des risques
biotechnologiques UICN, Droit et Politique de l’environnement, n°46, 2003;
2) Les accords de l’OMC et la Santé Publique, Etude conjointe de l’OMS et de l’OMC,
2002 ;
3) Guide de l’Environnement et du Commerce, PNUE et Institut du Développement
Durable, 2001 ;
4) OMC, Déclarations de Doha, 2001 ;
5) CITES/UNEP, Lignes directrices pour le transport et la préparation au transport des
animaux et des plantes sauvages,
6) PNUE/FEM, Renforcement des capacités pour la mise en oeuvre du Protocole de
Cartagena sur la prévention des risques biotechnologies ;
7) Projet PNUE-FEM relatif au développement des Structures Nationales de Biosécurité ,
document d’information ;
8) Note SCBD/BS/CS/WD/jh/36477 : Obligations qui doivent être remplies à la date
d’entrée en vigueur du Protocole de Cartagena sur la prévention des risques
biotechnologiques ( 5 septembre 2003) ;
9) Guide pratique du Projet du PNUE/FEM de Développement de Cadres Nationaux de
Biosécurité ;
10) Projet PNUE-FEM sur l’élaboration de Cadres Nationaux relatifs à la Biosécurité :
Module de la boite à outils pour la Phase 1 ;
11) Projet PNUE-FEM sur l’élaboration des Structures Nationales de Biosécurité :
Trousse à outils de la Phase 2 ;
12) Projet PNUE-FEM sur l’élaboration de Cadres Nationaux pour la Biosécurité :
Module de la boite à outils pour la Phase 3 ( Partie I : Systèmes administratifs de
traitement des demandes et Partie II : Développement du Cadre de réglementation) ;
13) Propositions relatives à la Reforme des lois et réglementations sur le commerce et
l’investissement en République Démocratique du Congo (Rapport relatif au Projet
PNUD/ZAI/01/004/A/08 « Appui à la Réadaptation des textes légaux sur le
commerce).